Summer Love - Chapitre 8

.
Summer Love - Chapitre 8
Summer Love - Chapitre 8
Summer Love - Chapitre 8

Été 2016. Carmel-By-The-Sea, Californie.


J'ai beaucoup de mal à monter la côte qui mène à Bayview ; je réalise que j'ai mal au ventre mais surtout à la tête quand j'entends mon prénom se hurler au loin et que ça me fait plisser les yeux tellement ça résonne dans mon crâne. Je ne m'arrête pas parce que j'ai peur que ce soit des hallucinations auditives.
 
« Harry ! Ce n'est pas le moment de faire ta tête de mule ! »
 
Je reconnais la voix de Louis et je me retourne. Il court derrière moi et me rattrape après quelques secondes.
 
« Qu'est-ce que tu fais là ?, je demande quand il arrive à mon niveau.
– Je te cours après. Bon sang, t'as été vite, je pensais t'avoir raté sur la route ou—
– Qu'est-ce que tu fais là ?, je répète.
– Je te raccompagne chez toi. Tu as besoin de sommeil. Mais tu as également besoin de quelqu'un qui te réveillera toutes les deux heures pour s'assurer que tu vas bien.
– Je peux m'en sortir tout seul, je n'ai pas besoin de pitié.
– Je sais, il répond simplement.
– Alors qu'est-ce que tu fais là ?
– Je me fiche que tu puisses t'en sortir tout seul. Je ne compte pas te laisser tout seul. Et je pense que tu rêves de t'allonger au plus vite.
– Et Peter ?, je demande en ignorant sa réponse.
– Laisse Peter où il est. »
 
Sans plus rien ajouter, il passe un bras autour de ma taille et les minutes les plus longues de ma vie ont défilé comme une torture que je n'ai jamais connu avant. C'est affreux de le toucher mais d'être aussi loin de lui. Je ne sais pas lequel de nous deux a construit le mur le plus épais pour se protéger mais j'ai l'impression d'étouffer dans ce silence qui ne nous ressemble pas.
 
Une fois chez moi il a tenu à me conduire dans la salle de bain et quand j'ai vu mon visage dans le miroir, des dizaines de douleurs que je n'avais pas encore ressenties se sont mises à me piquer, me brûler ou me lancer de partout. J'ai même cru que j'allais tourner de l'½il.
 
« Reste avec moi, tu veux ? », il dit avec un petit sourire quand il voit que je manque de tomber.
 
Il m'assoit sur la cuvette des toilettes et fouille dans mes placards. J'ai du mal à garder les yeux ouverts, c'est même la tâche la plus compliquée que j'ai jamais eu à accomplir. Louis est doux, il est tendre. Il grimace en même temps que moi et pose délicatement ses mains sur les plaies les plus douloureuses pour atténuer la douleur. Il me répète en boucle de rester avec lui, son ton est inquiet, prévenant. La tendresse qui irradie de lui me transcende ; je me sens presque bien maintenant qu'il est là.
 
« Ok, ça ira. Je vais t'aider à te déshabiller. »
 
Chaque mouvement est difficile mais il me soutient et m'aide jusqu'à me border dans mon lit. Quand il se relève, j'attrape son poignet pour le retenir.
 
« Reste avec toi, tu veux ? », je demande avec un pâle sourire.
 
Il se rassoit sur le lit et caresse tendrement mes cheveux.
 
« Ok. Je vais prendre un livre si tu veux bien ? »
 
Je hoche la tête et je le vois se poster devant ce qui me sert de bibliothèque. Il n'y a qu'une dizaine de livres parce que c'est une maison de vacances alors il n'est pas long à arrêter son choix. Il revient près de moi et se couche sous les draps. Comme il est assis, je m'arrange pour poser ma tête sur ses cuisses et sans même perdre une seconde, je m'endors profondément.
 
. . .
 
« Harry ? Réveille-toi. »
 
J'ouvre les yeux, c'est difficile. J'ai l'impression d'être dans du coton. Je sens qu'on caresse mon visage, c'est agréable.
 
« Tu savais que la tortue de mer pouvait pondre jusqu'à 185 ½ufs ? C'est dingue, non. Nous on est perdu avec des jumeaux et elle, elle en a 185 d'un coup.
– Les bébés doivent rejoindre le large tout seul. Nous on élève nos enfants.
– Ouais. Ça reste quand même énorme. »
 
Mes yeux se ferment et je m'endors à nouveau.
 
. . .
 
