Cold Water - Chapitre 6

.
Cold Water - Chapitre 6
Cold Water - Chapitre 6
Cold Water - Chapitre 6

Hiver 2019. Tampa, Floride.
 
Le retour à la réalité est rude. L'euphorie d'être en vie et de s'être retrouvé est loin maintenant, même si nous ne sommes rentrés que depuis quelques jours. Il n'y a pas de moments où tout va bien et si Louis ne s'est pas noyé dans la vallée, il est en train de le faire là, juste sous mes yeux.
 
Il ne parle pas, il est toujours dans mes jambes à fixer le sol en attendant de pouvoir aller se coucher. Il dort grâce à des somnifères, il se lève grâce à des antidépresseurs et j'essaie de survivre à tout ça, mais sans mon soleil, je n'y vois pas le moindre intérêt.
 
Louis m'a raconté que lorsque la vague l'a frappé, il a été projeté contre la portière ouverte de la voiture et que c'est certainement en mettant sa main en avant par réflexe que son poignet a été cassé. C'est également parce qu'il était coincé derrière la portière qu'il a été blessé à l'épaule mais il n'est plus très sûr. Il se souvient qu'il a été percuté, que la porte a cédé, qu'il est remonté à la surface en nageant. Parce que grâce à moi, il savait nager. Il m'a aussi raconté qu'il avait été balloté dans tous les sens, qu'il avait bu la tasse à plusieurs reprises et qu'il avait songé à se laisser mourir. Puis il s'est retrouvé écrasé contre un arbre et il s'y est accroché de toutes ses forces. Les nombreux hématomes qu'il a sur le corps sont certainement liés au fait qu'il était encore dans l'eau et qu'il a été percuté par toute sorte de débris, mais il a tenu bon et il est là.
 
Il est là et rien ne va.
 
Je ne dors plus, j'ai peur et je me sens impuissant face à toute cette situation. Hier soir, nous étions couchés dans le canapé pour regarder un dessin animé et le chauffage de la salle de bain s'est mis en route, certainement parce que l'un de nous avais oublié de l'éteindre. Le son qu'il a émi m'a rappelé le bruit de la vague et le temps que je me raisonne, Louis était déjà debout prêt à sortir par la fenêtre. Ce même Louis qui a mis plusieurs jours avant d'accepter de boire un verre d'eau autrement qu'avec une paille, ce Louis encore qui est incapable de prendre une douche ou un bain parce la peur d'avoir la tête sous l'eau encore une fois le hante.
 
Mes parents m'ont enseigné comment survivre à une catastrophe à laquelle personne ne survit normalement. Et maintenant que j'y ai survécu, qu'est-ce que je fais ? La vie reprend son cours ? C'est ça ? Comment est-ce que je suis censé survivre alors que mon fiancé n'a même pas l'envie de continuer ? Comment est-ce qu'on survit à autre chose qu'une attaque extérieure ? À quelque chose qui nous ronge de l'intérieur, qui nous effraie, qui nous coupe le souffle ? Je sais survivre dans la forêt parce qu'on m'y a abandonné, chassé même. Mais lorsque que je rentrais chez moi, tout allait bien, c'était un jeu. Je savais que même si j'avais eu la peur de ma vie, jamais mon père ou mes oncles ou n'importe quel homme de la communauté ne nous auraient fait du mal. On jouait simplement. Alors putain mais qu'est-ce que je fais maintenant que ce n'est plus un jeu ? Maintenant que j'ai failli mourir, failli perdre l'homme que j'aime et que nous avons eu une chance que des centaines d'autres n'ont pas eu ? Pourquoi sommes-nous en vie, tous les deux ? Toutes ces questions se bousculent dans mon esprit. Elles m'empêchent de dormir, elles remettent en question ma vie entière, mes croyances, l'admiration que j'ai pour mes parents et la confiance que j'ai en moi. Je sens que je m'effondre et ça n'est jamais arrivé avant ; c'est moi le pilier, c'est moi qui supporte tout, tout le temps. Alors qu'est-ce que je fais maintenant que les fondations sont fissurées ?
 
