Lifeline – Chapitre 5

.
Lifeline – Chapitre 5
Lifeline – Chapitre 5
Lifeline – Chapitre 5

Été 2022. New Heaven Wyoming.
 
Une fois dans la Maison 9, Louis est allé s'installer dans le canapé alors que je trouvais une chambre à l'étage pour m'y étendre et tenter de me calmer. Je n'ai aucun souvenir de m'être assoupi et pourtant, lorsque Louis se couche à côté de moi, j'ai la sensation de revenir de très loin. Il est dans mon dos, il ne me touche pas et, même si je meurs d'envie d'éviter la conversation qui va suivre, je pense que nous n'avons pas le choix. Je me tourne vers lui et nous nous retrouvons l'un en face de l'autre, je ne l'ai pas vu d'aussi près depuis longtemps.
 
« Parle en premier. », je lui dis.
 
Il sourit et je ne peux pas m'empêcher de le trouver beau. Il ne fait pas encore nuit mais la lumière orangée du soleil qui se couche rend vraiment justice à son visage.
 
« Pourquoi tu veux partir avec moi ?, il demande. Tu as tout ce qu'il faut pour survivre ici.
– Alors pourquoi tu ne restes pas ?
– Parce qu'on me met dehors... ?, il tente.
– Si on ne te mettait pas dehors, je veux dire. Si jamais c'était différent demain matin. Tu ne serais pas obligé de partir alors pourquoi tu m'as dit que tu n'étais que de passage ?
– Parce que c'est le cas. Je n'ai pas le choix, tu sais.
– Comment ça ? »
 
Il baisse les yeux et ça me serre le c½ur.
 
« Hey... ne baisse pas les yeux comme ça, d'accord ?, je dis en relevant doucement son menton. Qu'est-ce qu'il y a ?
– J'ai pas envie de traverser le pays pour sauver le monde, moi.
– Mais... pourquoi tu le fais ?, je m'étonne.
– Parce que je n'ai jamais eu de chance, dans ma vie. Je crois vraiment que le jour de ma naissance les planètes étaient mal alignées.
– Mais qu'est-ce que tu baragouines ?
– Déjà j'ai failli me noyer quand j'étais petit, puis ma mère est morte, je tombe amoureux de Peter et ensuite de toi qui part faire l'armée, mon père meurt, on manque de mourir noyés, on se sépare, c'est la fin du monde, ma s½ur meurt et on se sépare encore, je erre pendant plusieurs jours pour tenter de rejoindre le Tennessee où je sais que tu me retrouveras et finalement, je me fais attaquer par un ZOMBIE et je ne suis même pas foutu de mourir ! Tu réalises toi ? J'étais là, par terre, en me disant que le monde partait en vrille car j'étais persuadé que c'étaient des cannibales à ce moment là. Je me vidais de mon sang et j'ai fermé les yeux plusieurs fois en me disant “ça y est, je vais être libre” et JAMAIS je ne suis mort. Jamais. Comme si mes organes refusaient de lâcher.
– Tes organes refusaient de lâcher ?, je reprends, un peu surpris qu'il dise ça.
– Oui. Mon c½ur aurait dû s'arrêter, non ? »
 
Je le regarde sans pouvoir lui répondre parce que je n'en sais rien du tout, alors il se redresse et il soulève les vêtements qui recouvrent son torse. Moi aussi, je me redresse et je suis incapable de masquer ma surprise – et mon choc – quand je découvre l'état de son corps.
 
« Bon sang Louis... »
 
Il a plusieurs cicatrices sur le torse – cinq en tout et toutes du même côté. Même si elles sont petites, on voit à certains endroits que ce sont des dents. Ses marques sont dans un état qui aurait fait pâlir n'importe quel médecin ; quand j'approche ma main, Louis se recule et baisse ses vêtements.
 