« Harry ? Hey... ouvre les yeux. »
 
Je m'exécute même si j'ai beaucoup de mal. Mon visage me lance, mes mains aussi.
 
« Est-ce que je peux aller me préparer quelque chose à manger ?
– Il y a des céréales. Le lait est dans le frigo.
– Je n'aime pas le lait. »
 
Je pouffe de rire.
 
« Impossible.
– Je suis sérieux.
– Mais tu prends tes céréales avec quoi alors ?
– Du jus d'orange. »
 
Je grimace à l'idée du mélange que des chocapics au jus d'orange peut faire. Ça doit être immonde.
 
« Il y en a aussi. Mais attend que je me rendorme.
– Bébé. », il se moque.
 
Malgré tout, je sens ses doigts sur mon visage et je me rendors paisiblement.
 
. . .
 
« Harry... ? Harry, tu m'écrases.
– Faux, je marmonne sans ouvrir les yeux.
– Non c'est vrai. Tu es affalé sur moi. Il faut que j'aille aux toilettes. »
 
Je resserre mes bras autour de sa taille.
 
« T'appuies sur ma vessie, arrête !
– Reste avec moi.
– Oui. Rendors-toi. »
 
. . .
 
« Ta main est toute gonflée. Tu dois avoir un ½dème ou quelque chose dans le genre... Je suis allé chercher de la crème, je vais te la masser, d'accord ? Je fais doucement.
– C'est pas cassé, je murmure en demi-sommeil.
– Tu es sûr ?
– Oui.
– D'accord. »
 
Ma main dans les siennes, il la masse délicatement avec une crème qui sent la menthe. Elle a des vertus refroidissantes pour apaiser les coups. Ma mère l'utilisait souvent et ça me fait penser à elle.
 
« Ma mère...
– Elle a appelé, il me répond comme si c'était ma question. Je crois que les parents des jumelles lui ont téléphoné. Je l'ai rassuré, ne t'inquiète pas.
– Tu es parvenu à rassurer ma mère ?, je m'étonne en ouvrant difficilement les yeux.
– Oui. Je lui ai assuré que je ne te quitterai pas tant que je ne serais pas sûr que tout allait mieux.
– Je ne veux pas aller mieux alors. »
 
Il rit. Ce son me transporte tant il est beau.
 
« Ne soit pas stupide. »
 
. . .
 
« Harry ? Harry ! Je me suis endormi. Ouvre les yeux s'il te plait. »
 
Louis me secoue un peu et je ronchonne. Il soupire de soulagement.
 
« Ok, désolé. J'ai paniqué. Comment tu te sens ?
– Dormir.
– D'accord. J'arrête de t'embêter. Dors. »
 
. . .
 
Cette fois-ci, quand j'ouvre les yeux, Louis ne m'a pas forcé à le faire. La chambre est plongée dans le noir et le silence qui nous entoure est perturbé par les vibrations d'un portable sur ma table de chevet. Je me redresse doucement, Louis dort paisiblement à mes côtés alors je passe un bras par dessus lui pour me saisir du trouble-fête. Quand je vois que c'est Peter, je prends un malin plaisir à l'envoyer sur messagerie et à couper le téléphone de Louis avant de le redéposer sur la table de chevet.
 
Je me rallonge, je tire Louis jusqu'à moi et il ne lui en faut pas plus pour se blottir contre moi. Je réajuste les draps sur nous et je me rendors à nouveau.
 
. . .
 
Une sensation de vide et de froid me réveille. Ma chambre est toujours plongée dans le noir mais au vu des traits de lumière sur mon mur, j'en déduis que les volets sont simplement fermés. Louis n'est plus à côté de moi et c'est certainement ce qui m'a réveillé. Cela dit, je sais qu'il n'est pas parti alors je ne m'inquiète pas.
 
Je me redresse lentement et la tête me tourne. J'ai mal partout alors je décide de me rendre jusqu'à la salle de bain pour prendre un antalgique, histoire d'oublier un moment le marteau piqueur qui martèle mon crane sans jamais prendre de pause.
 
J'ouvre la porte ; un nuage de buée envahie la pièce. J'entends l'eau de la douche et la douce voix de Louis qui chantonne une chanson que je ne connais pas. J'hésite à l'avertir de ma présence, mais ce serait vraiment trop bizarre de passer pour un voyeur alors que ce n'est pas le cas.
 
« Louis ? »
 
Il cesse de chanter et coupe l'eau.
 
