Summer Love - Chapitre 12

.
Summer Love - Chapitre 12
Summer Love - Chapitre 12
Summer Love - Chapitre 12
 
Été 2016. Carmel-By-The-Sea, Californie.

Le problème dans les soirées où on n'est pas vraiment les bienvenus, c'est que ça finit toujours par devenir gênant. Parce que les autres vous fixe, parce que même ceux que vous ne connaissez pas savent à quelle heure vous allez chier et parce que ceux qui ont la haine emplissent la pièce de leurs ressentiments étouffants. Peter nous a foudroyé du regard toute la soirée et il s'est permis de lancer quelques pics à Louis ; j'aurais certainement perdu mon calme si Louis ne m'avait pas demandé de rester assis.
 
Louis réalise à haute voix qu'on n'aurait mieux fait de rester chez moi lorsque Kit approche, l'air penaud, les mains dans les poches. Comme un gamin de 12 ans il dit :
 
« Harry... j'peux te parler ? »
 
J'hésite, je jette un ½il à Louis et il me sourit alors j'embrasse son front et je me lève. On s'éloigne avec Kit et on va dans un coin isolé du jardin. Il fixe le sol, mal à l'aise. Il n'ose même pas prendre la parole alors que c'est lui qui m'a convié.
 
« Tu voulais me parler ? », je demande.
 
Il hausse les épaules.
 
« Ouais... j'me sens vraiment stupide. J'ai très honte de ce qu'il s'est passé chez Amy.
– C'est moi qui ai honte d'avoir foutu le bordel dans vos vies ordonnées, encore une fois. », je rétorque sur un ton amer.
 
Cette fois-ci, il lève les yeux vers moi.
 
« J'aurais dû réagir quand tu étais par terre. Je sais que Louis aurait réagi, même Emma l'aurait fait. Mais j'ai rien dit.
– T'excuse pas, c'est pas grave.
– Si, c'est grave. J'ai rien fait parce que j'espérais que tu souffrais autant que moi. »
 
Je le regarde un moment sans rien dire, un peu sous le choc de la révélation. Je peux m'attendre à des dizaines de choses de la part de Kit, mais je reconnais que je suis surpris par la haine qu'il nourrit à mon égard. J'ouvre la bouche en cherchant quoi dire mais comme rien ne vient, je la ferme et fais demi-tour. Il pose une main sur mon épaule pour m'en empêcher.
 
« Mais attends, au moins !, il me dit alors que je me retourne.
– Attendre quoi ? T'as d'autres trucs méchants à révéler ?
– C'est pas méchant. »
 
Je laisse échapper un rire nerveux.
 
« Non, bien sûr que non, je réponds avec ironie. T'étais soulagé que je me fasse taper parce que ça te vengeait un peu, mais c'est pas méchant. T'as un trouble mental ou quoi ?
– Est-ce que t'as eu mal ?, il demande.
Sérieusement, Kit ? »
 
Sans que je ne comprenne pourquoi, ses yeux s'emplissent de larmes et même si je suis en colère contre lui, ça me fait de la peine. Je n'y comprends rien.
 
« Est-ce que tu réalises à quel point c'est difficile de te voir avec Louis ? »
 
Je lève les yeux au ciel.
 
« Reviens-en Kit. On avait 15 ans.
– Et t'en as seulement 18 aujourd'hui. T'es toujours en vacances alors pourquoi t'es comme ça avec lui ?
– J'étais comme ça avec toi. Tu me collais tout le temps et je ne pense pas que tu puisses citer une fois où je t'ai repoussé.
– C'est différent.
– En quoi ?
– Louis ne te colle pas, il n'a pas besoin, vous êtes attirés l'un par l'autre, ça se voit. »
 
Je le regarde, sans un mot. Sans comprendre où il veut en venir.
 