« Harry ? »
 
Je sursaute presque au son de la voix de Louis. Je ne sais même pas si je suis soulagé de l'entendre à nouveau. Peut-être un peu.
 
« Harry, je peux entrer ?, il demande sans véritablement attendre de réponse avant de pousser la porte. Hey... »
 
Il s'approche de moi et s'agenouille sur le carrelage froid de la salle de bain pour pouvoir me serrer contre lui. L'espace d'un instant, je me sens à nouveau chez moi, en sécurité.
 
« T'as raison de pleurer, ça fait du bien. »
 
Il caresse mon dos, mes cheveux. C'est comme si les choses rentraient dans l'ordre : Louis est là pour moi et je suis là pour lui. Même si je sais que c'est un leurre, que cet instant est éphémère.
 
« Ne te cache pas pour pleurer, il ajoute. Tu sais que je suis là. »
 
Je voudrais garder pour moi ce qui me vient, mais je n'y parviens pas ; je me détache de lui pour pouvoir le regarder.
 
« Tu es là ?, je demande sur le ton du reproche. Vraiment ? »
 
Son regard se voile et je sais que je l'ai blessé, que c'est injuste parce qu'on a tous les deux mal, mais qu'il n'a pas droit de me dire qu'il ne m'a pas laissé tomber alors que c'est faux. Ça fait des jours que je rame tout seul et que je vis avec un mur auquel je me heurte chaque fois qu'il faut se nourrir, se doucher ou réclamer juste quelques secondes d'attention.
 
« T'es injuste, il me fait remarquer.
– Toi aussi, j'insiste. J'ai également failli me noyer Louis, on est censés affronter ça tous les deux parce qu'on a de la chance de— »
 
Ma gorge se serre, ma voix se brise et l'écho de la souffrance que j'éprouve me résonne dans tout le corps. C'est douloureux d'avoir peur, d'être en colère ou malheureux – et ça l'est encore plus lorsque c'est tout à la fois.
 
« Demain on va sortir, il me dit. On va aller se balader, acheter ce qu'il faut pour décorer la maison. Noël est dans deux semaines, on ne peut pas manquer ça, pas vrai ? »
 
Je le regarde, perdu, incapable de décrypter l'expression que je lis sur son visage.
 
« Faut qu'on reprenne une vie normale, non ? Qu'on se force. C'est ce que t'a dit le psy de l'armée, pas vrai ?
– Pas tant qu'on n'est pas prêts parce que—
– Mais si on n'est jamais prêts, Harry ? Si jamais on continue de vivre comme ça alors on n'avancera pas. »
 
Il s'approche de moi pour embrasser mes lèvres et tenter de me convaincre. Mais ça ne fonctionne qu'à moitié.
 
« Louis, ça fait des jours que tu ne parles pas et que c'est l'Enfer alors... je ne comprends pas ce qu'il te prend. Je suis désolé. »
 
Il s'assoit en face de moi, finalement. Il me regarde et je vois qu'il ne sait pas comment exprimer ce qu'il ressent. On reste un long moment à se scruter dans un silence quasi religieux.
 
« C'est la première fois que je te vois pleurer comme ça. C'est mon électrochoc. », il finit par avouer.
 
Je baisse les yeux pour fixer mes genoux. Je ne sais pas si j'avais envie qu'il réalise un jour que moi aussi, j'avais des failles.
 
« À quoi tu penses ? Qu'est-ce qui t'effraie ?, il demande.
– J'sais pas. »
 
Louis se fraye un chemin entre mes genoux pour pouvoir se blottir contre moi. Je l'entoure de mes bras et il niche sa tête contre mon torse.
 
