Summer Love - Chapitre 11

.
Summer Love - Chapitre 11
Summer Love - Chapitre 11
Summer Love - Chapitre 11
 
Été 2016. Carmel-By-The-Sea, Californie.

Quand je raccroche avec ma mère, je crois que je suis un peu déçu. Elle a bien tenté de noyer le poisson mais j'ai beaucoup trop de peine pour prétendre que je ne suis pas affecté par son annonce.
 
Je rejoins Louis dans le jardin ; il est installé dans le hamac en train de bouquiner. Il relève la tête – certainement avec l'intention de me demander de le rejoindre.
 
« Qu'est-ce qu'il y a ?, il s'inquiète en croisant mon regard. Qu'est-ce qu'il se passe ?
– Rien. Mon beau-père ne viendra pas. Enfin... il déposera ma mère, on ira au restaurant dans une ville voisine et il repartira d'ici aussi vite qu'il y est arrivé. »
 
Louis affiche une moue désolée avant de me faire signe de le rejoindre. On met plus de cinq minutes à être vraiment installés, sans tomber. Je crois que plus proche l'un de l'autre, on ne peut pas faire. Il est sur le dos et je suis sur le ventre, entre ses bras, son torse me servant de coussin. Si je fermais les yeux, je m'endormirais sans mal. Louis a des vertus apaisantes et je crois que c'est également pour ça que j'en tombe amoureux. Il me canalise, il me calme. Sa tendresse m'enveloppe et me rappelle que tout va bien. Du bout des doigts, il caresse mon dos à travers mon t-shirt.
 
« Il a du travail ?, demande Louis pour relancer la conversation.
– C'est ce qu'il dit, oui. Mais je sais qu'il déteste cet endroit et qu'il ne veut pas y venir.
– Tu crois ?
– Je le sais. Il l'a déjà dit à ma mère. J'aime Rick, je l'aime vraiment. C'est un beau-père exemplaire et il a fait énormément de choses pour moi. Mais ma mère n'a pas divorcé parce qu'elle n'aimait plus mon père, elle a été obligé de tourner la page parce qu'il est mort.
– C'est triste.
– Elle est amoureuse de Rick, il est très bien pour elle mais il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Rick n'aime pas cet endroit parce que tous les souvenirs que nous avons avec mon père sont encore très présents ici.
– Comment est mort ton père ? »
 
La question me coupe le souffle. Mon passé me saute à la gorge et je manque de m'étouffer avec mes souvenirs.
 
« C'était indiscret, je suis désolé, j'aurais pas dû demander ça comme ça, il s'empresse d'ajouter face à mon silence.
– C'est rien, c'est pas grave. C'est rien. Il s'est fait... c'était un accident de chasse. Une balle a ricoché, droit dans son ½il. Il est mort sur le coup. Les médecins disent que s'il avait porté ses lunettes de vue, la balle aurait dévié. Mais il détestait ses lunettes, il trouvait que ça le vieillissait.
– Les médecins sont bêtes, il soupire. On ne dit pas ça à des gens qui ont perdu un être cher. On—
– C'étaient les médecins de ma communauté, ils connaissaient très bien mon père. Ils se battaient avec lui à cause de ces fichues lunettes c'est... Mon oncle faisait partis de ces médecins. »
 
Il y a un très long silence et quand je veux me redresser pour regarder Louis, notre équilibre s'envole ; le hamac vacille, on essaie de basculer de l'autre côté pour compenser mais on se retourne complètement et je tombe sur le dos, Louis écrasé contre moi. J'ai le souffle coupé quelques secondes et quand l'air revient, j'éclate de rire.
 
« Désolé, je t'ai complètement écrasé. », me dit Louis avant de se mettre à rire aussi.
 
On se redresse et il embrasse mes lèvres à plusieurs reprises.
 
« Pardon.
– C'est rien, Amour. », je réponds avec un clin d'½il.
 
Il me bouscule et je l'imite avant que cette énième chamaillerie se termine en guerre de chatouilles. Il est tellement chatouilleux qu'il rit à en pleurer, il me supplie d'arrêter mais je le trouve tellement beau quand il rit aux éclats que je n'ai pas envie de m'exécuter.
 
« HARRY ! », il se fâche.
 
