Summer Love - Chapitre 3

.
Summer Love - Chapitre 3
Summer Love - Chapitre 3
Summer Love - Chapitre 3
 
 
Été 2016. Carmel-by-the-Sea, Californie.

La sonnette m'arrache de mes songes. Je râle, je grogne et je tourne la tête vers ma table de chevet pour me saisir de mon portable. Il est 4 heures 53. Je n'ai pas l'intention de me lever mais on sonne à nouveau.
 
« Putain mais c'est pas vrai ! », je gueule pour moi-même parce que je sais très bien qu'on ne m'entendrais pas de dehors.
 
Les murs sont trop épais, les fenêtres sont blindées et cette baraque est une vraie forteresse. Ou une vraie prison. Tout dépend du point de vue.
 
Je quitte mon lit difficilement et je me traine jusqu'à la porte d'entrée. Quand je l'ouvre, il n'y a plus personne et je m'apprête à hurler des centaines d'insultes lorsque je pense apercevoir quelqu'un au bout de mon allée.
 
« Louis ? », je m'étonne en sortant sur le palier.
 
Il s'arrête et fait volte face. Je passe une main dans mes cheveux pour me donner une contenance. Je crois que je suis déstabilisé par sa présence que je n'attendais pas.
 
« Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu n'es pas avec Peter ? »
 
Il semble fatigué et pourtant, je peux lire un petit sourire sur son visage.
 
« Est-ce que c'est un reproche ?, il me demande.
– Bien sûr que oui !, je m'emporte. Tu m'as planté ! Je pensais que vous passiez votre temps à vous éviter et là tu pars avec lui !
– C'est pour ça qu'on passe notre temps à s'éviter. Soit parce qu'il est en colère, soit parce qu'il est bourré. Ça me fait de la peine.
– Tu l'aimes encore ?, je demande.
– Non. Mais j'ai... comment tu dis ? De l'affection pour lui. J'ai été amoureux de lui pendant des mois. On ne peut pas gommer le passé d'un claquement de doigts. »
 
Je ne réponds pas et je croise les bras. Ça ne me dit pas ce qu'il fait ici.
 
« Bon et bien... je ne vais pas te déranger plus longtemps, il souffle, mal à l'aise.
– Tu es venu jusque chez moi pour 'ne pas me déranger' ? C'est trop tard, Louis. Tu m'as réveillé en pleine nuit. »
 
Il pince ses lèvres, embarrassé.
 
« Tu n'étais pas aussi désagréable tout à l'heure, il me fait remarquer tristement.
– Tout à l'heure, je ne m'étais pas fait humilié. »
 
Je soupire. Je n'ai pas une fierté qui prend deux fois plus de place que moi, mais j'ai été vexé et il ne me laisse même pas 24 heures pour le digérer. Son air peiné me prend aux tripes et je réalise que je suis bien plus content de le voir, que fâché de ce qu'il s'est passé au bar.
 
« Désolé, je ne suis pas toujours de bonne humeur au réveil. », je souffle pour balayer ma fausse colère.
 
Je lui adresse un sourire sincère.
 
« Alors... qu'est-ce qui t'amène ?
– En fait... je n'en sais rien. Je crois que j'avais juste envie de... faire un tour. »
 
Il me rend mon sourire et je sens mon c½ur s'emballer. Ma ranc½ur s'en est allée et je crois que j'ai envie de faire un tour moi aussi.
 
« Tu me laisses mettre mes chaussures ?, je lui demande.
– Tu habites Bayview, non ? »
 
Je fronce les sourcils parce que sa question n'a pas de sens. Il est chez moi. Il est dans mon jardin. Il est dans Bayview.
 
« On n'a pas besoin de chaussures quand on vit dans une maison qui donne sur la plage. », il précise alors qu'il retire les siennes.
 
Ça me fait sourire. J'hésite un long moment parce que je sais que ce serait transgresser une règle fondamentale que de sortir comme ça, mais je n'ai pas envie de passer pour un imbécile auprès de Louis. Il fait frais mais pas froid alors je prends sur moi et me contente de claquer la porte de chez moi avant d'avoir récupérer les clés.
 
