Lifeline – Chapitre 10

.
Lifeline – Chapitre 10
Lifeline – Chapitre 10
Lifeline – Chapitre 10

Été 2022. Quelque part dans le Wyoming.
 
Je fixe Julian un instant sans rien dire, abasourdi de le voir là – et un peu soulagé de ne pas avoir eu à prendre moi-même la décision de l'emmener. Lui aussi me regarde, l'air suppliant de ne pas me fâcher tout de suite.
 
« Viens-là. », je dis en m'approchant assez pour pouvoir l'aider à descendre.
 
Il se laisse faire sans mal et je vérifie que j'ai bien mon arme à l'arrière de mon pantalon avant de l'entraîner un peu plus loin pour qu'il puisse “faire pipi”. Je ne lâche pas sa main.
 
Nous sommes dans une zone quasi-désertique. Je suis presque certain qu'il y avait des villes ici – et au vu des montagnes de débris qu'on peut voir un peu partout, je pense que plus d'une tornade ont ravagé le secteur. Il n'y a que des restes de fondations de bâtiments, et si on a l'impression de pouvoir apercevoir les Impurs à plusieurs kilomètres avant qu'ils n'arrivent, je crains tout de même qu'ils ne soient cachés par quelques restes de bâtisses.
 
« Tu es fâché ?, s'inquiète Julian.
– On discutera dans la voiture. Dépêche-toi. »
 
Il lâche ma main alors j'attrape fermement la capuche de son sweat-shirt bleu. Il a des tonnes de sweat aux couleurs criardes mais il a choisi le bleu nuit parce qu'il savait qu'il quittait la ville. Il est en jogging, il a ses chaussures de sport, son sac à dos semble bien rempli. Même s'il n'est pas à l'endroit où je l'avais laissé, ce gamin a oublié d'être bête.
 
« C'est bon. », il me dit.
 
On fait demi-tour, je ne lâche pas sa capuche. Anna, elle, est clairement en pyjama. Elle a ses baskets, mais visiblement, elle n'avait pas prévu de se retrouver coincée ici. Ses cheveux blonds sont coiffés d'une grosse tresse un peu lâche et ses yeux bleus me fixent avec anxiété. Elle tente de sourire – parce qu'elle sait que n'importe quel garçon du monde pourrait flancher – mais elle a un statut de petite s½ur à mes yeux qui m'immunise de ses charmes.
 
« Je t'ai promis de veiller sur lui, elle tente.
Dans New Heaven. À l'intérieur de la ville, j'insiste. Je ne savais pas qu'il fallait que je précise le lieu !
– Il s'est faufilé dehors une heure à peine avant que vous n'arriviez ! J'ai même pas eu le temps de m'habiller ou de me maquiller ! »
 
Je lève les yeux au ciel en me retenant de la soutenir parce qu'en effet, c'est un véritable désastre qu'elle n'ait pas eu le temps de se maquiller.
 
« J'ai pris ce foutu sac que tu nous forces à faire tout le temps, c'est tout.
– Tu l'as avec toi ?, je m'étonne.
– Oui. J'ai senti qu'il—
– Sally, Truman !, je coupe en ouvrant la porte arrière. Vous sortez.
– Putain hors de question que je laisse ma place à des morveux !, rétorque Sally.
– Soit tu montes derrière, soit tu es descendue de force et abandonnée sur le bord de la route avec une balle dans la jambe, t'as compris ? »
 
Elle descend en me bousculant de toutes ses forces, mais elle sait qu'elle n'a pas d'autres choix que de laisser sa place à l'intérieur du véhicule. Je tire Julian par la capuche pour le forcer à monter à sa place. Truman ne se fait pas prier alors Thomas se décale et Julian avance au milieu après avoir retiré son sac à dos.
 
« Mets ta ceinture. », je lui dis.
 
Il s'exécute et Louis se tourne vers lui pour lui sourire tendrement. Il s'inquiète de savoir comment il va et j'essaie de ne pas me mettre à hurler de frustration parce que tout ce qui est en train de se passer est du grand n'importe quoi. Si je perds les pédales maintenant, nous n'avancerons pas plus vite alors je me contiens. Anna prend la place de Sally et elle boucle sa ceinture sans que je n'aie à le lui demander.
 
Je claque la portière et j'attends que Truman et Sally soient bien installés pour remonter en voiture. Au moins, si on se fait pourchasser, ils pourront tirer au loin. Mais on ne peut pas dormir à sept dans une voiture et on ne peut pas non plus prendre le risque de rouler en pleine nuit avec des gens à l'arrière, sans qu'ils ne soient protégés. Je serre le volant entre mes doigts, en colère et paniqué.
 