« Il te manque de la chair c'est...
– C'est dégueulasse, je sais. Et encore, t'as pas vu mon bras. »
 
Il s'assoit en tailleur et s'il meurt d'envie de baisser la tête, il se retient.
 
« Tu crois que c'est le virus qui t'a maintenu en vie ?, je lui demande.
– Aucune idée. Mais j'aurais dû mourir et je ne suis pas mort. Carver m'a trouvé et j'ai pensé à tord qu'ils allaient me soigner. J'ai demandé après toi mais on m'a dit que la communication était rompue avec l'extérieure et j'ai fini dans une cage comme un singe de laboratoire.
– Pardon ?
– Comment tu crois qu'ils sont au courant que je suis porteur sain et je ne sais pas quoi ? À la base, ils attendaient que je mute pour savoir combien de temps prenait ce foutu virus à infecter les gens, mais moi, je ne me suis jamais transformé. C'est seulement au bout d'une semaine, quand je commençais à mourir de faim et être déshydraté comme n'importe quel être humain qu'ils se sont posés des questions. Alors ils ont été chercher un autre pauvre type et lui, il a mis quelque chose comme 12 heures. Je crois, je n'en suis plus très sûr. Et je suis devenu une bête de foire. Ils ont même voulu que je morde un de leur chien pour déterminer si j'étais contagieux.
– Quoi ? Tu as dû mordu un chien ?
– Non ! J'ai refusé ! »
 
Il soupire et je crois que j'ai beaucoup de mal à réaliser ce qu'il est en train de me raconter. On ne peut pas traiter ses pairs de cette manière. Ça n'a pas de sens. On doit se serrer les coudes.
 
« C'est pour ça s'ils ne savent pas si tu es contagieux ?
– Oui. Ils n'en savent rien parce que le seul que j'aurais voulu mordre c'est ce connard de Truman et que, bizarrement, il n'a pas le sens du sacrifice.
– Tu ne l'aimes pas ?, je m'inquiète.
– Comment tu veux que j'aime quelqu'un qui m'appelle “le colis” et qui me traite comme de la merde ? Par plusieurs fois j'ai dû me pisser dessus parce qu'on ne s'arrête pas pour un infecté. S'ils n'étaient pas obligés de me maintenir en vie, ils ne m'auraient pas nourri. Quand tu m'as accueilli chez toi, j'ai essayé de ne pas me ruer sur la nourriture pour ne pas effrayer les enfants mais je n'en avais pas vu autant depuis des années.
– Ils t'ont gardé dans une cage pendant deux ans ?
– Non, j'avais un endroit à moi dans la base. Personne ne venait là. Parfois ils oubliaient que j'étais là. Je ne sais pas pourquoi ils m'ont gardé tout ce temps comme ça. »
 
J'essaie de ne pas perdre mon sang froid parce que, si je m'écoutais, j'irais tous les tuer. Un par un et sur le champ. Je serre les poings, mon sang bout dans mes veines. Je suis au bord de l'explosion, mais je n'ai pas le droit de céder à la panique maintenant. Si je perds mon sang froid, ils sont morts et le village n'a pas besoin de ça.
 
« Ça fait presque deux ans que je subis tout ça, il reprend, alors oui je suis simplement de passage parce que, non seulement ils ne me laisseraient pas rester ici, mais il est également hors de question que j'ai vécu ça pour rien. »
 
Je ne sais même pas quoi lui répondre parce que tout ce qui lui est arrivé est de ma faute. Si je l'avais choisi lui, il n'aurait jamais eu à vivre ce calvaire. Jamais. Alors je le fixe avec toute la culpabilité que je refoule depuis des années et j'essaie de ne pas m'excuser parce qu'il détesterait ça. Je contiens tellement d'émotions d'un coup que s'en est douloureux.
 
« Je serais libre quand ils auront un litre de mon sang. Je peux tout à fait vivre avec quatre litres quelques temps.
– Libre ?
– Je ne les suis pas tellement de mon plein gré. », il avoue.
 