Je m'arrête, les yeux brillants d'amour. Amour. C'est bien le mot pour résumer toute la tendresse, l'affection, la passion et l'envie que j'ai pour lui. Ce n'est pas la première fois que je le regarde comme ça, mais c'est la première fois que ça a du sens. On se connaît depuis un mois seulement et je suis complètement dépendant de sa présence à mes côtés. J'en prends conscience alors qu'il s'empare de mes lèvres avec fièvre. Le feu d'artifice qui explose en moi m'empêche de voir clair. Il y a quelques minutes j'étais malheureux et maintenant j'ai la sensation que c'est le meilleur moment de ma vie. Les doigts de Louis parcourent mon dos, mon torse. Nos gestes n'ont plus de sens, tout est brouillon, on s'emmêle et la passion qui nous anime ne cesse de s'accroitre.
 
Nous n'avons pas besoin de parler pour savoir ce que nous voulons, nous n'avons pas besoin de demander de permission ni même de prendre notre temps. Ça fait des semaines qu'on passe des heures à se découvrir quand nos hormones nous titillent devant la télévision ou après un regard lourd de sous-entendu. On connaît l'autre par c½ur, on sait ce qu'il aime, ce qui le fait frémir et ce qu'il veut. On n'a jamais éprouvé le besoin de passer le cap parce que ce qu'on ressentait était suffisant alors. C'est différent aujourd'hui parce que tous les sentiments qu'on éprouvait ont un sens et que rien n'est jamais trop pour se montrer qu'on s'aime, sans pour autant oser le dire. Notre timidité est dévorée parce cette fièvre qui nous consume et notre pudeur est satisfaite par le demi-silence qui enveloppe ma chambre depuis que nous l'avons rejoint.
 
Faire l'amour avec Louis a été différent de toutes les autres fois où j'ai couché avec un quelqu'un parce j'étais guidé par autre chose que le simple désir et que mon besoin de lui montrer à quel point je l'aimais avait pris le dessus.
 
Lorsque l'on s'est retrouvé enlacés, emmêlés aux draps, essoufflés comme jamais et complètement en sueur, j'aurais pu lui répéter un milliard de fois à quel point je l'aimais, mais je n'ai pas osé le faire. Alors j'ai patienté à ses côtés en le câlinant jusqu'à ce qu'il sorte de ses rêveries.
 
Louis tourne sa tête vers moi et son regard en dit long sur ce qu'il pense. J'aurais aimé l'entendre à haute voix mais il scelle nos lèvres quelques secondes.
 
« Comment tu veux que je te laisse partir maintenant ?, il murmure.
– Empêche-moi de le faire. »
 
Il se blottit contre moi, sa tête nichée au creux de mon cou.
 
« Reste avec moi. », il souffle à mon oreille.
 
Mon corps entier est parcouru d'un frisson et je resserre mon étreinte autour de son corps. Je crois qu'on est beaucoup trop jeune pour ressentir tout ça, pour faire ce genre de promesse. Mais quand on est jeune, on est stupide et c'est ce qui fait de nous les êtres les plus passionnés – toute génération confondue.
 
Je ne réponds par parce que les mots n'auraient aucun sens mais je dépose un baiser au sommet de son crâne et il me remercie dans un souffle.
 
. . .
 
Lorsque j'ouvre les yeux, Louis n'est plus à mes côtés. J'entends la douche couler alors je vais le rejoindre. Il me sourit et sans un mot, on se lave rapidement.
 
« Emma m'a envoyé un message pendant qu'on dormait. Elle veut savoir si on sera là ce soir ?, il me dit alors qu'on se rhabille.
– T'as envie ?, je lui demande.
– Pas vraiment, non. Mais ça fait trois jours qu'on fait les morts, ils vont commencer à s'agacer.
– T'en as envie ?, je répète.
– Non parce que j'ai envie d'être seul avec toi mais... mais oui, en même temps. Ça pourrait être sympa de voir les autres. Un peu. Leur montrer qu'ils ont tord de penser que t'es incapable de ressentir quoi que ce soit. »
 
Je lève les yeux au ciel.
 
« Dis-lui qu'on viendra faire un tour alors, je capitule.
– Ok. On mange avant ?
– Ouais.
– Il reste de la pizza, ça te va ?
– C'est très bien. »
 
Dans le quart d'heure qui suit, on se retrouve dans mon canapé, le son de la télé au minimum, à manger nos restes de pizza.
 
« Pourquoi tu parlais de 'communauté' tout à l'heure ? C'est quoi ? Tu faisais partie d'une secte ? C'est de ça que ta mère s'est échappée ? »
 
Je pouffe de rire. Je savais que cette question finirait par arriver et la plupart du temps, je n'y réponds pas parce que ça ne concerne pas les gens. Mais c'est différent avec Louis.
 