« C'était vraiment une mauvaise idée, je gronde avant de démarrer. Franchement, mais à quel moment est-ce que vous avez réfléchis ?
– Vous partiez à quatre, répond Julian sans se démonter, y avait une place pour moi ! C'est pas de ma faute si Anna m'a suivi et si vous avez pris Sally avec vous !
– Ne me réponds pas comme ça !, je m'emporte.
– OUI MAIS C'EST TOI QUI A POSÉ LA QUESTION ! »
 
Je donne un violent coup de frein et on entend Sally et Truman gueuler à l'arrière après qu'ils se soient cognés partout.
 
« Je vais conduire, annonce Louis.
– Non, je vais—
– Tu descends et tu me laisses le volant, t'as compris ? »
 
Lentement, je tourne la tête vers Louis. Je ne sais pas s'il est excédé, s'il est apeuré ou s'il a un élan de rébellion à mon encontre, mais en tout cas, son ton ferme me surprend – et je m'exécute en prenant soin de contourner le camion par devant pour éviter que Sally ne rajoute son grain de sel.
 
Louis prend ma place, il se familiarise avec les commandes et après avoir calé trois fois, il repart pour de vrai. L'ambiance dans la voiture est extrêmement lourde et j'ai beaucoup de mal à ne pas exploser.
 
« Y avait une place pour moi..., souffle timidement Julian après quelques instants.
– Mais c'est dangereux, tu comprends ?, je m'emporte en me tournant vers l'arrière.
– Mais si jamais Washington c'est bien ? Si jamais c'est mieux là-bas et que vous ne rentrez pas ? Hein ? Si jamais vous êtes blessés et que vous ne pouvez pas rentrer avant des années ? Moi je reste tout seul à New Heaven ? Merci bien !
– T'aimes pas New Heaven ?, s'inquiète Anna.
– Je veux être avec Harry, répond Julian avec détermination.
– Mais t'as à peine 10 ans, Julian ! Tu réalises que—
– 13 ans, corrige Anna.
– Non, j'insiste. Il en a 10. »
 
Julian croise les bras, la mine boudeuse, et Anna me dévisage avec surprise.
 
« Moi j'croyais qu'il était chétif !
– Non, il a 10 ans et il est hors des remparts. Bon sang mais pourquoi est-ce que vous ne vous êtes pas manifestés avant, hein ?
– Mais parce que je voulais venir !, rétorque Julian.
– Et toi ?, je demande à Anna. Hein ? Pourquoi est-ce que tu ne t'es pas dit que t'allais être responsable ? T'as 17 ans la semaine prochaine ! Tu réalises ce qu'il se passe ou c'est pas clair ? Ici c'est dangereux. Si t'es mordue, c'est terminé. Tu comprends ?
– J'ai vu plein de films de zombies, t'inquiète pas, j'vais gérer la pression. »
 
Je la regardee avec un air dépité en me demandant si elle est véritablement sérieuse ou si elle se fiche de moi.
 
« Tu sais ce qu'a dit Brad Pitt dans World War Z ?
– Tu te moques de moi ?
– Il a dit « movimiento es vida » et tu sais ce que ça veut dire ? »
 
Je me tourne vers Louis pour voir qu'il se mord l'intérieur des joues pour ne pas éclater de rire. J'ai envie de péter un plomb et je ne sais même pas comment je parviens à ne pas en prendre un pour taper sur l'autre.
 
« Anna, ne me parle pas en espagnol, je sens que je m'énerve, je la préviens.
– Ça veut dire qu'il faut toujours bouger. À New Heaven, on n'est pas plus en sécurité qu'ailleurs, si on nous trouve et qu'on veut nous prendre ce qu'on a, alors c'est fichu.
– Tu as suivi Julian pour ça ?, je lui demande.
– Ah non, non. Je l'ai suivi parce que je voulais savoir ce qu'il trafiquait en pleine nuit mais là, j'essaie de me convaincre que j'ai eu une bonne idée parce que tu me fais peur. »
 
Je soupire bruyamment avec une folle envie de m'arracher les cheveux.
 
« Les autres vont être vachement impressionné quand je vais rentrer, elle ajoute.
– Les autres ?
– Bah ouais, Sebastian et tout ça...
– Sebastian est un imbécile. »
 
La voix de Thomas nous surprend tous, comme si nous avions oublié qu'il était également dans la voiture. Anna se tourne vivement vers lui.
 