Je prends une grande inspiration et je serre les dents pour me calmer.
 
« Alors si vous partez demain, la semaine prochaine ou l'année prochaine, tu peux être sûr que je t'escorte. Et quand c'est terminé, quand tu décides que tu veux rentrer, peu importe si nous sommes arrivés à Washington ou non, on rentre.
– Pourquoi ?, il demande sur un ton neutre.
– Tu sais très bien pourquoi. », je réponds simplement.
 
Il me sourit et même si je ne l'ai pas dit, il sait très bien que je l'aime encore et que ce n'est pas parce que tout est à reconstruire que ça m'effraie. Personne n'a le droit de traiter Louis comme ça, pas tant que je suis vivant.
 
« J'ai eu peur que tu répondes que personne ne devait être traité comme ça. Comme si j'étais n'importe quel citoyen de cette ville. »
 
Il fait une petite moue adorable et ça me fait pouffer de rire.
 
« T'es stupide. C'est toi qui ne dois pas être traité comme ça. Toi. Louis. Les autres, je crois que je m'en fiche parce qu'ils s'en fichent également. Après tout ce que j'ai fait pour eux, ils te jettent dehors sans sourcilier alors que je leur avais dit juste avant ce que tu représentais pour moi et c'est injuste. Tu es mon espoir de renouveau et je ne te laisserais pas me filer entre les doigts. Pas encore une fois. »
 
Louis ne répond pas et j'hésite à briser cet instant. J'ai un millier de questions en tête et je ne veux surtout pas me laisser déborder par tout ce que je ressens.
 
« Tu as mal ?, je lui demande en regardant son ventre.
– Parfois, oui. Mais je crois que c'est le souvenir de l'agression qui me fait mal. Pas les cicatrices en elle-même.
– Tu t'en souviens ?
– Oui. Je suis arrivé dans une ville qui avait l'air complètement dévasté. Je me suis demandé par quelle catastrophe ils avaient pu être frappés et j'ai entendu un enfant crier. Il pleurait tellement que je ne pouvais pas le laisser là alors je l'ai cherché, il commençait à faire nuit, je me suis enfoncé dans une ruelle et je l'ai trouvé. Il était là, recroquevillé sur lui même, derrière une benne à ordure. J'ai posé une main sur son épaule pour le rassurer et quand il a tourné la tête, j'ai vu que quelque chose n'allait pas dans son comportement, c'était bizarre. Il m'a fixé alors qu'il était aveugle. Il me voyait alors qu'il avait les yeux blancs.
– Tu t'es fait attaquer par un enfant ? »
 
Il me regarde un moment sans rien dire, je mords l'intérieur de mes joues pour ne pas éclater de rire parce que c'est le genre de situation qui ne peut arriver qu'à Louis ; je ne veux pas qu'il se vexe. Mais au moins je sais pourquoi les traces de dents ne sont pas celles de la taille d'un adulte.
 
« Non mais je t'en prie, marre-toi, il râle. Il m'a mangé ce gosse. J'avais beau me débattre, il m'arrachait des bouts de chair et il les mangeait. »
 
Je n'ai plus envie de sourire lorsque je vois la frayeur dans ses yeux.
 
« Il y a eu un coup de feu et il est parti. Il s'est enfui comme s'il pouvait réfléchir. C'est pour ça que j'ai pensé qu'il était devenu cannibale. »
 
Il a un air détaché pour parler de ça qui me met mal à l'aise. Comme s'il voulait oublier ou ne pas y croire. Comme si c'était arrivé dans un cauchemar et qu'il allait se réveiller. Il n'est pas bien et personne n'a été là pour lui ces deux dernières années. Il est tellement seul que, même avec moi, il ne sait plus comment ressentir les choses. Comme s'il était mort à l'intérieur. Je sens que les larmes me montent aux yeux ; Louis est là, il a survécu à tout ça et je vais tenter de réparer mes erreurs. Peut-être que c'est trop tard, mais peut-être pas.
 