« Si tu sais.
– Louis...
– Aller... tu me dis de quoi t'as peur et je te dis de quoi j'ai peur.
– Je sais que tu as peur de l'eau, je rétorque.
– Joue le jeu. C'est important. Comment tu veux qu'on se soutienne si je ne sais pas ça ? J'ai peur de te perdre, il commence. À toi. »
 
Je ronchonne dans un soupir mais je n'ai pas envie qu'il se taise à nouveau pendant des jours, alors je prends sur moi.
 
« J'ai peur que tu n'ailles jamais mieux. »
 
Ça lui tombe dessus comme une palette de parpaings. Il déglutit difficilement mais il ne baisse pas les bras.
 
« J'ai peur d'avoir la tête sous l'eau et de m'étouffer encore une fois, il reprend. Jamais deux sans trois.
– J'ai peur de ne pas être à la hauteur pour t'aider à reprendre confiance.
– J'ai peur de ne pas réussir à retourner à la fac. Que tu sois déçu si je ne deviens pas le chercheur que j'ai toujours rêvé d'être.
– Je sais que tu vas y arriver, je dis avec un petit sourire alors qu'il m'incite à poursuivre. J'ai peur d'être incapable de gérer une situation qu'on ne m'a jamais apprise à gérer. »
 
Il relève la tête parce que c'est certainement ça qu'il attendait.
 
« Laquelle ?
– Réapprendre à vivre après avoir survécu. »
 
Il presse ses lèvres contre les miennes avant de se reculer pour pouvoir me regarder. Il caresse mon visage avec le dos de sa main. C'est agréable, rassurant.
 
« Tu ne peux pas avoir un contrôle sur tout, tu sais ?
– Si. Je suis censé tout maîtriser. J'aurais dû le voir venir, j'aurais dû regarder les informations et on aurait dû rentrer directement après que tu sois venu me chercher parce qu'on aurait été mieux chez nous. J'aurais dû être à tes côtés quand la vague nous a frappés, ne pas lâcher ta main et te sortir de là.
– Je m'en suis sorti, Harry. Je suis là.
– Non t'es pas là ! T'es pas là parce que t'as peur, parce que t'as mal, parce que tu prends des médicaments qui te plongent dans le brouillard. T'es pas là ! J'ai besoin de toi, tu comprends ? J'ai besoin que tu sois là et que tu sois toi parce que c'est comme ça qu'on fonctionne, moi je suis là pour toi et tu l'es pour moi aussi. On avance à deux. T'es pessimiste pendant que je ne le suis pas, t'es— »
 
La sonnette de l'interphone retentit dans l'appartement et m'arrache un sursaut de panique. Il est bientôt 3 heures du matin, bon sang. Mais qui sonne à une heure pareille ?
 
« Je vais voir. », je dis en me levant.
 
Ça sonne à nouveau lorsque je m'approche pour décrocher alors je décroche rageusement ; non mais franchement, ça doit même réveiller tous les voisins.
 
« C'est qui ?
– C'est moi ! C'est Charlotte ! Louis m'a demandé de venir parce que vous êtes rentrés et qu'il ne va pas bien alors— »
 
Je ne la laisse pas finir sa phrase et j'appuie sur le bouton pour lui ouvrir avant de raccrocher. Je déverrouille la porte et je me retourne pour me trouver face à Louis, l'air penaud, planté dans l'entrée avec un air désolé.
 
« J'vais me coucher, je lâche froidement.
– Attends ! Ne le prend pas comme ça !
– Je le prends comment d'après toi ? »
 
Il se tait.
 
« Ça fait des jours que tu ne me parles pas et tu te décides enfin parce que tu sais que ta s½ur arrive et qu'à elle, tu vas lui parler. Donc c'était quoi ce cinéma que tu viens de me faire là ? Histoire de ne pas faire de jaloux ? Mais si t'as pas envie de me parler, tu te tais. Tu ne fais pas comme si tout allait bien juste histoire de faire passer la pilule !
– Harry, c'était pas du cinéma. Je n'ai pas envie qu'on se fâche...
– Ne soit pas fâché alors. Comme ça je le serais tout seul. »
 
Je disparais dans la chambre au moment où j'entends Charlotte, complètement essoufflée, arriver dans le couloir.
 