« Qu'est-ce qu'il a de plus que moi ?, il insiste.
– Mais j'en sais rien moi ! Ça ne s'explique pas ce genre de choses. J'y peux rien si je suis tombé amoureux de lui à ce point alors que je t'aimais bien et rien de plus. On dirait que j'ai calculé ça exprès pour te faire mal. Je m'en balance des autres, Kit. Tant que Louis est content, ça me va.
– T'es amoureux de lui ?
– Bon écoute, ça suffit, je tranche. On était jeune, c'était bien. Mais t'es pas mon premier amour et—
– Mais tu m'as dit que j'étais ta première fois !
– Ouais, et alors ? Mais t'as envie que je devienne méchant ou quoi ? C'est quoi ton objectif ?
– Je veux comprendre !
– Mais comprendre quoi ?!, je m'emporte. Putain mais t'es chiant, merde ! Je t'aime bien mais tu pompes l'air, c'est tout. T'es collant, tu ne m'attires plus physiquement, tu me prends tout le temps la tête au point que je n'ai plus envie d'être ami avec toi. On n'avait rien à se dire et à part coucher ensemble, on ne faisait rien d'intéressant. On était tout le temps avec les autres et c'était tout. Voilà.
– C'est méchant !, il articule difficilement en se mettant à pleurer.
– Non mais tu te fous de ma gueule ?, je demande en serrant les dents. Tu voulais quoi en me disant tout ça ? Que je culpabilise et que je quitte Louis pour toi ? Tu vis dans quel monde ? »
 
La tristesse sans ses yeux se transforme en rage et quand il jette un ½il à Louis en coin, le visage fermé, les poings serrés, mon ventre se soulève.
 
« Essaie de l'approcher une fois, juste pour voir ce que ça fait. »
 
Il se détend instantanément, comme s'il réalisait que ses pensées n'étaient pas bonnes.
 
« De toute façon, si on ne se remet pas ensemble, j'en finirais avec la vie. », il a répondu très sérieusement.
 
Ça me met très mal à l'aise de l'entendre et même si je ne montre rien du tout, j'ai peur l'espace de quelques secondes. Je sais qu'il est assez stupide pour se mettre en danger, sans pour autant aller jusqu'au bout.
 
« Kit, ce serait vraiment idiot.
– Mais tu ne réalises pas ce que c'est que de ne plus t'avoir.
– Et si tu m'avais à nouveau, qu'est-ce qui changerait ? De quoi on parlerait ? Qu'est-ce qu'on ferait tous les deux ? Tu sais ce que j'aime faire ? Est-ce que je devrais me déguiser en fille le jour où tu me présenteras à tes parents ? »
 
Une chape de plomb nous tombe dessus.
 
« Qui t'a dit ça ?
– Tout le monde. Quand t'aimes quelqu'un, t'as pas honte de lui, d'accord ? Alors à mon avis, quand tu rencontreras la personne que tu présenteras à tes parents, tu sauras que c'est la bonne. C'est tout. T'auras envie d'être tout le temps avec, que le monde entier sache qui c'est et tu voudras tout partager avec cette personne. Je sais que ça semble difficile mais en t'accrochant à moi, tu t'empêches de voir les gens autour. On a déjà eu ce genre de conversation quand j'étais avec Emma. Je pensais que ça t'était passé.
– Parce que l'année dernière, t'étais avec personne.
– Si. Sauf que vous ne l'avez jamais vu. C'est tout. »
 
Il ouvre la bouche, pris au dépourvu.
 
« Et je réalise qu'on aurait dû se cacher encore plus longtemps avec Louis, enfin.. mieux s'y prendre. Parce que tout le monde nous casse les pieds et ça devient pesant.
– Vous remettez votre couple en question ?, il demande, plein d'espoir.
– Hein ? Non, Kit. NON. On ne remet pas notre couple en question. Par contre, notre amitié avec le reste du groupe, beaucoup oui.
– Quoi ?
– T'es sourd ?
– Si tout le monde est contre vous, vous devriez vous remettre en question !
– Non.
Si. »
 
Je soupire avant de lâcher un rire nerveux.
 