« Hey... qu'est-ce qu'il y a ?, il demande en s'approchant pour caresser mon visage.
– Tout ça, c'est de ma faute. Je t'ai abandonné. Ça fait des années que j'essaie de me convaincre que je n'ai pas rompu ma promesse parce que c'est toi qui es parti, mais j'aurais dû abandonner la voiture et terminer à pied. Avec toi. »
 
Il me prend dans ses bras et même si ça me fait beaucoup de bien, c'est injuste. C'est injuste parce que c'est à lui d'être réconforté, c'est lui qui n'a pas de chance.
 
« Tu restes avec moi ? », il murmure à mon oreille.
 
Je me détache de lui, uniquement pour pouvoir le regarder. Je n'espérais même plus entendre cette phrase dans sa bouche un jour et elle vaut bien plus que tous les “je t'aime” du monde ; on le sait tous les deux. Lentement, je m'approche de ses lèvres et lorsque je suis sur le point de les atteindre, il glisse sa main entre nous.
 
« Si tu crois que je vais prendre le risque de te contaminer avec ma salive, tu rêves. »
 
La frustration est à son maximum mais je comprends et j'embrasse la paume de sa main avant de l'emprisonner dans mes bras pour nous allonger dans le lit.
 
« Si t'essaies pas, tu sauras jamais, je lui dis.
– J'veux bien embrasser Lenny, si tu veux. Il a l'air charmant. »
 
J'éclate de rire et il me pince les poignets d'amour.
 
« Aïe, t'es vraiment qu'un gamin !, je râle.
– Non, c'est toi ! »
 
Je caresse son visage. Louis est là, en face de moi et il rit. Il y a deux semaines je le pensais mort et maintenant, il est dans mes bras et bien vivant.
 
« Tu contemples ma laideur ?, il demande.
– Non. T'as maigri mais t'es toujours aussi beau.
– Alors qu'est-ce que tu regardes comme ça ? Toi aussi tu veux me bouffer ? »
 
Je secoue la tête.
 
« Pourquoi t'es incapable de rester sérieux ?, je ronchonne.
– Parce que je vais faire une crise cardiaque. Chaque fois que tu me regardes, que tu me touches, j'ai l'impression d'imploser. Moi j'espérais que tu sois vivant quelque part et que t'arriverais à me retrouver dans cette foutue base militaire à la con et finalement, tu es là. Tu as bâti une ville et tu as tenu toutes tes promesses. Ton père serait fier de toi et je suis certain que ta mère et Rick t'attendent dans le Tennessee parce que c'est vous qui aviez raison. Tu ne réalises pas ce que te voir vivant peut vouloir dire pour moi. C'est comme si j'avais de la chance, pour de vrai.
– Je ne mérite pas tant d'admiration.
– Peu importe ce que tu penses pouvoir mériter. Tu es là et cette fois-ci, tu ne m'abandonnes pas. Tu t'es levé devant tous ces gens qui comptent sur toi pour leur dire que tu irais là où j'irais alors que tu sais qu'ils ne vont pas s'en sortir sans toi et—
– Euh doucement quand même, je le préviens. Je ne suis pas encore parti alors ne m'effraie pas trop tout de suite. »
 
Il pouffe de rire et embrasse mon front.
 
« Ce que je veux dire c'est que tu es la preuve que j'ai existé avant d'être un colis et que le Louis que j'étais est toujours là. J'ai l'impression de revivre. Je n'avais pas ri depuis des années.
– Homme qui rit, homme à moitié dans son lit. »
 
Il rit aux éclats et ça me fait beaucoup de bien. Nous n'avons pas arrêté de vivre à New Heaven parce que c'est impossible avec des enfants. On est obligés de suivre parce qu'ils ne méritent pas de réaliser la gravité de la situation ; ils ont le temps pour ça. Mais je conçois parfaitement qu'ailleurs dans le monde, les gens aient oublié comment être heureux.
 