« Tu es debout ? Tout va bien ? Je ne voulais pas te réveiller, j'espère que ça ne te gêne pas que je prenne une douche, j'ai—
– Tout va bien, je le coupe.
– D'accord.
– Je prends simplement un cachet.
– Tu devrais prendre une douche aussi, ça te fera beaucoup de bien l'eau chaude.
– C'est une invitation ?, je demande en souriant.
– Uniquement parce que je veux t'avoir à l'½il. »
 
Je pouffe de rire et l'eau coule à nouveau. Je fouille dans l'armoire à pharmacie et lorsque je trouve ce que je veux, je me serre un verre d'eau pour faire passer le cachet. Je range tout et j'hésite un long moment avant de me décider à le rejoindre. Il y a une part de moi qui n'oublie pas ce qu'il s'est passé le jour du feu de camp, mais il y a également une part de moi qui veut prouver à Louis que je peux être bien mieux que Peter — et c'est cette dernière qui remporte la bataille. Je me déshabille et frappe à la porte vitrée de la douche pour qu'il m'ouvre. L'eau cesse de couler quelques secondes, la porte s'ouvre et je grimpe la marche qui me sépare de lui. On est un peu à l'étroit et la proximité qui nous lie subitement semble nous couper la parole. Mes yeux le fixent et mon c½ur bat la chamade sans que je n'y comprenne rien. Je tremble, j'ai du mal à déglutir, j'ai l'impression que mes jambes sont en mousse et sans savoir pourquoi, je m'approche pour sceller nos lèvres.
 
Louis ne me repousse pas, bien au contraire, et l'intensité de ce baiser n'est interrompue que parce que je laisse échapper un gémissement douloureux quand il pose ses mains sur mon visage.
 
« Pardon, il souffle en embrassant délicatement mes lèvres à plusieurs reprises. Pardon. »
 
Je ne sais pas pourquoi il s'excuse. Si c'est parce qu'il pense m'avoir fait mal, parce qu'on s'est embrassé ou parce qu'il m'a salement abandonné pour son abruti de Peter. Je comprends en croisant son regard que c'est un peu tout ça à la fois. Il allume l'eau et je caresse tendrement son visage.
 
« Je suis désolé d'avoir gâcher votre soirée, je finis par dire.
– T'as pas à être désolé. Tu as eu raison de le faire. Au moins, il n'y a pas eu trop de dégâts dans le jardin.
– Oui mais Alison se—
– Alison échangeait ses faveurs contre de l'argent. Tout le monde s'en doutait, personne n'osait lui en parler ou lui dire d'arrêter. Au moins, c'est fait. Amy t'a tout mis sur le dos alors que tout est de sa faute. Si elle ne voulait pas que sa soirée dégénère, il ne fallait pas qu'elle autorise Ethan a créer un groupe Facebook pour inviter tous les villages alentours.
– Elle était d'accord ?
– Elle ne pensait pas qu'il y aurait autant de monde. Personne ne le pensait. Même pas Ethan puisqu'il n'est pas venu.
– En fait... Ethan est venu, mais il était beaucoup trop bourré alors je l'ai ramené chez lui pour le recoucher avant de revenir.
– Il était avec vous dans la voiture ?
– Nous ?, je m'étonne.
– Kit et toi. »
 
Il y a un silence parce que je me demande comment il le sait, puis je réalise que c'est parce qu'il nous a vu. Instantanément j'éprouve le besoin de le rassurer, de le prendre contre moi, je de le cajoler. Il se laisse faire et enfouit sa tête dans mon cou. Les baisers qu'il y dépose me lancent des décharges électriques dans tout le corps.
 
« Pourquoi tu t'es remis avec Peter ?, je demande quand il relève la tête.
– Par sécurité.
Sécurité ?
– Oui, il répond simplement. Avec lui, je sais à quoi m'attendre. Il m'a promis que ça changerait. Il m'a convaincu que ce serait bien, qu'on pourrait emménager ensemble quand je serais prêt, qu'il en parlerait peut-être à ses parents. Je sais ce que c'est que d'être amoureux de lui, d'être avec lui. Ça ne me fait pas peur.
– Tu as peur d'être avec moi ?, je m'étonne.
– Bien sûr que oui ! Je ne veux pas être un simple amour de vacances, pas avec tout ce que je ressens quand tu es simplement présent dans la pièce. Je ne veux pas vivre tout ça en me disant que ça va s'arrêter, c'est impossible. Je veux ressentir ça aussi longtemps que je le peux. », il dit en prenant ma main pour la coller sur son torse.
 