« Putain, je rêve.
– Quoi ?
– Rien. C'est juste que je réalise que j'ai évolué et pas vous, c'est tout. J'ai plus 15 ans. J'ai plus le temps pour vos conneries. Voilà pourquoi on ne s'entendra jamais : parce que t'es un gamin, Kit. Tu penses que le suicide est un bon chantage alors que c'est un sujet grave, les gens qui passent à l'acte n'ont plus de solutions et pensent que c'est leur seule issue. Tu t'en fous de moi, je sais que tu fréquentes d'autres personnes pendant l'année mais tu fais un cirque tous les étés parce que t'acceptes pas d'être remplacé. Tu es égocentrique et tu penses que le monde s'articule en fonction de toi mais je suis désolé de te l'apprendre : ce n'est pas le cas. Vos soirées ne m'intéressent plus, vos conversations non plus. Vos jeux d'alcool, vos blagues à la con me fatiguent. Nous n'avons pas les mêmes priorités, les mêmes ambitions, les mêmes façons d'aborder la vie. C'est comme ça. En un an, on change. Cette année j'ai réalisé que je n'étais ami avec aucun d'entre vous puisqu'au moindre problème, je suis celui qu'on blâme.
– T'as fait arrêter Alison !, il s'écrie.
– Ah mais la prostitution c'est pas grave, en fait ? »
 
Il ne répond pas mais je vois dans ses yeux que non, c'est rien puisque qu'être Escort Girl ou avoir un Sugar Daddy c'est en vogue. J'imagine facilement qu'il aurait pu me répondre que ceux qui payaient étaient bêtes parce qu'Alison pourrait le faire gratuitement si elle était bourrée.
 
« T'as changé, il me reproche.
– Oui. Et vous non.
– Tu me dégoûtes.
– Cool. 
– Je pense que tu devrais partir, Harry. Sans oublier de prendre Mr. Parfait avec toi. »
 
Tout ça pour ça, je me dis en serrant les dents. Tout ce cirque pour cette conclusion minable et puérile.
 
« Vivement la fin de l'été, que tu te casses et qu'il comprenne que tu t'en fiches. »
 
C'est plus fort que moi mais quand il dit ça, j'affiche un large sourire. Le plus gros sourire d'enfoiré que j'ai jamais affiché de toute ma vie.
 
« Cette année je ne pars pas, j'annonce fièrement. Je reste. Pour lui. »
 
Kit se décompose et je fais demi-tour. Je rejoins Louis – resté seul sur son canapé – et je tends la main.
 
« On se casse.
– Hein ? Pourquoi ?
– En dix minutes, qui est venu te parler ? »
 
Il regarde autour de lui et constate qu'en effet, parmi tous les gens qu'il connaît, personne n'a pris une seconde pour discuter avec lui. Il attrape ma main et se lève.
 
« On se casse, il dit avec un sourire triste.
– Louis, je dis en le forçant à me regarder. Un jour, ils réaliseront qu'ils ont perdu gros et ce jour-là, ce sera trop tard.
– Ça me rend triste, il dit la gorge serrée.
– Je sais. »
 
Je m'approche de lui pour lui voler un baiser.
 
« On va faire quelque chose pour être moins triste, je dis.
– Quoi donc ?
– Une clôture. »
 
. . .
 
« Harry... il est 23 heures 30 passé.
– Il va y avoir assez de lumière avec tout ça pour qu'on pense qu'il est 17 heures. », je dis en désignant les halogènes que j'ai disposé sur la plage.
 
Même s'il essaie de me raisonner, Louis pouffe de rire en me voyant descendre les escaliers avec mon marteau, ma masse et ma caisse à outils.
 
« Et tu sais ce que disait mon père ?, je poursuis. Il n'y a pas d'heure pour se barricader chez soi.
– Il disait ça ?, il demande en haussant un sourcil.
– Non. Mais je me suis dit que ça passerait mieux si tu pensais que c'étaient les paroles de mon défunt père. »
 
Il éclate de rire et vient embrasser mes lèvres avant de prendre la masse de mes mains.
 
« Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça... ce... gros marteau ? »
 
Je me mords les lèvres pour ne pas me moquer.
 
« Eh bien... avec ce gros marteau, je compte enfoncer ces grands piquets dans le sable pour avoir une clôture de 2 mètres et non pas une barrière minable de 50 centimètres. Avec les rochers qu'il y a dans l'eau, ils ne pourront même pas traverser. »
 
Il lève les yeux au ciel, certainement épuisé par toute ma détermination.
 