« Viens, on va passer par là. »
 
J'attends qu'il me suive et on traverse le jardin pour accéder à une petite barrière que j'ouvre en soulevant le loquet.
 
« La pente est un peu raide alors fait attention, d'accord ?, je le préviens.
– Je vais te suivre comme ça si je tombe, ce sera sur toi. »
 
Je pouffe de rire mais je reste tout de même vigilent. Il glisse deux fois et la troisième, il pose une main sur mon épaule pour ne plus perdre l'équilibre. Une fois en bas, je lui donne la main pour l'aider à escalader le rocher qui nous sépare de la plage.
 
« Si j'avais su que c'était aussi sportif, j'y aurais réfléchis par deux fois avant d'accepter de passer par ton jardin. Et j'aurais gardé mes chaussures.
– Désolé, je dis en riant. On passera par les escaliers pour rentrer.
– T'y peux rien si la nature reprend ses droits.
– Elle ne reprend pas ses droits... Mon père s'est toujours arrangé pour que l'accès à la maison soit compliqué de ce côté là. Je crois que c'était pire du temps de son vivant.
– Il est mort quand ?, il demande alors qu'on rejoins la plage pour commencer à la longer.
– Y a quelques années. Il me manque parfois, mais je crois que ma mère est beaucoup plus épanouie maintenant. »
 
Il hoche la tête, comme s'il en savait quelque chose.
 
« Ma mère parlait souvent d'elle quand vous veniez en vacances.
– Elle te manque ?
– Tous les jours, il répond sans honte. Surtout pendant les vacances.
– Pourquoi ?
– Mon père et ma s½ur partent en vacances chez ma tante et la maison me semble bien vide.
– Tu ne pars pas avec eux ?
– Avant je le faisais oui, mais plus depuis deux ans. J'essaie de travailler pour mettre de l'argent de côté mais peu de gens acceptent de me donner du travail ici. Et puis... j'ai perdu celui que j'avais trouvé. »
 
Je me souviens de lui, étendu sur le sol, les mains ensanglantées. Inconsciemment, je cherche sa main et je la prends dans la mienne. Doucement. Il se laisse faire et mon c½ur cogne comme un dingue contre ma poitrine. Nos mains sont liées et nous continuons notre ballade comme si c'était parfaitement naturel.
 
« Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi les gens refusent de te donner du travail ?, je m'étonne tout de même.
– Ma famille n'est pas très bien vue ici. Je crois que c'est parce que mon père a quitté une fille du village le jour de son mariage, pour ma mère. Parce qu'elle était enceinte de moi. Enfin il ne l'a pas quitté forcé et contraint, il était très amoureux. Mais il a mis du temps à faire son choix.
– Sacrée histoire, je dis riant.
– Ouais. Il doit y avoir d'autres histoires, je ne sais pas tout et ça ne m'intéresse pas. Le fait que je sois gay et que je l'assume n'aide pas non plus.
– Vraiment ?, je m'insurge, ahuri. Pourquoi ?
– C'est une petite ville, on n'est pas plus de quatre mille... Les mentalités ne sont pas les mêmes que dans les grandes villes. Kit fait croire à ses parents que tu es une fille et Peter m'a toujours caché pendant ces quelques mois. 
– Je ne pourrais pas vivre ici tout le temps, je conclus. Mais je comprends pourquoi je ne t'avais jamais vu avant, comme je viens seulement en été. »
 
Il sourit et s'arrête en marche. Alors je me retrouve devant lui, contraint à m'arrêter également. Je crois que je suis surpris d'apprendre que Kit prétend que je suis une fille, c'est peut-être même vexant.
 
« C'est bizarre cette sensation..., dit Louis en fixant l'horizon.
– Laquelle ?
– C'est comme si je te connaissais depuis toujours. »
 
Il lâche ma main et je réalise que ses mots font bouillir mon sang dans mes veines.
 
