Summer Love - Chapitre 6

.
Summer Love - Chapitre 6
Summer Love - Chapitre 6
Summer Love - Chapitre 6
 
Été 2016. Carmel-By-The-Sea, Californie.

J'ai mal au dos et c'est ce qui me réveille. Je me suis endormi sur mon canapé dans une position que je n'aurais même pas imaginé possible. J'ai quitté ma chambre au milieu de la nuit, quand Kit s'y est endormi. On a discuté pendant des heures, il m'a reproché des milliers de choses sur lesquelles j'ai pu me justifier et lui expliquer mon point de vue. Calmement. Je crois que ma conversation avec Emma m'a permise de réaliser que Kit ne me détestait pas tant que ça. Il a tenté de m'embrasser, évidemment, et je crois que j'ai eu raison de ne pas céder sous le coup de la colère parce que ce matin, je l'aurais regretté. Je ne suis pas comme ça, je ne profite pas de la faiblesse de quelqu'un pour me venger. Je ne me venge même pas, en fait. Je tourne la page, c'est tout.
 
Je me suis trainé jusque dans ma cuisine et quand j'ai vu qu'il était à peine 7 heures sur le four, j'ai ragé en silence. J'ai mangé rapidement avant de disparaître sous ma douche. Quitte à être debout, autant correctement commencer la journée.
 
. . .
 
« Kit ? Hey... Kit, il est 11 heures. Il faut que j'y aille. », je dis en le secouant un peu.
 
Il grogne, se retourne et tire ma couette sur sa tête.
 
« Kit...
– Laisse-moi ici. »
 
Je pouffe de rire.
 
« C'est ça oui. »
 
Il a déjà de la chance d'être resté seul dans ma chambre toute une nuit sans que je ne le surveille alors il ne faut pas pousser non plus.
 
« Kit magne-toi. Je te ramène en voiture si tu veux, mais lève-toi. 
– Rah t'es chiant ! », il râle en se redressant enfin.
 
Je l'aide à se relever et en seulement quelques minutes, on se retrouve dans ma voiture. Kit n'habite pas très loin alors je le dépose et je fais demi-tour pour prendre la route de la crique. J'ai besoin d'être tranquille et de faire le point.
 
Je me gare, je descends, je me déshabille et je fonce dans l'eau.
 
Evidemment, je pense à Louis, à ce que j'ai vu hier soir, à ce que je pensais savoir de sa relation avec Peter. J'ai la tête sans dessus-dessous parce que je ne comprends pas comment est-ce que j'ai pu ne pas voir que je me faisais avoir ? Est-ce qu'il s'est vengé au nom de tout le monde ? Est-ce qu'il a été décidé que quelqu'un devait se fiche de moi et que c'est lui qui a tiré la courte paille ? Ça me retourne l'estomac – et pire encore : le c½ur. Je n'accepte pas d'avoir entendu que Peter et lui s'évitaient depuis leur rupture, que Louis n'avait jamais voulu se remettre avec lui pour des raisons qui semblaient évidentes à tout le monde alors qu'hier, ils sont arrivés ensemble main dans la main. Peter est mon ami – ou du moins était – et je ne comprends pas ce sourire narquois qu'il affichait. Comme s'il savait quelque chose que je ne savais pas.
 
Je pense que j'aurais pu me questionner indéfiniment et que c'est ce que j'ai fait en quelque sorte parce que lorsque j'ai commencé à me sentir mal, épuisé et que j'ai vu des étoiles, le soleil était déjà très haut dans le ciel – peut-être 13 ou 14 heures. Fais chier, j'ai pas mangé.
 
Je suis sorti de l'eau et dans mon sac à dos j'ai immédiatement sorti ma bouteille d'eau et une barre de céréales. Puis je suis resté planté là, comme un con sur la plage à me demander comment est-ce que j'avais pu en arriver là. Comment est-ce que j'avais pu faire rentrer Louis chez moi ou l'emmener ici. Comment est-ce que je m'étais fait avoir au point de n'avoir rien d'autre à penser qu'à lui, à ce qu'il me faisait ressentir et à sa présence qui laissait un vide inexplicable sur cette plage.
 