« D'où tu sors tout ça, d'ailleurs ?, il ajoute en désignant le matériel que j'ai sorti.
– Mon père a toujours eu l'intention de construire une démarcation avec le reste de la plage mais je ne voulais pas. Je voulais que mes amis puissent venir. Et puis j'estimais que les rochers de l'eau et ceux de la falaise formaient déjà une sorte démarcation.
– Qu'est-ce qui a changé ?
– Aujourd'hui je n'ai plus d'ami ici. »
 
Louis soupire et il me force à tout poser dans le sable pour se blottir contre moi et réclamer un câlin.
 
« Tu sais... je crois que tu n'en as jamais eu, il avoue tristement. Ils parlaient beaucoup de toi quand tu n'étais pas là. J'ai toujours eu une mauvaise image de l'imbécile qui venait tous les ans en vacances dans le coin.
– Je sais. C'est ça le pire. C'est que je l'ai toujours senti et ça me fait de la peine.
– Ils t'aiment bien. J'en suis sûr.
– Mais nous ne sommes pas amis. », je conclus.
 
On reste un moment à se câliner et j'hésite à lui dire, j'hésite parce que j'ai peur que ce soit précipité et impulsif. Mais je veux qu'il l'apprenne de ma bouche et non pas parce que Kit l'aura balancé à tout le monde en s'indignant que je ne l'ai pas fait pour lui.
 
« Je reste avec toi.
– Je sais, il dit avec un sourire. Moi aussi.
– Non, je suis sérieux. À la fin de l'été, je reste avec toi. »
 
Sans que je ne m'y attende, il me saute dans les bras et enroule ses jambes autour de ma taille. Il y a tellement de reconnaissance dans son baiser que je sais que je fais le bon choix. On est jeunes. Alors c'est important de profiter de ce qu'on a, tant qu'on l'a. Je sais que partir quand il sera étudiant est une bonne chose. Je sens que c'est ce qu'il faut que je fasse et s'il y a une chose que me disait vraiment mon père, c'est qu'il ne fallait jamais aller l'encontre de son instinct, parce que c'est lui qui nous maintient en vie.
 
. . .
 
Nous avons finis de construire cette fichue barrière à 5 heures du matin, j'ai même pris une demi-heure pour réparer le portail en haut des escaliers qui donnait sur la rue et le fermer à clé. Malgré la fatigue, nous avons trouvé le temps de nous doucher, de faire l'amour, de nous doucher à nouveau et de mettre un réveil à 11 heures pour être certain de ne pas rater la réaction des imbéciles qui se pointeraient le lendemain pour profiter de quelque chose qui ne leur appartenait pas.
 
Nous avons préparé les sandwichs pour ce midi en mode zombies et on s'est étalés sur la plage comme des baleines échouées. Aucun de nous ne parlait parce que le manque de sommeil résonnait dans nos êtres de manière fracassante. Nous avons été réveillé d'un coup lorsqu'on a entendu des éclats de voix.
 
« Qu'est-ce que c'est que cette merde ? »
 
La voix de Peter semblait si excédée qu'ils avaient déjà dû être surpris par le portail fermé de la rue. Portail que je remplacerais par un mur lorsque j'aurais un peu plus de temps qu'une nuit pour le faire.
 
« Nan mais il se fout de notre gueule ! Il n'a pas le droit de faire ça !
– Si Peter, c'est chez lui, dit Emma pour tempérer.
– Mais ça fait plus de 15 ans que c'est pas fermé ! On vient même quand ils ne sont pas là. Je vais le fracturer son putain de portail, il va voir qui est chez lui ici.
– Essaie pour voir. », je réponds simplement.
 
Silence radio de l'autre côté du mur l'espace de quelques secondes.
 
« Putain mais c'est quoi ton problème, Styles ?, s'emporte Peter.
– Je n'en ai pas. Mais comme vous en avez un avec moi, je vous épargne ma présence.
– Ne nous prends pas pour des cons !
– C'est vous qui me prenez pour un con. Ça fait des années qu'on est pote parce que cette partie de la plage est désertée par les touristes étant donné qu'elle est privée. Maintenant que j'ai compris que ma présence faisait chier tout le monde, allez vous faire foutre.
– C'est bon, c'est pas parce que Kit était mal luné hier qu'il faut en faire une montagne ! », dit Jared.
 