« Tu faisais rire Lenny ?
– Tu empruntes un chemin hyper glissant, je te conseille de faire demi-tour.
– Vraiment ?, il demande avec une pointe d'insolence dans la voix.
– Oui.
– Bien, bien, bien. J'abandonne pour ce soir alors.
– Tu fais bien. »
 
Il sourit et, à nouveau, lorsque je m'approche de trop, il glisse sa main entre nos deux visages et je donne un baiser à sa paume.
 
« J'espère au moins que t'embrasse le dos de ta main. », je ronchonne.
 
Il lève les yeux au ciel.
 
« Tousse moi dessus, je tente, on sera vite fixé.
– Non. Je ne te tousse pas dessus, je ne partage pas ma nourriture avec toi, tu ne bois pas dans mon verre, je ne t'embrasse pas ni ne fait rien qui pourrait faire qu'à un moment ou à un autre tu aies envie de me mordre. J'ai déjà assez de traumatismes comme ça, inutile d'en rajouter. 
– T'es pas drôle.
– Parce que ça ne l'est pas. Tu crois que c'est facile ? Je devrais même porter un masque mais je n'en ai pas vu depuis des années. Comme le liquide hydroalcoolique.  
– On en a des caisses complètes ici. Je t'en donnerai un si tu veux. »
 
Je prends son sourire pour un oui et lorsqu'il se blottit contre moi, je sais que la conversation est terminée.
 
« Les petits ne vont pas venir, hein ?, il demande doucement.
– Non. Personne ne sort quand il fait nuit. »
 
Ça me fait mal de le réaliser mais le soleil s'est couché maintenant et personne n'est venu me dire au revoir. Je vis avec eux depuis neuf mois au moins et aucun d'eux n'a transgressé les règles. Mais peut-être que ce sont les conséquences d'une éducation survivaliste, au final ? Peut-être qu'on est tellement conditionnés à respecter les règles qu'on est capable de mettre de côté ce qu'on ressent vraiment ? C'est sans doute ça qui nous pousse à agir pour la communauté plus que pour nous ou pour une personne en particulier. Peut-être que Sally est une individualiste mais que c'est elle qui a raison après tout. Parce que j'ai tout fait pour la communauté et pourtant, ils n'ont pas hésité à écouter leur peur et voter en conséquences. Je ne crois pas que c'est ce que je voulais enseigner aux autres et j'aurais certainement dû m'y prendre autrement, mais c'est trop tard maintenant.
 
Cette nuit-là, je peine à m'endormir et c'est tant mieux parce qu'autrement, jamais je n'aurais entendu les carillons sonner. 


#RAMfic Ça y est, vous savez un peu plus ce qui est arrivé à Louis depuis qu'il s'est séparé d'Harry. Ils se retrouvent un peu et je pense que ça leur fait du bien de le faire loin des autres. J'espère que ce chapitre vous a plu ❤

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.226.179.247) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    14/02/2017