« Non, on ne s'est pas échappé d'une secte. C'est... j'ai grandi dans une communauté survivaliste.
– Hein ?
– Tu as déjà entendu parler du survivalisme ?, je demande.
– Non.
– D'accord. »
 
Il me regarde un moment sans rien dire avant de poser sa part de pizza sur la table et de s'asseoir en tailleur en se tournant vers moi.
 
« Donc tu ne vas pas m'expliquer ?, il demande avec un air blasé.
– Qu'est-ce que tu veux savoir ?
– Mais ce que c'est !
– Euh... en gros, depuis toujours je me prépare à affronter toutes sortes de situations.
– N'importe laquelle ?, il demande, perplexe.
– Généralement, ce sont des scénarios catastrophes.
– Genre... tu vas être père et c'était pas prévu ? », il insiste, comme s'il ne voulait pas comprendre.
 
Ça me fait sourire et j'embrasse ses lèvres.
 
« Non. Un incendie, par exemple. Un accident. Un kidnapping ou une agression. Une situation d'isolement dans la nature... des catastrophes naturelles, une guerre civile, une pandémie...
– Attends t'es entrainé à survivre à une attaque de zombies, par exemple ?, il demande en se marrant.
Oui. »
 
Mon sérieux le force à cesser de rire et je lis dans ses yeux qu'il a des centaines de milliers de questions à me poser.
 
« Mais comment ? Comment on peut se préparer à tout ça ? »
 
Je hausse les épaules.
 
« J'en sais rien, ça me semble naturel pour moi de savoir recoudre une plaie, monter un campement ou stériliser de l'eau en pleine nature. De savoir me battre...
– Oh, c'est donc pour ça que tu te fais massacrer ? Parce que t'oses pas montrer à quel point t'es fort ?, il demande avec un air taquin.
– Non, c'est parce que je sais où frapper pour faire très mal, gravement blesser ou tuer. »
 
Il perd son sourire quand il réalise que c'est peut-être pire.
 
« Tu sais te servir d'armes à feux ?, il enchaîne.
– Oui, bien sûr. Je sais les monter, les démonter, les nettoyer. Je sais me battre à l'arme blanche ou utiliser un arc, en fabriquer un même. Je ne suis pas excellent partout mais je me débrouille assez pour que ce soit suffisant. »
 
Louis ne me quitte pas des yeux, je sens qu'il est perdu parmi toutes les questions qu'il désire me poser. Ça le rend encore plus adorable.
 
« Comment tu as pu apprendre à survivre à un kidnapping ?
– Bah... on m'a mis en situation.
– Quoi ? On a fait semblant de te kidnapper ?
– Oui. On m'a aussi perdu dans la forêt, on m'a balancé dans l'eau pour apprendre à nager, on m'a appris à chasser, à me nourrir dans la nature... Si mon père m'avait vu sortir sans mes chaussures quand tu es venu chez moi en pleine nuit la première fois qu'on s'est embrassé, il m'aurait certainement tué.
– Pourquoi ?
– Parce qu'on ne sort jamais sans chaussures. Jamais. Si jamais je dois m'enfuir, pieds nus c'est toujours plus compliqué. Je suis censé avoir mon sac, mes chaussures, de l'argent et mon bracelet de survie toujours avec moi – ou dans un endroit où je peux les récupérer rapidement.
– Un bracelet de survie ? C'est quoi ? Un genre de bracelet connecté ? Avec un GPS ? C'est ta montre ? »
 
Je ris avant de secouer la tête.
 
« Non, pas du tout. C'est ça, je dis en tendant mon poignet pour lui montrer le bracelet en question.
– Hein ? Ça ? Mais c'est pas un bracelet déco genre un truc de surfer avec des fils de pêche ou je sais pas quoi ?
– Non, non. C'est... »
 
Je le détache par l'encoche pour lui montrer.
 
« Si j'enlève ça juste ici, je peux le dérouler et j'aurais une corde de 3 mètres 57.
– Une corde ?
– Oui. C'est une paracorde tressée en bracelet, une corde de parachute. Les militaires utilisent ça. C'est très pratique.
– Là, tu as environs 4 mètres de corde autour du poignet ?
– Oui, 3 mètres 57 qui peuvent supporter jusqu'à 250 kilos. »
 
Je raccroche mon bracelet il me regarde avec fascination. Il n'a plus du tout l'air de se moquer et je crois que ça me rend un peu fier qu'il s'intéresse vraiment à tout ça. Je sais qu'aux yeux des gens nous sommes simplement perçu comme des paranos complètement fous ; j'avais peur qu'il fasse partie des gens qui refusent de comprendre.
 