« Je suis repassé au bar après avoir calmer Peter, il dit.
– Ah oui ?
– Oui. Je te cherchais. Je voulais m'excuser.
– Mais je n'étais plus là, je remarque.
– Non. Tout le monde avait déjà trop bu et Kit les avait rejoint. Il m'a demandé pourquoi je te cherchais et je lui ai expliqué qu'il fallait que je m'excuse parce que je t'avais planté là, sans aucune explication. Il m'a répondu que pour une fois que tu étais celui qui était planté, tu ne méritais aucune excuse.
– Pas étonnant, je soupire.
– Pourquoi tout le monde te dépeint comme un abruti ?, il demande en se tournant enfin vers moi.
– Parce qu'ils ne comprennent pas que je ne vis pas ici et que je ne peux pas avoir de relations sérieuses pendant mes vacances. Je suis jeune, j'ai le temps de chercher la personne avec qui je vais finir ma vie. J'ai simplement envie de m'amuser, de vivre le début d'une relation à l'infini parce que c'est ce que je préfère...
– Un amour de vacances te convient mieux que qu'une relation sérieuse ?, il demande sans once d'ironie.
– Exactement ! Tout ça parce que je suis avec quelqu'un de nouveau chaque été, je suis considéré comme un pauvre con ici mais c'est pas le cas. J'ai toujours eu des amourettes et c'était vraiment sérieux avec Kit, j'étais fidèle, j'avais tout le temps envie d'être avec lui... Un amour de vacances, quoi. Sauf que vous, vous vivez ici toute l'année et qu'on avait 15 ans alors... je crois que je suis son vrai premier amour, je dis dans un soupir. Je comprends sa ranc½ur. »
 
Louis hoche la tête, comme s'il comprenait vraiment ce que je tentais d'expliquer. C'est étrange car c'est la première fois que j'ai droit de m'expliquer et que je suis écouté sans être interrompu par des remarques désobligeantes.
 
« Et les jumelles ?, il demande.
– Oui alors... bon, j'étais surtout avec Emma. J'ai vraiment aimé Emma et je suis triste que notre complicité soit bousillée simplement parce que j'ai été con. Et Alison savait très bien ce qu'elle faisait. C'est elle qui est venue vers moi et non l'inverse comme je l'ai prétendu pour minimiser les dégâts avec sa s½ur.
– Donc tu es quelqu'un de fantastique, c'est ça ?, il dit avec un sourire taquin.
– Non, j'ai joué au con et l'année dernière je suis sorti avec un garçon qui n'était pas d'ici, on se rejoignait de temps en temps. Ce n'était pas pareil mais au moins, je ne risquais pas de le retrouver cette année et d'être accablé de reproches à l'infini. Pourquoi toutes ces questions ? », je finis par demander.
 
Il hausse les épaules avant de s'asseoir dans le sable. Il enfonce ses mains dedans et fixe l'océan sans un mot. Je crois que c'est la première fois que j'échange autant avec quelqu'un sur ce genre de sujets et que j'éprouve le besoin de justifier mon comportement parce que je ne veux pas qu'il ait une mauvaise image de moi. C'est complètement stupide d'ailleurs, je devrais me fiche de ce que pensent les gens parce qu'ils ne me connaissent pas, ils ne savent rien de ma vie. Ils ne savent pas qui je suis vraiment alors leur jugement n'a aucun sens. Mais j'ai l'impression que c'est différent avec Louis.
 
Je me laisse tomber à côté de lui.
 
« Tu ne devrais pas mettre tes mains dans le sable, à cause de tes plaies. Ça pourrait s'infecter c'est... enfin c'est une mauvaise idée. »
 
Il sort ses mains du sable et me regarde l'air penaud, comme s'il n'y avait pas pensé avant et que maintenant qu'il le réalisait, ça lui faisait mal.
 
« Tu peux aller les rincer dans l'eau si tu veux. », je propose.
 
Il secoue la tête.
 
« J'ai peur de l'eau. »
 
Je fronce les sourcils, surpris. C'est peu commun pour quelqu'un qui vit en bord de mer.
 
« Vraiment ?
– Oui. C'est affreux. J'ai failli me noyer quand j'étais gamin et je ne veux plus jamais ressentir cette sensation. Jamais.
– Quelle sensation ?
– Me sentir mourir. J'ai avalé tellement d'eau, je n'avais plus d'air. J'avais 10 ans et je me suis dit 'ça y est, je vais mourir'. Je m'en souviens comme si c'était hier.
– C'est triste. C'est génial l'eau.
– Dis ça à mes poumons. »
 
Je pouffe de rire.
 