    @Cartooune wrote: "Hellooooo ! Ce Chapitre était tellement tellement tellement tellement bien ! Déjà ça fait du bien de les voir avoir une vraie conversation. Parce qu'au final ils se sont pas beaucoup parlés depuis qu'ils se sont retrouvés. Du moins, pas aussi sérieusement. C'est dur d'apprendre ce qu'a vécu Louis, ça a l'air d'avoir été 2 ans d'enfer... Déjà se faire à moitié bouffer par un gamin ça doit être vachement traumatisant puis en arriver à espérer mourir de ses blessures, c'est que vraiment il était pas bien. Pauvre Louis :( Le "tu restes avec moi ?" jvjkvqzuguzigefbkjscbdcs. Cette phrase c'était tellement important pour eux, c'est tellement plus fort qu'un "je t'aime", Mélanie tu as failli m'achever !!!! Puis ouais, Harry a raison, ils sont tous égoïste au final, alors pourquoi lui ne le serait pas ?
    Je te l'ai déjà dit un milliard de fois mais j'aime trop ton humour, y a des punch lines qui me font ricaner comme une débile à chaque fois ! Genre le "Tu empruntes un chemin hyper glissant, je te conseille de faire demi-tour" ou le "J'veux bien embrasser Lenny, si tu veux. Il a l'air charmant" m'ont tué MDRRRR
    D'ailleurs en parlant de Lenny, avant que tu me le dises j'avais pas réalisé que finalement le plus dépendant d'Harry c'était lui. Il est si peureux que ça ? Même pour les enfants ils seraient pas capable d'aller faire les "courses" ?
    Et mais ! Je viens d'avoir une révélation ! Est ce que le background de ce blog ce sont des vagues? Je viens juste de remarquer MDRRRR.
    Ça fait bizarre qu'Harry parle de cette façon du survivalisme. J'irai pas jusqu'à dire qu'il regrette, mais on dirait qu'il se rend compte que ce concept a ses limites et que parfois ça a carrément des désavantages.
    Bon par contre cette fin, c'était hyper vache ! Trop hâte de savoir ce qu'il se passe !!!!❤️
    "

    Awww merci !! Oui j'ai trop aimé l'écrire parce qu'ils avaient besoin d'être tous les deux, de discuter de tout ça, d'être proches à nouveau et de se rassurer plus ou moins sur leurs sentiments qui sont loin d'être morts. Et oui, c'est exactement ça, Harry a tout fait pour la communauté pour qu'on le remercie comme ça, bah tant pis il lâche pas Louis. Son choix est fait.
    MDRRRRR Mon humour moisi pour détendre l'atmosphère xD
    En fait pour Lenny, je pense pas que ce soit une question d'être peureux, c'est surtout une question qu'il n'a jamais eu à rien faire car c'est toujours Harry qui faisait tout parce que... c'est Harry. Donc il est dépendant parce qu'Harry préfère faire lui-même mais il n'a pas non plus été volontaire pour partir en mission xD Ça l'arrange bien qu'Harry se charge de tout.
    MDRRRRR J'ai essayé de prendre un truc qui s'y rapproche mais bon xD En fait je trouvais ça beau en plus...
    Oui je crois qu'il réalise que c'est bien, mais que c'est vraiment une communauté fermée (presque secte) dans le sens où quand elle est formée, personne ne sort, ne rentre facilement, chacun a son mot à dire mais toujours pour se préserver et préserver la communauté, quitte à paraitre sans coeur... en fait, c'est bien jusqu'à une certaine limite.
    Ahah la fin suspense comme je n'en avais pas fait depuis longtemps xD ❤

  • resteavecmoific

    14/02/2017

    LARRYFICAHOLIC wrote: "beurk, yak, bordel mais c'est HORRIBLE !! Mais Mél tant de cruauté en toi, alors que je te voyais douce, gentille, ahahah !! Et en vrai, plus sérieusement, justement tu as cette particularité de nous raconter un truc assez dégeu mais de manière hyper légère et touchante. Mon Dieu, Loulou il en a tellement bavé !! Alors que Harry, ce con (oui je l'aime mais pour moi il a fait le gros con en abandonnant Lou !!) se pavane dans son petit village de vacances avec ses gamins, MDR... moi ? Pas objective ? Noooonnnn !!
    Je suis super contente qu'ils se soient retrouvés et de voir que l'alchimie entre eux ne s'est pas envolée malgré les années et les difficultés. C'est ensemble qu'ils niqueront tous ces infectés !