. . .
 
Remonter la crique est une épreuve parce que je suis fatigué et que je n'ai pas assez mangé mais il m'en faut un peu plus que ça pour être à plat. Je décide d'aller manger à la brasserie mais lorsque j'atteins le rocher qui me sépare de la route, je repère Louis, assis dessus. Son visage semble fatigué et quand il me voit, il se redresse immédiatement.
 
« Harry, j'aimerais beaucoup qu'on discute j'ai­—
– Bonne journée, Louis. »
 
Je traverse la route pour me rendre à la brasserie. En théorie ils ne servent pas avant deux heures mais ils ont tout de même accepté de me servir un plat de pâtes. Je m'installe à une table en retrait et je patiente avec le verre d'eau qu'on m'a servi.
 
Lorsque Louis s'installe en face de moi, je ne masque pas mon agacement.
 
« Kit nous a dit qu'il ne s'était rien passé entre vous. Pourquoi tu l'as fait monter ? »
 
D'un côté j'en veux à Kit parce que j'ai fait ça pour que Louis ressente ce que j'ai ressenti mais c'était complètement stupide alors d'un autre côté, je le remercie d'avoir éclaircit les choses pour moi.
 
« Qu'est-ce que tu veux, Amour ? », je demande avec un air insolent.
 
Il soupire et j'espère qu'il va partir, vexé, mais il n'en fait rien.
 
« Je n'ai jamais voulu cette situation, il explique.
– C'est bien, on est deux sur trois alors.
– Arrête d'être aussi désagréable.
– C'est naturel quand je suis en colère, je réponds du tac-o-tac.
– Je n'avais pas l'intention de venir hier et...
– C'est sympa de t'être laisser convaincre par ton ex. C'était une jolie surprise, je rétorque avec sarcasme.
– Il ne m'a pas laissé le choix ! », il s'écrie.
 
Je me tais et le fixe avec un air parfaitement agacé. Du moins, c'est ce que je veux lui faire croire parce que je sais qu'au fond mon c½ur palpite car il est là, qu'il est beau et qu'il m'a manqué. Je me sens stupide de ressentir toutes ces émotions contradictoires en même temps et c'est toujours plus facile d'admettre qu'on est en colère contre quelqu'un plutôt que de reconnaître qu'on l'apprécie au point de vouloir passer l'éponge sans se poser de questions sur quelque chose qui nous a blessé.
 
« Il m'a fait un cinéma pas possible pour que je l'emmène et il m'a­— »
 
Sa voix se brise et il se met à fixer la table.
 
« Je me sens nul. Je l'évite parce que j'ai peur de l'aimer encore et que je ne sais pas lui dire non parce que j'ai l'impression que s'il boit ou se comporte mal, c'est de ma faute. Je ne veux pas porter le poids de sa chute sur mes épaules. Il m'a dit qu'on pourrait réessayer et quand j'ai dit non, il m'a demandé pourquoi et je n'ai rien pu répondre.
– Alors quoi, t'as accepté de vous redonner une chance parce que t'as pas su dire non ? »
 
Il soupire et je le vois coincer ses mains entre ses cuisses.
 
« Va-t'en !
– Harry, je t'assure que c'est pas ce que je voulais mais... et si ça fonctionnait ?, il dit en levant les yeux vers moi. Si jamais ça l'avait changé et que ça lui permettait d'aller mieux ?
– Alors tant mieux pour vous. Bonne continuation, Louis.
– Pourquoi est-ce que tu te braques ? C'était qu'un amour de vacances à tes yeux, non ?
– Mais t'es pas un amour de vacances toi, pas vrai ? C'est pas ce que tu m'as dit ? T'es pas juste ça ? »
 
Il baisse à nouveau les yeux.
 