Je lève les yeux au ciel en regardant Louis. Je crois qu'il est mal à l'aise même si je suis convaincu qu'il pense que j'ai bien fait.
 
« J'emmerde Kit.
– Mais moi aussi je t'emmerde sale connard ! Putain mais je sais pas comment Louis te supporte ! »
 
Louis s'apprête à répondre mais je pose un doigt sur sa bouche pour l'en empêcher.
 
« Laisse Louis là où il est tu veux ?
– Je comprends même pas comment il peut passer d'un gars comme Peter à toi !, il rajoute.
– Mais si Peter est si génial, met-toi en couple avec et cesse de faire chier tout le monde !, je rétorque.
– Je fais chier personne ! »
 
Je pouffe de rire et il y a un silence de l'autre côté.
 
« C'est bon, c'était drôle, on n'a pas été cool hier soir mais c'est pas une raison pour réagir comme ça.
– Si. Moi vous pouvez me mettre de côté autant que vous le voulez, ça ne me gêne pas. Vous pouvez m'ignorer et me balancer des vacheries, même. Je m'en fous. On n'est pas ami. Mais ignorer Louis comme vous l'avez fait hier, comme si vous espériez qu'en lui mettant la pression il partirait, c'était un truc d'enfoirés. Tous autant que vous êtes. Même toi Emma, ça m'a franchement déçu. Mais le chantage affectif et l'effet de groupe c'est bon pour les gamins. Si ça fonctionne encore pour vous alors tant mieux, mais j'estime que j'ai autre chose à foutre qu'user mon énergie en conneries. Le message était clair, nous acceptons vos excuses mais nous—
– Louis est avec toi ?, m'interrompt Peter.
– Oui, répond Louis.
– Putain il t'a vraiment enfumer le cerveau !, s'emporte Peter. Peut-être que c'était idiot de notre part hier mais on ne sait plus comment réagir. On voulait te faire comprendre ce que tu perdais.
– J'ai compris, ne t'inquiète pas, répond Louis. C'est blessant mais je pense que je m'y ferais. Grâce à ce que j'ai gagné en échange. »
 
Je lui jette un regard tendre avant de prendre son visage entre mes mains pour l'embrasser amoureusement. Il pouffe de rire et je couvre son visage de baisers.
 
« T'as faim ?, je lui demande.
– Nan mais vous êtes sérieux ? On parle là !, s'emporte Peter.
– Ouais, un peu, me répond Louis en ignorant son ex.
– PUTAIN ! », il hurle en mettant un coup de pied violent dans ma clôture.
 
Puis un autre. Et encore un. J'essaie de ne pas m'emporter mais quand je comprends qu'il ne s'arrête pas, mon sang ne fait qu'un tour. Je me lève, je prends mon élan et sans efforts, je me retrouve de l'autre côté, face à tout le monde. Peter blêmit et je le bouscule.
 
« Ecoute-moi bien toi.
– Harry !, s'emporte Louis en cognant de l'autre côté. Harry repasse de ce côté ! TOUT DE SUITE.
– La prochaine fois que tu effleures cette putain de clôture, je dis à Peter, je te brise la mâchoire. Est-ce que t'as compris ? »
 
Il ne répond pas, tétanisé. La colère qui émane de moi les force à rester silencieux.
 
« Maintenant cassez-vous. Vous n'avez plus rien à faire ici. »
 
Malgré moi, je jette un ½il à Emma. Je vois à quel point elle est désolée sur son visage mais ce n'est pas suffisant. Si elle a fait son choix, je fais également le mien.
 
« S'il faut que je prévienne les flics, je le ferais. Mais je pense que certain d'entre vous devraient faire profil bas, je dis en jetant un ½il à Alison.
– T'es vraiment qu'un sale con ! », conclu Amy histoire d'avoir le dernier mot.
 