« Tu veux que je vienne avec toi ? », je tente.
 
Il semble hésiter de longues secondes.
 
« Mais s'il y a une grosse vague ?, il s'inquiète. Un tsunami ? »
 
Je souris.
 
« Je m'agripperais à toi fermement et je nagerais jusqu'au palmier le plus proche pour y être en sécurité. »
 
Il réfléchit encore puis secoue finalement la tête.
 
« Non je crois que je n'en ai pas le courage, il avoue. Peut-être quand j'aurais un peu plus confiance en toi. »
 
Je lui mets un gentil coup d'épaule et il sourit. Nous sommes assis face à la mer, le soleil se lève peu à peu et je crois que la fraîcheur du matin commence à se faire sentir. Il grelotte et je suis parcouru de frissons.
 
« Et si je te proposais de venir te laver les mains chez moi ? »
 
Il fixe l'horizon encore un moment, sans aucune réponse. Je n'insiste pas mais je me lève alors il tourne la tête vers moi.
 
« D'accord. », il répond avec un sourire distrait.
 
Il se lève et on se retrouve soudain très proche l'un de l'autre. Lorsqu'il lève les yeux vers moi, c'est encore pire. Je sens mon c½ur exploser dans ma poitrine, mes poumons sont en feu et ma peau me brûle. Ses yeux bleus sont plantés dans les miens et son regard timide laisse entendre qu'il est dans le même état que moi. Il rougit, il sourit, mais il ne me quitte pas des yeux alors, lentement, je m'approche de ses lèvres et les embrasse. J'ai peur qu'il me repousse mais il n'en fait rien ; il passe ses bras autour de mon cou et me rend mon baiser avec une tendresse que je n'imaginais même pas possible. Ses bras quittent mes épaules pour passer autour de ma taille et lorsqu'il met fin au baiser, il se blottit contre moi, la tête sur mon épaule. Je l'entoure de mes bras pour lui rendre son étreinte ; je ne me suis pas senti aussi serein depuis longtemps. 
 
« Je ne suis pas un amour de vacances, Harry Styles, il murmure à mon oreille. Je suis l'amour de toute une vie. »
 
J'esquisse un sourire et presse mes lèvres contre son front.
 
« Et qu'est-ce que tu dirais de rentrer avant d'attraper froid, Amour ? »
 
Il pouffe de rire et se détache de moi. L'une de ses mains glissent le long de mon bras et s'accroche à la mienne.
 
« Je pense que c'est une excellente idée. »
 
. . .
 
Louis s'est simplement lavé les mains avant que je ne lui propose de le raccompagner chez lui étant donné qu'il avait refusé mon lit et même la chambre d'ami. Nous avons fait la route dans le plus grand des silences mais je crois que nous apprécions tous les deux le calme de Carmel à cette heure matinale.
 
J'ai eu énormément de mal à quitter ses lèvres sur le perron et il m'a assuré que me contacter serait la première chose qu'il ferait à son réveil. C'est seulement une fois chez moi que j'ai réalisé qu'il n'avait pas mon numéro de portable.


#RAMfic Ce que j'aime écrire dans cette fiction c'est la légèreté d'un amour de vacances ou tout va vite parce que le temps est compté et qu'il ne faut pas trop en perdre lksjdfgh voilà. J'espère que ça vous a plu & rendez-vous jeudi prochain pour la suite !
.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.189.255) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    21/12/2016

    spencer33 wrote: "😍😍😍😍 cette histoire est juste parfaite, tu écris super bien donc ça donne envie de continuer en plus c'est captivant. I love it tout simplement 😏😏.
    Louis est juste trop mignon. J'espère qu'harry ne fera pas le con.
    Tu as fais ça au hasard ou savait pour Jay ? Pour sa mort ? Bon c'était en septembre donc je ne pense pas que tu es devin.