« Va-t'en Louis. On se connaît depuis une semaine, je t'assure que tu n'avais même pas besoin de venir jusqu'ici pour te justifier. T'es ridicule. »
 
Sans plus rien ajouter – et sans même un regard pour moi – il se lève et quitte le restaurant précipitamment.
 
Quand mon assiette de pâtes arrive, je mange lentement parce que je n'ai plus faim mais que ce serait irrespectueux de partir sans manger alors que je les ai dérangé. Je suis tellement déboussolé que je ramène mon assiette en cuisine avant de rejoindre le comptoir pour régler mon plat.
 
Lorsque je regagne ma voiture et je jette un ½il à ma crique ; cet endroit n'a plus rien de magique maintenant et ça me fend le c½ur de me dire que c'est parce que je me suis fait avoir comme un imbécile.
 
Je remonte la côte jusqu'à Carmel et je roule depuis 5 minutes à peine que j'aperçois Louis sur le bas côté. En train de rentrer à pieds. Fait chier. Je le klaxonne et je m'arrête à son niveau.
 
« Monte.
– Fiche moi la paix, il dit sans se retourner.
– Louis, ne fait pas l'imbécile, tu en as au moins pour deux heures.
– Deux heures et quart, je le sais, je l'ai fait à l'allée. »
 
Il renifle et je comprends que s'il évite mon regard c'est parce qu'il pleure. Ça me fend le c½ur.
 
« Monte, s'il te plait. », je reprends plus calmement.
 
Je me fais klaxonner mais je m'en fiche. J'ai tout mon temps.
 
« S'il te plait, Louis. Il fait chaud, tu n'as sans doute pas mangé alors j'aimerais vraiment que tu montes en voiture. »
 
Sans que je n'ai besoin d'insister une troisième fois, il monte et je peux redémarrer. Le trajet du retour de fait dans un silence complet, même si j'entends Louis renifler. Je ne sais pas quoi lui dire pour le réconforter parce que je n'ai pas envie qu'il pense que je ne suis plus fâché ou blessé. Je me gare devant chez lui et il me remercie avant de quitter l'habitacle et de disparaître chez lui.
 
Sans un mot, sans un regard.


#RAMfic Ce chapitre est très court mais il n'y avait rien à mettre de plus... alors du coup, je vous mets tout de suite la suite ahah. Ça apporte quelques réponses sur l'attitude de Louis puisque finalement, c'était légitime de se tourner vers quelqu'un qu'il connait bien et qui ne risque pas de le larguer au bout de quelques semaines pour rentrer chez lui... Je crois que c'est aussi idiot que rassurant pour lui xD J'espère que ça vous a plus
.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    12/10/2016

    RoxanneK wrote: "Il est con Louis! Ouais, ok il espère toujours avec Peter, il est con et sait pas dire non, donc se force un peu... Passons sur ca. Mais franchement débarqué sur le lieu sachant qu'Harry serait là, main dans la main avec Peter, il s'attendait à quoi???? Il aurait du en discuter avec Harry, et se mettre avec Peter après. Mais si c'est pas faire pour, il l'a bien pris pour un con. Je comprends Harry.
    :-)
    "

    Oui c'est vrai qu'il aurait mieux fait de ne pas venir du tout mais bon... parfois on ne réfléchit pas avant d'agir, ça arrive xD

  • RoxanneK

    12/10/2016

    Il est con Louis! Ouais, ok il espère toujours avec Peter, il est con et sait pas dire non, donc se force un peu... Passons sur ca. Mais franchement débarqué sur le lieu sachant qu'Harry serait là, main dans la main avec Peter, il s'attendait à quoi???? Il aurait du en discuter avec Harry, et se mettre avec Peter après. Mais si c'est pas faire pour, il l'a bien pris pour un con. Je comprends Harry.
    :-)

Report abuse