« Je sais faire toute sorte de n½uds avec ça, je reprends.
– Tu sais allumer un feu ?
– Evidemment.
– Putain mais c'est génial ! C'est pour ça que tu m'as parlé du miel sur mes plaies ? Que tu sais cuisiner, grimper partout ? »
 
Je hoche la tête.
 
« Et c'est pour ça que tu veux que j'apprenne à nager ?
– Oui... c'est important d'être autosuffisant. Je te l'ai dit.
– C'est pour ça que tu penses comme ça, alors ?
– Comment ?
– Qu'on ne peut compter que sur soi-même ? »
 
Je hoche la tête. Ça me semble logique. En cas de panique, je sais que je peux compter sur moi et que je ne me trahirais pas. Je peux venir en aide aux autres mais je ne suis dépendant de personne.
 
« Tu m'apprendras d'autres trucs ? »
 
Je fronce les sourcils, un peu surpris par cette requête.
 
« Vraiment ? Je pensais que tu trouvais ça barbare que mes parents m'aient abandonné en bas de la crique.
– C'est surprenant... mais c'est ta culture. Je comprends maintenant, même si c'est certain que je ne ferais jamais ça à mes enfants. Ça reste choquant mais... enfin, il doit y avoir des trucs utiles.
– Oui, je pense que oui. Tu veux voir un truc fascinant ?, je demande avec un sourire.
– Ouais ! »
 
Je me lève et prends sa main pour l'entraîner vers la grande armoire au fond du salon. Il se tourne vers moi et hausse un sourcil.
 
« Euh... c'est l'armoire de famille ? »
 
Je lève les yeux au ciel en riant avant d'ouvrir la porte. Je pousse tous les vêtements sur un côté et je tâtonne pour trouver la poignée que je tourne dans la foulée pour ouvrir la porte.
 
« Tu rigoles ? Y a une pièce secrète ?
– Ouais. Si j'avais voulu t'assassiner, j'aurais jeté ton corps ici. »
 
Louis me regarde avec suspicions avant que je n'éclate de rire.
 
« C'est pas drôle comme blague, il râle.
– Pardon Amour, viens. »
 
Je passe le premier pour le réceptionner de l'autre côté.
 
« Tu fais attention il y a quelques marches. », je le préviens récupérant discrètement la clé qui nous permettra d'ouvrir la porte.
 
Je nous éclaire avec la lumière de mon portable et on descend lentement l'escalier.
 
« Vous avez une cave ?, il demande, surpris.
– Mon père l'a faite, oui. Je ne crois pas qu'elle soit déclarée sur les plans de la maison, c'est pas une cave normale.
– Comment ça ? »
 
Je tourne la clé dans la serrure, on entend plusieurs cliquetis et la porte se déverrouille.
 
« C'est plus un bunker. », je dis en ouvrant la porte.
 
Toujours à la lumière de mon portable, je cherche l'interrupteur et j'allume la pièce quand je le trouve.
 
« La vache !, souffle Louis. Mais c'est une deuxième maison !
– Oui. Si la maison était balayée par une tornade, on pourrait toujours vivre ici. Il y a deux chambres. Elles sont petites mais c'est exactement ce qu'il faut. Il y a aussi une salle de bain. Pas d'eau chaude mais on peut toujours la faire chauffer à la cuisine. Il y a deux générateurs et si on se débrouille de manière économique, on peut vivre ici trois ans avec l'électricité.
– Trois ans ? »
 
Je hoche la tête avant de l'emmener dans la plus grosse partie du bunker et quand je pousse la porte, il y a l'équivalant d'un supermarché entreposé sous nos yeux.
 
« Wow !, il souffle avant de errer dans les rayons. Bon sang mais y a tout ici ! C'est dingue ! Vous avez plus d'eau que dans les rayons de la supérette de Carmel ! Et y a carrément une pharmacie ! C'est... bah ça... c'est super effrayant.
– Effrayant ?
– Oui. Parce que se dire que certaine personne pense à tout nous fait réaliser qu'on ne pense à rien. C'est dingue. En voyant ça j'ai l'impression qu'on va vivre une catastrophe et que je ne suis pas du tout préparé et ça me fait peur.
– Louis... mon père est mort et il ne s'est jamais servi de tout ça. Ça représente très bien l'esprit de ma communauté. Nous sommes de grands dramaturges prêts à survivre à la fin du monde et nous ne sommes même pas confronté à un véritable incendie tout au cours de notre vie. »
 
Il pouffe de rire et j'attrape sa main pour qu'on puisse sortir.
 