    Et on en parle du carillon qui annonce LA MERDE ?!
    "

    Mdrr mais non je suis pas cruelle xD En fait j'essaie de mettre des touches d'humour pour éviter d'alourdir la situation plus qu'elle ne l'est déjà......
    Oui Harry construisait son petit village mais c'était pour mieux accueillir Louis sans le savoir.. xD
    Merci ❤

  • resteavecmoific

    14/02/2017

    heyfifou wrote: "On retrouve nos petits loulous
    C'est dingue comment leur relation a eu a pas changer d'un poil (ou presque) alors que tout le monde s'esr carrément fait exploser la gueule!
    Bon ça va être sympa un moment les bisous sur la main mais louis mord Lenny meme si le pauvre est juste amoureux d'Harry parcontre modre Sally la c'est une super idée!! ça laisserait une chance à la communaute de survivre au moins le temps qu'harry revienne peut etre un jour! Et si elle meurt bon bah ça sera pas une grande perte et elle aura servi la population pour savoir si Louis est contagieux ou pas! Donc voila je vote Sally comme cobaye!
    Bon sinon les voir rire et se detendre un peu c'est un magnifique moment hors du temps et du contexte c'est un petit retour à Carmel!

    Evidemment que le départ d'harry aller pas se faire si facilement si en plus y a une attaque juste avant son depart il va avoir encore plus de mal à tout quitter.... à suivre mais en tout cas il lache plus louis (normalement)
    "

    Oui je pense que c'est parce qu'ils se raccrochent à ce qu'ils peuvent pour se souvenir de quand tout allait bien avant. Puis ils ont eu comme un coup de foutre, y a toujours cette complicité entre eux, c'est indestructible, ils s'aiment trop xD
    Ahah oui c'est sûr que ça risque d'être handicapant mais bon... il faut savoir être raisonnable, si Harry mute, c'est la fin des haricots MDRRR

  • resteavecmoific

    14/02/2017

    Victoria wrote: "J'ai eu envie de sauter de joie tout le chapitre parce que c'etait L'AMOUR ... puis la dernière phrase sur les carillons m'a fait redescendre de Space Mountain d'un coup ! Nan mais ils étaient trop mignon dans ce chapitre, ces "retrouvailles". Harry ne peux clairement pas le laisser tomber, il peux pas le laisser aller seul jusque là bas avec Truman il va le laisser tomber comme une vieille chaussette (expression datant de 800 avant JC) une fois qu'ils auront fait ce qu'ils voulaient de lui et Louis sera de nouveau seul, Jamais une gaufrette comme Louis qui se fait attaquer par un enfant ne pourra retrouver son chemin jusque New heaven tout seul c'est impossible, du coup H est obligé d'aller avec lui !
    J'ai encore une fois adorer ce chapitre, j'adore ce Tome, peut être meme plus que le tome 2 (sérieusement) TU NE FAIS PAS FAUSSE ROUTE MÉLANIE! Tu sors de ta zone de confords mais crois moi c'est super 😘😘
    "

    C'est gentil merci ❤
    Ahah oui c'était la surprise de la fin, quand j'ai écrit ce chapitre je ne savais pas comment le finir alors j'ai mis ça en espérant trouver un truc intéressant à faire ensuite mdrrrr
    Mais oui, Harry ne peut pas laisser Louis tout seul et il l'a bien compris ! xD

  • LARRYFICAHOLIC

    14/02/2017

    beurk, yak, bordel mais c'est HORRIBLE !! Mais Mél tant de cruauté en toi, alors que je te voyais douce, gentille, ahahah !! Et en vrai, plus sérieusement, justement tu as cette particularité de nous raconter un truc assez dégeu mais de manière hyper légère et touchante. Mon Dieu, Loulou il en a tellement bavé !! Alors que Harry, ce con (oui je l'aime mais pour moi il a fait le gros con en abandonnant Lou !!) se pavane dans son petit village de vacances avec ses gamins, MDR... moi ? Pas objective ? Noooonnnn !!
    Je suis super contente qu'ils se soient retrouvés et de voir que l'alchimie entre eux ne s'est pas envolée malgré les années et les difficultés. C'est ensemble qu'ils niqueront tous ces infectés !