Son c½ur cogne fort, vite. Certainement autant que le mien. Il cherche mon regard mais je trouve ses lèvres. Ce baiser là est bien plus emprunt de passion que tous ceux que nous avons échangé avant. Mon corps brûle sous ses caresses, j'éprouve le besoin vital de le sentir contre ma peau, de le toucher, le caresser. Quand mes lèvres quittent les siennes, il rejette sa tête en arrière pour me permettre de l'assiéger de baisers dans le cou, sur ses épaules. Il me serre dans ses bras, caresse mon dos, mes fesses. Je suis bien contre lui et c'est la première fois que je me sens submergé par autant de sentiments.
 
La passion s'estompe peu à peu et on se retrouve haletant et sous l'eau, l'air un peu stupide. On se regarde un moment avant d'éclater de rire. Louis me vole un baiser et il coupe l'eau.
 
« J'veux plus entendre parler de Kit, d'Alison ou d'amour de vacances, il dit très sérieusement.
– J'veux plus entendre parler de Peter, je réponds tout aussi sérieusement.
– Je suis en couple avec lui.
– Alors quitte-le. »
 
Il soupire et baisse la tête.
 
« C'est pas aussi simple, il répond.
– Pourquoi ? On est bien tous les deux, non ?
– Oui. Mais toi, tu vas partir.
– Je ne serais pas le garçon que tu viens voir en cachette, Louis. Je te préviens.
– Je sais.
– Alors où est le problème ? Tu es mieux avec lui ? »
 
Il secoue la tête, sans pour autant me répondre.
 
« Tu es contraint de rester avec lui ?, je m'inquiète. Il te menace ? Te fait du chantage ?
– Non ! Bien sûr que non. C'est juste... il va un peu mieux. Il ne boit plus autant. Je crois que ça lui fait du bien. »
 
Je lève les yeux au ciel et je me penche pour attraper un shampoing et en prendre dans mes mains.
 
« Je pense que tu peux sortir, je lui dis alors qu'il me regarde un peu perdu.
– Harry...
– S'il te plait. »
 
Étrangement, il n'insiste pas et ça me soulage. Je n'arrête pas de me sentir ridicule avec lui et quémander de l'attention me donne l'impression d'être un chien en manque d'affection. Je termine de me doucher et lorsque je sors, il m'attend avec une serviette.
 
« Louis...
– Écoute-moi, s'il te plait. »
 
Je ne réponds pas mais je prends la serviette qu'il me tend.
 
« Peter est—
– Je t'arrête tout de suite, d'accord ? Je me fiche de Peter. Je pensais qu'il était mon ami mais je réalise que je me suis trompé. Je n'ai pas envie d'être ami avec Peter et je ne veux plus entendre parler de Peter. Si toi tu veux perdre ton temps, ce n'est pas mon problème. Mais il ne changera pas, il restera infidèle, il continuera de se saouler dans les soirées et il continuera de faire comme si ta présence lui importe juste parce qu'il ne veut pas que tu réalises que tu serais bien mieux traiter ailleurs.
– Il me traite bien.
– Alors qu'est-ce que tu fais ici putain ? Qu'est-ce que tu fous chez moi ? Qu'est-ce que tu fous dans ma douche ? Qu'est-ce que tu fous dans mes bras ? Si t'es heureux et bien traité mais putain, qu'est-ce que tu fous là ? »
 
Je vois son regard se voiler et même si ça me broie le c½ur, je reste impassible.
 
« T'es injuste, il me dit.
– Non, je suis désolé mais c'est toi qui es injuste ! Tu me files de faux espoirs et ça c'est injuste. Tu veux que je t'assure que t'es un pas un amour de vacances ? Mais t'en es plus un dès l'instant où je t'ai emmené dans cette putain de crique ! Je pense tout le temps à toi, même quand t'es pas là, même quand je suis en colère contre toi et si je suis pas retourné à Sacramento c'est parce que je me dis qu'on a peut-être encore le temps de vivre des trucs. J'ai pas envie de partir et c'est la première fois que ça m'arrive. Mais moi je n'ai pas l'intention d'être pris pour un con, tu comprends ? Si toi ça te convient, tu peux rester avec Peter. Ça ne me gêne pas. Mais ne vient plus chez moi pour te distraire avant de rentrer chez lui pour te donner bonne conscience et t'assurer un avenir. Un avenir bien pourri d'ailleurs parce qu'il ne dira jamais à ses parents qu'il est gay. Jamais. Moi je n'ai pas envie d'être ton secret honteux, à toi de savoir si tu veux être le sien. Mais ne reste pas si je ne suis pas ton unique choix, c'est très offensant. »
 