« Ok. Ça me rassure alors. 
– Mais je vais quand même t'apprendre à nager.
– Ça me va. », il répond. 
 
On retrouve la lumière du jour, je referme tout correctement derrière nous et il se plante devant moi, avec un air amusé.
 
« Les autres savent tout ça ?
– Non. Je n'en ai jamais parlé à personne.
– Pas même à Kit ? Ou à Emma ?
– Personne. Je ne devrais pas t'en parler non plus.
– Mais tu le fais. T'es fou, il dit en riant.
– Les fous font des choses folles. »
 
Ça aussi, ça le fait éclater de rire. Il est tellement beau que je l'attire à moi pour lui voler un baiser. Louis passe ses bras autour de mon cou.
 
« Donc je suis vraiment en sécurité avec toi, c'est ça ?
– C'est ça, oui.
– Quel est le pire truc qu'on t'ait fait faire ?
– Eh bien... »
 
Je suis interrompu par la sonnerie du téléphone portable de Louis. Il se détache de moi à contre c½ur et va le récupérer sur la table basse pendant que je débarrasse les restes de notre repas. Je n'écoute pas ce qu'il dit parce que c'est souvent sa s½ur et ça ne me regarde pas.
 
Je range le lave-vaisselle, je nettoie le plan de travail et quand il revient, il m'adresse un grand sourire.
 
« On y a va alors ? »
 
Je hoche la tête, pas convaincu qu'on passerait une bonne soirée mais je passe un bras autour de sa taille une fois dehors pour qu'on s'y rende à pieds.
 
Tout est simple avec Louis, et je crois que c'est pour ça que je suis autant attaché à notre complicité. Peut-être que les sentiments sont décuplés parce qu'on a l'impression qu'il faut tout vivre tout de suite mais plus j'y pense, plus je me dis que mon impulsivité aurait du bon et qu'un an ici ne serait en rien une perte de temps. Pas si je la passe à fonder quelque chose de solide.


#RAMfic Et voilà ! Maintenant vous en savez un peu plus sur le passé d'Harry ahah, j'espère que le chapitre vous a plu moi j'ai beaucoup aimé l'écrire sfhgbb
.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.189.255) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    Mamaa wrote: "Bon il est claire que je suis clairement devenue accro à ta fiction en à peine deux heures. D'ailleus je suis accros à, je pense, toutes tes fictions, dont ISIL que j'ai du lire au moins trois fois parce que cette fiction c'est la vie quoi ! Je me suis rendu compte aujourd'hui que tu avais commencé une nouvelle fiction et d'un côté tant mieux, au moins j'ai pue lire 11 chapitres d'affilée ! En tout cas j'ai hâte j'ai tellement hâte de lire la suite 😍😍 Et juste un petit truc, je veux juste te prevenir qu'il y quelques "fautes" dans quelques chapitre, enfin c'est plutôt des fautes de frappe je dirais. C'est pas dérangeant mais je pense que tu préfère le savoir plutôt qu'on ne le te dise pas :) j'espère que le prochain chapitre arrivera bientôt parce que j'ai trop hâte !! "

    Awww merci beaucoup ❤
    Merci pour les fautes, je me doute qu'il y en a parce que je me relis très peu xD

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    RoxanneK wrote: "Chapitre précédent : Je suis contente que les autres comprennent enfin que Peter est un gros con. J'aime beaucoup Jared et Emma, je sais, je l'ai deja dit.
    Et ce chapitre, j'adore, je comprends mieux Harry, moi je trouve pas ca choquant, j'admire même! Même si je pense que ca n'a pas du être facile pour eux.
    Je me leve ce matin, et je vois deux chapitres! C'est la fête tout les jours ou pas???!! J'aimerais bien! :-)
    "

    Ça peut avoir un côté choquant, tout comme ça peut être vu d'un bon oeil... tout dépend de notre éducation, je pense !