« Putain mais faut vraiment être con pour choisir un immeuble sans ascenseur ! », elle balance au moment où je claque la porte derrière moi.
 
J'imagine facilement sa fausse surprise exprimant un “qu'est-ce qu'il lui prend” alors que Louis baisse lentement les yeux parce qu'une fois de plus, je ne fais pas d'efforts. Il est évident que je suis toujours fautif et que mes sauts d'humeur ne sont jamais provoqués par Charlotte mais par mon caractère excessif et trempé.
 
Je me couche dans mon côté du lit et j'attends de m'endormir mais les heures défilent sans que je ne trouve le sommeil – et sans que Louis ne me rejoigne jamais.
 
. . .
 
Il est 6 heures du matin, j'estime qu'il est trop tard pour s'endormir alors je traverse le salon pour aller me doucher en prenant soin d'ignorer Louis et Charlotte, endormis sur le canapé-lit. À 6 heures 20, je mange quelque chose et à 6 heures 30, je suis dehors, en tenu de sport, pour courir et me vider la tête. Je cours une heure, peut-être deux et lorsque Louis téléphone, je sais que je suis obligé de décrocher pour le rassurer – même si je n'ai pas envie de lui parler.
 
Je m'arrête à l'angle d'une rue pour reprendre mon souffle et je décroche dès qu'il me rappelle.
 
« Mais t'es passé où ? J'étais super inquiet !
– Je suis allé courir.
– Courir ? Où ça ?
– En ville. 
– Pourquoi ? 
– Pour reprendre une vie normale. »
 
Un lourd silence ponctue ma phrase.
 
« Tu devrais aller faire quelques courses avec ta s½ur, je reprends, je suis sûr qu'elle serait ravie de t'aider à choisir les décorations de Noël.
– Harry, ne fait pas ça, s'il te plait...
– Faire quoi ?
– Mettre des barrières entre nous.
– C'est toi qui as commencé, je réponds sur un ton cinglant.
– C'est pas vrai, pourquoi tu dis ça ?
– Parce qu'au lieu de me parler à moi, t'as appelé ta s½ur qui souhaite tant me voir sortir de votre famille. C'est même pas une barrière ça, c'est un mur.
– Harry ! Bon sang mais t'es vraiment stupide quand tu t'y mets ! C'est normal que j'ai envie de la voir ! J'ai failli mourir !
– Oui moi aussi, et j'aurais bien aimé voir mes parents, figure-toi. Mais ni ma mère, ni Rick ne peuvent se déplacer et comme un con, je me suis dit que j'avais plus besoin de toi que je n'avais besoin d'eux !
– Mais t'as qu'à les faire venir !, il s'emporte avec agacement.
– Mais t'es bouché ou quoi ? Ils ne peuvent pas !
– Bah va les voir, putain ! Ça me fera des vacances ! »
 
La dernière phrase lui échappe, je le sens. Ce sont toujours les mêmes phrases ; celles qui ne veulent rien dire mais qui font le plus de mal, celles qu'on dit avec haine mais qu'on regrette aussitôt qu'elles ont passé le bout de nos lèvres. Je me tais parce que j'ai mal ; la suite il la connaît car il a le temps de me hurler de ne pas raccrocher avant que je ne coupe la conversation.
 
Je hèle un taxi après avoir vérifié dans mon portefeuille que j'avais assez de liquide pour me rendre à l'aéroport et monte dedans le c½ur lourd. Louis rappelle inlassablement mais cette fois-ci, je n'ai pas envie de le rassurer parce que je suis déçu. Déçu que notre manière de reprendre une vie normale se fasse par une dispute. 