Ses larmes coulent depuis le milieu de mon monologue et pourtant, je ne me suis pas arrêté. Parce que si je décide de me donner corps et âme dans une relation, il est hors de question que je le fasse tout seul. La passion et les caresses sous le coup de l'excitation, c'est bon pour les imbéciles. Ceux qui pensent que l'amour embrase, consume pour finir par s'éteindre. Mais l'amour n'a rien d'un feu de camp, c'est plus compliqué que ça, plus fort. Même à notre âge on devrait être capable de faire la différence alors s'il ne veut pas être un amour de vacances, il n'a qu'à pas agir comme tel.
 
« Tu veux bien me conduire chez Peter, s'il te plaît ? »
 
Je lui jette un regard dédaigneux.
 
« Est-ce que tu te fiches de moi ?
– Non. J'aimerais bien que tu m'emmènes chez Peter, il répète, s'il te plait. Je veux être sûr qu'il me laissera partir quand j'aurais rompu avec lui. »
 
J'ai eu la sensation de faire une chute de plusieurs étages et que tous mes organes vitaux me remontaient dans la gorge, l'impression de gagner au loto sans savoir ce que ça faisait vraiment. C'était peut-être même mieux.
 
« Sérieusement ? »
 
Il a timidement hoché la tête.
 
« Tu es sûr ? Mais pourquoi ?
– Tant pis si c'est effrayant... je ne veux pas être un secret honteux. »
 
Je hoche la tête avec un sourire imbécile placardé sur le visage.
 
« Tu restes avec moi, alors ?
– Je reste avec toi. »
 
Mon c½ur explose dans ma poitrine et si je n'avais pas mal partout, peut-être que je sauterais dans tous les sens en me fichant d'être trop excessif. Je pose une main sur sa nuque pour l'attirer contre moi et lui faire un câlin.
 
« Si tu veux bien on va déjeuner tous les deux et puis je t'y emmènes, d'accord ?
– D'accord. »
 
J'embrasse ses lèvres avant de le serrer à nouveau contre moi. Peut-être que j'ai bien fait d'écouter mes parents pour une fois. Peut-être que j'ai bien fait de ne pas m'enrôler tout de suite. 


#RAMfic Et voilà la suite !! En espérant que ça vous a plu et que Louis va arrêter d'être une girouette mouhaha.
.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    24/12/2016

    spencer33 wrote: "Ptdrrrr moi qui me mefiais D'Harry c'est Louis le problème enfaite. Il est chiant. J'espère qu'il va pas rechanger de décision parce que sinon Harry à l'autorisation de se barrer à la fin des vacances sans se retourner. 😋😋"

    Louis est chiant et t'as pas fini avec son caractère 😂😂😂 ❤

  • spencer33

    21/12/2016

    Ptdrrrr moi qui me mefiais D'Harry c'est Louis le problème enfaite. Il est chiant. J'espère qu'il va pas rechanger de décision parce que sinon Harry à l'autorisation de se barrer à la fin des vacances sans se retourner. 😋😋

  • resteavecmoific

    13/10/2016

    @Cartooune wrote: "Hey ! J'ai tellement aimé ce chapitre 😍 Louis qui joue les infirmiers c'est vraiment trop mignon. Ça m'a fait trop rire qu'il le réveil pour lui parler des tortues marines ahahah ! Au final, , c'est Harry qui est dans le vrai, c'est pas cool ce que lui fait Louis. Un coup oui, un coup non. J'espère que cette fois, pour de bon, Louis a pris sa décision. Mais bon, Il doit sûrement être perdu entre ce que lui promet Peter et ce qu'Harry lui dit. J'arrive pas à deviner ce que pense Harry : Il lui dit qu'il ne veut pas être pris pour un con et qu'il veut être avec lui mais est-ce qu'il réfléchit toujours à cette relation comme une relation limitée dans le temps ? Du coup j'ai peur, parce que j'ai l'impression qu'ils ne sont pas toujours sur la même longueur d'ondes...Mais on saura tout ça dans la suite je suppose 😍 ❤"

    Ahah oui trop chou *o* Oui, Harry est très réfléchi comme garçon mais c'est son enfance qui veut ça. Louis il est au lycée, il agit un peu comme il le sent et comme il avait peur qu'Harry se fiche de lui, il n'a pas osé se lancer (même si c'était idiot de se mettre de nouveau avec Peter en échange). Je pense qu'il sait déjà qu'il ne veut pas de limite de temps dans sa relation mais que ça reste effrayant de le dire à haute voix, il n'a jamais été en couple pour de vrai, il ne se laisse jamais aller. J'espère qu'ils finiront par se comprendre MDR ❤