Je me penche en avant pour les saluer d'une révérence impeccable.
 
« Bonne journée. »
 
. . .
 
Louis a boudé tout l'après-midi et comme je n'avais pas le c½ur à tenter de comprendre pourquoi, je l'ai laissé faire. C'est simplement lorsqu'on est remonté chez moi et qu'il m'a dit qu'il rentrait que ça m'a agacé.
 
« C'est quoi le problème ?, je lui demande franchement.
– Y en a pas.
– Parfait. », je soupire alors qu'il enfile ses chaussures.
 
J'ai envie de retourner ma maison pour exprimer toute la frustration que je ressens mais ce serait complètement stupide puisque je devrais tout ranger ensuite.
 
« Bon retour chez toi, je finis par dire.
– T'essaies même pas de comprendre ?
– Bah non, y a rien.
– T'es vraiment stupide.
– Non, c'est toi. Si t'as un truc à dire, tu le dis. C'est comme ça que ça se passe. Si j'arrête l'école c'est pas pour que mon mec transforme notre relation en putain de charades ! »
 
Je dis ça avec tellement de sérieux que l'espace d'une seconde, on se regarde, perplexes. Puis Louis éclate de rire avant de me bousculer gentiment.
 
« Je ne veux plus que tu te disputes avec eux. Peter te pousserait à bout rien que pour que tu sois en tord si jamais il porte plainte.
– Quoi, c'est pour ça que tu boudes ? Parce que j'ai eu envie de l'exploser ?
– Mais oui ! Ça m'a fait peur. J'ai pas envie que tu sois violent. »
 
Je lève les yeux au ciel.
 
« T'es nul. Mais j'te le promets. Je ne serai pas violent.
– Ok. », il souffle.
 
J'attends la suite mais il ne dit rien. Il reste planté là, à me regarder en triturant ses doigts.
 
« Quoi ?
– Bah retiens-moi, j'sais pas. Fait un truc... », il marmonne.
 
J'éclate de rire et je me jette au sol pour m'accrocher à ses jambes.
 
« Louis, non s'teuplais ! Reste ! Ne t'en vas pas comme ça, je ne peux pas vivre sans toi. », je m'écrie sur un ton pseudo-dramatique.
 
Je lève la tête vers lui pour voir sa tête, il a un air vraiment blasé placardé sur le visage. Alors je le lâche mais je reste par terre, les bras étendus en croix, complètement étalé.
 
« Je t'aime. », je murmure du bout des lèvres.
 
En moins d'une seconde, il est devenu écarlate, et allez savoir pourquoi, ces quelques mots l'ont fait rester. 


#RAMfic J'espère que ça vous a plu, Harry s'émancipe enfin des autres & ce n'est pas une mauvaise chose qu'il embarque Louis avec lui. Il faut voir comment tout ça va évoluer maintenant MOUHAHA.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.189.255) if someone makes a complaint.

Comments :

  • nobody

    06/11/2016

    j'ai beaucoup aimé le "discours" d'Harry, tout était vrai et ça m'a fait réfléchir au faite que si certains de mes amis m'ignorent de la même façon qu'ils l'ont fait avec Lou et Harry, je saurais que ce ne sont pas vraiment mes amis, je saurais comment réagir

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    @Cartooune wrote: "Mais Mélanie dvlbhjksHGVSZVG ! (J'ai l'impression que je commence tous mes commentaires comme ça ces derniers temps MDRRRR. Ta faute ça !). Non mais Kit. Et les autres aussi en fait. Grosse, grosse, grosse blague. En effet ils n'ont pas évolué du tout. Harry a pris la bonne décision, ça leur fera les pieds tiens, ça leur apprendra à être des gros abrutis ! Harry reste avec lui ? Pour de vrai ? dhfzugfuzgfuzgfuzgfzf ! Et puis le "Je t'aime." tu m'as complètement perdu !!
    "– Ah mais la prostitution c'est pas grave, en fait ?" Bon Mélanie, ne nous relance pas sur le sujet hein MDRRRR on risquerait de s'énerver un peu trop fort !?
    J'adore cette histoire, vraiment, vraiment. D'autant plus maintenant que j'ai ma petite théorie. Mais ça m'effraie je t'avoue...Je crois que j'ai envi qu'elle se vérifie autant que j'ai envi qu'elle ne se vérifie pas... Tu comprends le dilemme en moi ? ? Mais dans tout les cas, j'ai vraiment hâte de lire la suite parce que cette histoire est un petit bijou. ❤️
    "