#RAMfic Voilà pour la suite. Vu comme c'est parti, la reconstruction ne va pas être facile du tout mais il faut garder espoir xD J'espère que ça vous plait toujours, je suis contente ❤ (désolée pour ce léger retard dans la publication du chapitre prévue vendredi à la base, mais ce week-end je n'avais vraiment pas le coeur à ouvrir mon ordinateur) ❤

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.130.157) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Butterfly1802

    23/12/2016

    Ohlala ces deux-là sont mal barrés. Je me mets à la place de chacun et finalement je comprends leur réaction à tous les deux.
    Comme je suis en retard, je peux lire la suite tout de suite.
    Merci pour ce chapitre, pour cette histoire dont le contexte nous change un peu. Bises. Émilie.

  • heyfifou

    21/12/2016

    Je comprend la réaction d harry
    Mais je suis incapable d en vouloir a louis chacun réagit différemment dans ce genre de situation
    Mais harry a besoin de louis..
    Et Louis besoin de sa soeur parce que quand sa va pas c est sa soeur qu' il appelle vu qu' harry n est pas la et il peut pas le lui reprocher non plus... C est plutôt rassurant que Louis ai quelqu un quand harry n est pas même si charlotte n aime pas harry et ils se le rendent bien
    Quand a la fin et bien ils sont tous les deux sur lesnerfs et ce qui devait arriver arriva mais ça leur fera peut être du bien de se ressourcer en famille
    La mère d harry lui donnera peut être de bons conseils et ils arriveront a surmonter ça ensemble
    Mais ils ont besoin de temps et les étapes sont longues

  • resteavecmoific

    20/12/2016

    marion wrote: "ça me fait un truc dans le ventre, c'est horrible pauvre harry😭 j'aime toujours autant cependant j'aime énormément te voir écrire quelque chose de ce genre 😍"

    Merci beaucoup, c'est vraiment gentil ❤

  • marion

    19/12/2016

    ça me fait un truc dans le ventre, c'est horrible pauvre harry😭 j'aime toujours autant cependant j'aime énormément te voir écrire quelque chose de ce genre 😍

  • RoxanneK

    13/12/2016

    je suis d'accord avec Harry. c'est dur pour tout les deux, et je comprends sa réaction. C'est pas cool de la part de Louis, de ne pas partager ses peurs, de ne pas communiquer avec l'homme qui l'aime et partage sa vie, et surtout qui a vécu la même situation que lui! Et qu'il appelle sa soeur!! Après je sais pas, peut etre qu'il avait besoin de parler a quelqu'un d’extérieur à tout ca. Mais je comprends la trahison pour Harry.

  • resteavecmoific

    13/12/2016

    Agathe. wrote: "Ce chapitre est vraiment très prenant. Il prend aux tripes et nous montres à quel point même sur-entraîné pour survivre on est jamais sur-entraîné pour se reconstruire reconstruire. On peut toujours s'entraîner physiquement mais moralement c'est impossible de prévoir les conséquences. J'espère que Louis va rattraper la merde qu'il à fait avec Harry. ils ont besoin de l'un et l'autre chacun de leurs côtés.
    Pour ce qui est de toi, c'est un peu pareil, on se dit toujours qu'il va y avoir une fin triste mais on s'imagine jamais à quel point ça va être dur. Reste forte ma belle. Garde-en que les bons souvenirs ça t'aidera ! 💕
    "

    Merci beaucoup. Oui, je pense que c'est ça. Malgré l'entrainement, au final, on pense jamais à l'après parce que c'est rare qu'on ait la chance de survivre. Du coup, quand on y est... c'est bien, on a survécu, mais on avance comment ensuite ?
    C'est très gentil, merci beaucoup pour ces mots ❤