  • resteavecmoific

    17/10/2016

    @Cartooune wrote: "OH MON DIEU !! Putain mais c'est encore pire que Man VS Wild !!!! JhbsdfbvguizgvuzgVB !!! Je ne connaissais pas du tout, du tout, du tout. Mais alors ça c'est vraiment trop cool ! Et flippant. Parce que comme le fait remarqué Louis, y en a qui se prépare à tout et puis y a nous qui envisageons absolument rien ! Perso mes connaissances de survie se limitent à ce que j'ai appris en passant le BNSSA et en regardant Man VS Wild MDRRRRR. Je comprends mieux Harry du coup, sa personnalité, son comportement. Il a un côté vraiment rassurant.
    Bon sinon leur relation moi je fonds trop husfghsgfqeu ! ? Harry envisage de rester 1 an ? Excellente idée !!!
    Hâte de lire la suite❤️
    "

    Tu vois, t'étais pas loin mais en même temps c'était vraiment pas ça... xD Moi j'ai connu ça dans un film sinon jamais j'aurais su que ça existait non plus !! Mes connaissances de survie se limite à Man VS Wild aussi... on n'est pas franchement des aventurières MDRRR

  • resteavecmoific

    17/10/2016

    LARRYFICAHOLIC wrote: "C'est fascinant !! Je ne sais pas comment tu connais ca, ca ne me regarde pas a vrai dire maus je savais même pas que ca existait !! C'est fou !! Et du coup ton chapitre explique beaucoup de choses effectivement. C'était super cool. Et puis forcément nos deux amoureux transits qui font l'amour pour la 1ere fois, c'est beau ❤❤ il est top ton chapitre Mel"

    J'ai vu ça dans un film et je trouvais que ça allait parfaitement à cette fiction, moi aussi je ne connaissais pas avant d'en entendre parler, j'avais trop aimé ! ❤

  • Mamaa

    16/10/2016

    Bon il est claire que je suis clairement devenue accro à ta fiction en à peine deux heures. D'ailleus je suis accros à, je pense, toutes tes fictions, dont ISIL que j'ai du lire au moins trois fois parce que cette fiction c'est la vie quoi ! Je me suis rendu compte aujourd'hui que tu avais commencé une nouvelle fiction et d'un côté tant mieux, au moins j'ai pue lire 11 chapitres d'affilée ! En tout cas j'ai hâte j'ai tellement hâte de lire la suite 😍😍 Et juste un petit truc, je veux juste te prevenir qu'il y quelques "fautes" dans quelques chapitre, enfin c'est plutôt des fautes de frappe je dirais. C'est pas dérangeant mais je pense que tu préfère le savoir plutôt qu'on ne le te dise pas :) j'espère que le prochain chapitre arrivera bientôt parce que j'ai trop hâte !!

  • RoxanneK

    15/10/2016

    Chapitre précédent : Je suis contente que les autres comprennent enfin que Peter est un gros con. J'aime beaucoup Jared et Emma, je sais, je l'ai deja dit.
    Et ce chapitre, j'adore, je comprends mieux Harry, moi je trouve pas ca choquant, j'admire même! Même si je pense que ca n'a pas du être facile pour eux.
    Je me leve ce matin, et je vois deux chapitres! C'est la fête tout les jours ou pas???!! J'aimerais bien! :-)

  • @Cartooune

    14/10/2016

    OH MON DIEU !! Putain mais c'est encore pire que Man VS Wild !!!! JhbsdfbvguizgvuzgVB !!! Je ne connaissais pas du tout, du tout, du tout. Mais alors ça c'est vraiment trop cool ! Et flippant. Parce que comme le fait remarqué Louis, y en a qui se prépare à tout et puis y a nous qui envisageons absolument rien ! Perso mes connaissances de survie se limitent à ce que j'ai appris en passant le BNSSA et en regardant Man VS Wild MDRRRRR. Je comprends mieux Harry du coup, sa personnalité, son comportement. Il a un côté vraiment rassurant.
    Bon sinon leur relation moi je fonds trop husfghsgfqeu ! ? Harry envisage de rester 1 an ? Excellente idée !!!
    Hâte de lire la suite❤️

  • LARRYFICAHOLIC

    14/10/2016

    C'est fascinant !! Je ne sais pas comment tu connais ca, ca ne me regarde pas a vrai dire maus je savais même pas que ca existait !! C'est fou !! Et du coup ton chapitre explique beaucoup de choses effectivement. C'était super cool. Et puis forcément nos deux amoureux transits qui font l'amour pour la 1ere fois, c'est beau ❤❤ il est top ton chapitre Mel

  • Visitor

    14/10/2016

    J'aime trop la communauté d'Harry ! Et l'avancée dans la relation de mes bébés larry me fait fondre !
    Ce chapitre était juste sublime, comme d'habitude ! ❤

Report abuse