    MAIS SLJKHGLSDKFJHG xD Kit lol. Et oui, Harry reste pour de vrai MOUHAHAH.
    Je t'ai fait une dédicace sur la prostitution t'as vu ça ? xD
    Ahah, je pense que tu sauras si elle se vérifie ou non bientôt... Merci beaucoup ❤

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    RoxanneK wrote: "Bah ou sont passé les "coui***" de Peter? Il pensait frapper la clôture tranquillou?
    Et Louis est certainement con,il peut pas avoir son propre avis, c'est évidemment Harry qui lui retourne le cerveau...
    Harry a tout fait raison, c'est pas ses amis, des amis ne te crachent pas dessus quand t'es pas la, ils te disent les choses en face. Ils sont certainement plus déçus de ne plus avoir accès à la plage, que de ne plus être "amis" avec Louis et Harry. Désolant...
    Et la fin, là, j'adore! :-)
    "

    Ahah, elles se sont fait la malle xD
    Heureusement qu'Harry s'est rendu compte de tout ça, au moins il a fait un choix (et le bon je pense)
    Merci beaucoup ❤

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    Visiteur wrote: "YES ! Il les a dégagé ces cons, bon y a pas eu de coups de pied au cul comme je l'espérais, mais c'est déjà ça ! Qu'est ce que j'aime la relation de Louis et Harry, qu'est ce que j'aime Harry ! Vraiment, j'adore sa personnalité, il est mature, drôle, prévenant (envers Louis). Super chapitre ! "

    Aww merci beaucoup, ça me fait plaisir que tu aimes les personnages ❤

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    Visiteur wrote: "Cette histoire de clôture autour de la plage d'Harry m'a rappelé un arrêt que je dois étudier en droit civil ! Ça m'a aussi rappellé que je devrais faire mon commentaire d'arrêt au lieu de lire une fiction ... Je dois y aller. ( Super chapitre, comme d'hab') "

    Ahah bon courage !!

  • resteavecmoific

    18/10/2016

    Visiteur wrote: "j'aime cette fiction plus que ma propre vie... ca devient grave...."

    Aww c'est gentil ❤

  • Visiteur

    18/10/2016

    j'aime cette fiction plus que ma propre vie... ca devient grave....

  • Visiteur

    17/10/2016

    Cette histoire de clôture autour de la plage d'Harry m'a rappelé un arrêt que je dois étudier en droit civil ! Ça m'a aussi rappellé que je devrais faire mon commentaire d'arrêt au lieu de lire une fiction ... Je dois y aller. ( Super chapitre, comme d'hab')

  • RoxanneK

    17/10/2016

    Bah ou sont passé les "coui***" de Peter? Il pensait frapper la clôture tranquillou?
    Et Louis est certainement con,il peut pas avoir son propre avis, c'est évidemment Harry qui lui retourne le cerveau...
    Harry a tout fait raison, c'est pas ses amis, des amis ne te crachent pas dessus quand t'es pas la, ils te disent les choses en face. Ils sont certainement plus déçus de ne plus avoir accès à la plage, que de ne plus être "amis" avec Louis et Harry. Désolant...
    Et la fin, là, j'adore! :-)

  • heyfifou

    17/10/2016

    Ils sont trop mignoooons
    HARRY qui construit la clôture dans la nuit mais ce gosse je vous jure xD
    N empêche la tete des autres devait être bien drôle à voir...
    Le seul problème c est que les autres sont très cons et harry pètent facilement un câble sauf qu' il fait beaucoup de dégât avec sa force et il sait ou taper pour faire mal donc bon esperons que les autres seront assez intelligents pour les ignorer
    HARRY qui reste.... ça reste à voir quand même maiq c est très mignon
    Et le petit "je t aime" c est super mignooon

Report abuse