  • resteavecmoific

    13/12/2016

    Victoria wrote: "Mélanie Mélanie Mélanie je me disais aussi que ce premier tome était trop beau pour être vrai que ça partait pas en vrille que ça te ressemblais pas du tout ... mais en faite c'est pas quelques chapitres qui partent en vrille que tu nous sors pour cette fiction c'est carrément un tome complet ! Pourquoi ?! Pour te rattaper du tome 1 ou tout aller bien ?! 😂😂
    On aurait dû s'en doutais nous qui te suivons depuis tout ce temps, nous qui savons que t'aime bien faire souffrir nos petits c½urs, que le tome 1 était trop bisounours pour toi 😂😂😂
    Puis arrête d'écrire quand t'es énervée s'il te plaît, ca va trop loin la entre H et L comment ils vont faire pour se rabibocher ?! Puis Louis qu'est-ce qu'il nous fait la hein j'ai envie de le taper. J'arrive pas à imaginer la suite la, j'arrive pas à imaginer une fin heureuse à leur histoire en lisant le tome 2. Mais j'ai confiance en toi 😂😂😘
    "

    Ahah le tome 1 c'était chouette, il était là pour établir leur relation et pour eux un point de repère, un idéal à atteindre sans cesse genre "on était vraiment heureux à Carmel".
    Mais oui c'est sûr que trop bisounours je n'aime pas trop alors bon... fallait bien bouger un peu tout ça.
    Oui je crois qu'il faudrait que j'écrive seulement quand je suis de bonne humeur mais bon... l'inspiration était là, je ne pouvais pas la laisser filer !
    J'espère que tu ne seras pas déçue ❤

  • Agathe.

    12/12/2016

    Ce chapitre est vraiment très prenant. Il prend aux tripes et nous montres à quel point même sur-entraîné pour survivre on est jamais sur-entraîné pour se reconstruire reconstruire. On peut toujours s'entraîner physiquement mais moralement c'est impossible de prévoir les conséquences. J'espère que Louis va rattraper la merde qu'il à fait avec Harry. ils ont besoin de l'un et l'autre chacun de leurs côtés.
    Pour ce qui est de toi, c'est un peu pareil, on se dit toujours qu'il va y avoir une fin triste mais on s'imagine jamais à quel point ça va être dur. Reste forte ma belle. Garde-en que les bons souvenirs ça t'aidera ! 💕

  • Victoria

    12/12/2016

    Mélanie Mélanie Mélanie je me disais aussi que ce premier tome était trop beau pour être vrai que ça partait pas en vrille que ça te ressemblais pas du tout ... mais en faite c'est pas quelques chapitres qui partent en vrille que tu nous sors pour cette fiction c'est carrément un tome complet ! Pourquoi ?! Pour te rattaper du tome 1 ou tout aller bien ?! 😂😂
    On aurait dû s'en doutais nous qui te suivons depuis tout ce temps, nous qui savons que t'aime bien faire souffrir nos petits c½urs, que le tome 1 était trop bisounours pour toi 😂😂😂
    Puis arrête d'écrire quand t'es énervée s'il te plaît, ca va trop loin la entre H et L comment ils vont faire pour se rabibocher ?! Puis Louis qu'est-ce qu'il nous fait la hein j'ai envie de le taper. J'arrive pas à imaginer la suite la, j'arrive pas à imaginer une fin heureuse à leur histoire en lisant le tome 2. Mais j'ai confiance en toi 😂😂😘

  • resteavecmoific

    11/12/2016

    Tronnor wrote: "Waaa, je suis vachement remonté contre Louis. D'un côté je le comprends mais de l'autre il m'énerve. Ce pauvre Harry qui relâche la pression d'un coup, on a tout de suite envie de lui faire un gros câlin! J'imagine que ça ne va pas être facile pour eux deux, ouï. J'attends la suite !! ❤"

    Il va falloir qu'ils trouvent un terrain d'entente car ils ont tous les deux un fort caractère. Merci beaucoup 💕💕

Report abuse