    Breeef je vais juste passer ma soirée à dévorer ta fiction.
    "

    Awww merci beaucoup ❤ Je suis contente que ça te plaise !
    Non je ne savais pas, j'ai fait au hasard... malheureuse coïncidences :(
    J'espère que tu ne seras pas déçue ❤

  • spencer33

    20/12/2016

    😍😍😍😍 cette histoire est juste parfaite, tu écris super bien donc ça donne envie de continuer en plus c'est captivant. I love it tout simplement 😏😏.
    Louis est juste trop mignon. J'espère qu'harry ne fera pas le con.
    Tu as fais ça au hasard ou savait pour Jay ? Pour sa mort ? Bon c'était en septembre donc je ne pense pas que tu es devin.

    Breeef je vais juste passer ma soirée à dévorer ta fiction.

  • resteavecmoific

    09/10/2016

    Visiteur wrote: "J'aime tellement le début de ta fic, comme d'habitude, j'ai absolument tout lu de ce que tu as
    posté sur le net et j'ai toujours tout adoré, j'ai vraiment hâte de lire la suite, je sens déjà que
    je vais adoré la suite parce qu'actuellement.. Et bien oups ? J'adore déjà en fait ahaha ;)
    Je me demandais combien de chapitres fera à peu près.. approximativement ta fiction ?
    Merci pour le partage, A la semaine prochaine !
    "

    Coucou ! Merci beaucoup, j'espère que tu aimeras la suite tout autant !! Je ne sais pas du tout combien de chapitre sont prévus pour le moment, j'écris vraiment au feeling... xD ❤ ❤

  • Visiteur

    07/10/2016

    J'aime tellement le début de ta fic, comme d'habitude, j'ai absolument tout lu de ce que tu as
    posté sur le net et j'ai toujours tout adoré, j'ai vraiment hâte de lire la suite, je sens déjà que
    je vais adoré la suite parce qu'actuellement.. Et bien oups ? J'adore déjà en fait ahaha ;)
    Je me demandais combien de chapitres fera à peu près.. approximativement ta fiction ?
    Merci pour le partage, A la semaine prochaine !

  • resteavecmoific

    07/10/2016

    RoxanneK wrote: "Ils sont tellement mignons, détendus et bien l'un avec l'autre, tout à l'air naturel entre eux.
    J'aime beaucoup la phrase de Louis, je trouve ca très mignon. Et le fait qu'ils soient en vacances, leurs permets de pas se prendre trop la tête, et Louis sait à quoi s'en tenir avec Harry, qui est très clair dès le départ.
    Vivement la suite! :-)
    "

    Oui, c'est exactement l'image que j'ai voulu montrer de leur relation, quelque chose de solaire et qui fait du bien au moral, peu importe comme ça se termine 😍

  • resteavecmoific

    07/10/2016

    Visiteur wrote: "Hahaha je vois bien Louis le mener du bout du nez!! "

    C'est vrai qu'il a un fort caractère malgré tout 😂

  • Visiteur

    06/10/2016

    Hahaha je vois bien Louis le mener du bout du nez!!

  • RoxanneK

    06/10/2016

    Ils sont tellement mignons, détendus et bien l'un avec l'autre, tout à l'air naturel entre eux.
    J'aime beaucoup la phrase de Louis, je trouve ca très mignon. Et le fait qu'ils soient en vacances, leurs permets de pas se prendre trop la tête, et Louis sait à quoi s'en tenir avec Harry, qui est très clair dès le départ.
    Vivement la suite! :-)

  • resteavecmoific

    06/10/2016

    sandyh wrote: "LES amours de vacances c est merveilleux car on s'attend pas à ses promesses, on vit juste l'instant présent !par contre ça devient compliqué si on attache plus qu il le faudrait :)
    J adore ta fiction ❤
    "

    C'est exactement ça, les histoires de vacances c'est léger parce qu'on ne pense pas à ce qu'il pourrait se passer après ❤ Merci beaucoup !

  • heyfifou

    06/10/2016

    HARRY de mauvaise humeur y a de quoi il s est fait salement humilié ET en plus reveille a une heure beaucoup trop matinale
    Déjà le premier Baiser ils sont choupinous
    Ah Bav c est con il a pas ton numéro XD ralala ces enfants

Report abuse