    Et on en parle du carillon qui annonce LA MERDE ?!

  • Tronnor

    11/02/2017

    Génial! C'est tellement mignon, ça fait chaud au coeur

  • Maylisdmr

    10/02/2017

    Je suis pas du tout du tout du tout d'accord avec la fin là! Change moi ça de suite

  • @Cartooune

    10/02/2017

    Hellooooo ! Ce Chapitre était tellement tellement tellement tellement bien ! Déjà ça fait du bien de les voir avoir une vraie conversation. Parce qu'au final ils se sont pas beaucoup parlés depuis qu'ils se sont retrouvés. Du moins, pas aussi sérieusement. C'est dur d'apprendre ce qu'a vécu Louis, ça a l'air d'avoir été 2 ans d'enfer... Déjà se faire à moitié bouffer par un gamin ça doit être vachement traumatisant puis en arriver à espérer mourir de ses blessures, c'est que vraiment il était pas bien. Pauvre Louis :( Le "tu restes avec moi ?" jvjkvqzuguzigefbkjscbdcs. Cette phrase c'était tellement important pour eux, c'est tellement plus fort qu'un "je t'aime", Mélanie tu as failli m'achever !!!! Puis ouais, Harry a raison, ils sont tous égoïste au final, alors pourquoi lui ne le serait pas ?
    Je te l'ai déjà dit un milliard de fois mais j'aime trop ton humour, y a des punch lines qui me font ricaner comme une débile à chaque fois ! Genre le "Tu empruntes un chemin hyper glissant, je te conseille de faire demi-tour" ou le "J'veux bien embrasser Lenny, si tu veux. Il a l'air charmant" m'ont tué MDRRRR
    D'ailleurs en parlant de Lenny, avant que tu me le dises j'avais pas réalisé que finalement le plus dépendant d'Harry c'était lui. Il est si peureux que ça ? Même pour les enfants ils seraient pas capable d'aller faire les "courses" ?
    Et mais ! Je viens d'avoir une révélation ! Est ce que le background de ce blog ce sont des vagues? Je viens juste de remarquer MDRRRR.
    Ça fait bizarre qu'Harry parle de cette façon du survivalisme. J'irai pas jusqu'à dire qu'il regrette, mais on dirait qu'il se rend compte que ce concept a ses limites et que parfois ça a carrément des désavantages.
    Bon par contre cette fin, c'était hyper vache ! Trop hâte de savoir ce qu'il se passe !!!!❤️

  • RoxanneK

    09/02/2017

    En plus d'avoir le coeur brisé par Hary, il a vécu tout ca! Putain mais bravo! Gaufrette courageuse!! Oula la fin la... vivement la suite! :-)

  • heyfifou

    09/02/2017

    On retrouve nos petits loulous
    C'est dingue comment leur relation a eu a pas changer d'un poil (ou presque) alors que tout le monde s'esr carrément fait exploser la gueule!
    Bon ça va être sympa un moment les bisous sur la main mais louis mord Lenny meme si le pauvre est juste amoureux d'Harry parcontre modre Sally la c'est une super idée!! ça laisserait une chance à la communaute de survivre au moins le temps qu'harry revienne peut etre un jour! Et si elle meurt bon bah ça sera pas une grande perte et elle aura servi la population pour savoir si Louis est contagieux ou pas! Donc voila je vote Sally comme cobaye!
    Bon sinon les voir rire et se detendre un peu c'est un magnifique moment hors du temps et du contexte c'est un petit retour à Carmel!

    Evidemment que le départ d'harry aller pas se faire si facilement si en plus y a une attaque juste avant son depart il va avoir encore plus de mal à tout quitter.... à suivre mais en tout cas il lache plus louis (normalement)

Report abuse