  • resteavecmoific

    13/10/2016

    RoxanneK wrote: "Louis JE T'AIME LA TOUT DE SUITE!!
    Enfin une bonne décision de sa part putain! Je dis pas ça parce qu’il retourne avec Harry, mais parce qu’il lâche ce con de Peter. Peter qui est jaloux, possessif, alcoolo, et dédaigneux, mais qui n'assume pas son "amour" pour Louis. Faut arrêter trente seconde!
    Harry a raison sur ce coup là. Je pense que Louis attendait peut être juste une preuve qu'Harry tient à lui.
    :-)
    "

    Je pense que Louis avait peur qu'Harry se joue de lui mais il a eu la confirmation que non alors ça lui fait moins peur de se jeter à l'eau ! ❤

  • resteavecmoific

    13/10/2016

    sandyh wrote: "Bon alors comme d'habitude bravo :)
    Humm je fais à moitié confiance à Louis pour sa décision et puis en Harry aussi ! ils foncent tête baissée et je crains pour la suite ! parce que de toute façon les mauvaises personnes vont bien finir par se mêler de leur couple :(
    Alors j ai hâte de lire la suite !
    😘😘😘😘
    "

    Merci beaucoup ❤
    Parfois foncer sans se poser de question peut apporter du positif !

  • resteavecmoific

    13/10/2016

    Mael-Caluim-Aillil wrote: "Pourquoi malgré tout, j'ai comme l'impression que cela ne va pas être aussi simple que cela, que Louis ne va peut être pas quitté Peter. Je ne sais pas, j'ai une mauvaise impression.

    En tout les cas Harry m'a bluffer, son monologue m'a émue. Quoi qu'il arrive j'espère qu"'ils seront heureux.

    Merci
    "

    Ahah parfois c'est tout simple, il ne faut pas chercher à se compliquer la vie... ❤

  • @Cartooune

    12/10/2016

    Hey ! J'ai tellement aimé ce chapitre 😍 Louis qui joue les infirmiers c'est vraiment trop mignon. Ça m'a fait trop rire qu'il le réveil pour lui parler des tortues marines ahahah ! Au final, , c'est Harry qui est dans le vrai, c'est pas cool ce que lui fait Louis. Un coup oui, un coup non. J'espère que cette fois, pour de bon, Louis a pris sa décision. Mais bon, Il doit sûrement être perdu entre ce que lui promet Peter et ce qu'Harry lui dit. J'arrive pas à deviner ce que pense Harry : Il lui dit qu'il ne veut pas être pris pour un con et qu'il veut être avec lui mais est-ce qu'il réfléchit toujours à cette relation comme une relation limitée dans le temps ? Du coup j'ai peur, parce que j'ai l'impression qu'ils ne sont pas toujours sur la même longueur d'ondes...Mais on saura tout ça dans la suite je suppose 😍 ❤

  • RoxanneK

    12/10/2016

    Louis JE T'AIME LA TOUT DE SUITE!!
    Enfin une bonne décision de sa part putain! Je dis pas ça parce qu’il retourne avec Harry, mais parce qu’il lâche ce con de Peter. Peter qui est jaloux, possessif, alcoolo, et dédaigneux, mais qui n'assume pas son "amour" pour Louis. Faut arrêter trente seconde!
    Harry a raison sur ce coup là. Je pense que Louis attendait peut être juste une preuve qu'Harry tient à lui.
    :-)

  • sandyh

    12/10/2016

    Bon alors comme d'habitude bravo :)
    Humm je fais à moitié confiance à Louis pour sa décision et puis en Harry aussi ! ils foncent tête baissée et je crains pour la suite ! parce que de toute façon les mauvaises personnes vont bien finir par se mêler de leur couple :(
    Alors j ai hâte de lire la suite !
    😘😘😘😘

  • Mael-Caluim-Aillil

    12/10/2016

    Pourquoi malgré tout, j'ai comme l'impression que cela ne va pas être aussi simple que cela, que Louis ne va peut être pas quitté Peter. Je ne sais pas, j'ai une mauvaise impression.

    En tout les cas Harry m'a bluffer, son monologue m'a émue. Quoi qu'il arrive j'espère qu"'ils seront heureux.

    Merci

Report abuse