« Pourquoi tu dis ça ? Il est gentil ! Il­—
– Je vivais avec lui chez Graham.
– Je t'y ai jamais vu !, elle répond.
– Tout comme t'as jamais vu qu'il fréquentait quatre filles en plus de toi. Ça peut se corriger, il suffit d'enlever tes ½illères.
– Il t'a trop cassé !, répond Julian, mort de rire.
– N'importe quoi !, elle rétorque sur la défensive.
– Si c'est vrai qu'il t'a cassé !
– Non c'est faut !
– Ça suffit tous les deux, je tranche. Je pense que vous en avez déjà assez fait pour aujourd'hui.
– Quand est-ce qu'on mange ? », demande Anna.
 
Je ferme les yeux quelques secondes pour calmer l'ouragan qui sévit en moi.
 
« On va devoir s'arrêter pour la nuit, me dit Louis.
– Hors de question, plus vite on y sera, plus vite on rentrera.
– Tu fais ce que tu veux mais moi, la nuit, il est hors de question que je sois dehors. Les Impurs c'est une chose, les Chasseurs s'en est une autre. Alors à moins d'avoir emmené un sédatif puissant avec toi, moi conscient, tu ne me forceras pas à être dehors la nuit.
– C'est quoi les Chasseurs ?, demande Julian.
– La raison pour laquelle tu aurais dû rester à New Heaven ! », je réponds froidement.
 
À nouveau, le silence se fait dans le Pick Up. Je n'arrive pas à décolérer. Ou à ne plus avoir peur.
 
« Tu vas devoir faire confiance à d'autres personnes qu'à toi-même, Harry. On est dehors. Tu dois aussi compter sur les autres.
– Comment tu veux que je fasse alors qu'on a Sally à l'arrière de cette foutue bagnole !
– Tu t'énerves contre moi ? »
 
Quand je réalise que c'est le cas, je souffle un bon coup pour me reprendre.
 
« Non, désolé. Je n'arrive plus à être rationnel, personne n'a suivi le plan et moi j'suis bloqué dans ce plan. Je n'arrive pas à trouver de solution.
– Hey mon c½ur... j'suis pas certain qu'on puisse s'offrir les services d'un psy par les temps qui courent alors ce n'est pas le moment de flancher. »
 
Mon c½ur. J'crois pas qu'il n'ait déjà eu de surnom de ce genre pour moi dans le passé et c'est vraiment étrange de l'entendre de sa bouche. Je suis surpris, attendri... et j'essaie de le cacher – au moins un peu.
 
« Je ne flanche pas.
– Tu n'es pas qu'un survivaliste, il insiste. Tu sais agir hors d'un bunker. Alors oui, nous ne sommes plus quatre. Oui, nous avons récupéré une tarée, un enfant têtu et une ado en pyjama, mais je pense qu'on peut gérer ça, non ? Thomas est là. Il peut veiller sur moi, sur Julian, sur Anna. Tout comme toi.
– J'ai pas besoin qu'on veille sur moi. », rétorque Anna avec un air blasé.
 
Louis me regarde, juste quelques secondes, l'air confus. Je pouffe de rire ; c'est vrai qu'elle a l'air d'une petite fille sans défense, toute frêle et chochotte, mais c'est un leurre.
 
« Moi j'ai choisi d'habiter avec Harry pour savoir me défendre, elle rétorque. Je sais me battre. Je sais me servir d'une arme. Je suis même excellente au lancé de couteau.
– Pardon Rambo ! », rétorque Louis en riant.
 
Après une seconde d'hésitation, on se met tous à rire et je réalise qu'on est capables de le faire. Peut-être qu'on est une équipe improbable et que peu de personnes parieraient sur nous les yeux fermés, mais on est capables de mener à bien cette mission et de rentrer à New Heaven. Tous les cinq.
 
. . .
 
Nous avons roulé toute la journée ; Louis et moi nous sommes passés le relais à plusieurs reprises, toujours en suivant un itinéraire improvisé grâce à la carte, à travers des petites villes. Le peu d'Impurs que nous avons croisé me force à me questionner sur la dangerosité de la mission, mais Thomas m'a fait remarquer que nous traversions des zones qui avaient été frappé par de nombreuses catastrophes naturelles et que, là où il n'y avait pas d'humain, il ne pouvait pas y avoir d'Impur. Alors je prie pour que nous ne traversions que des zones ravagés par la colère de la nature.
 
Truman cogne au carreau à un moment de silence complet et nous sursautons tous sans exception. Je suis au volant depuis une demi-heure environ. Thomas ouvre la petite fenêtre derrière Julian qui donne sur le coffre où sont installés Sally et Truman.
 
« Il commence à faire nuit ! Il faut qu'on trouve quelque chose !
– T'as une idée ?, je lui demande.
– Un truc où on peut être en sécurité, il répond simplement.
– Un hôtel, propose Anna.
– Si c'est pour dire des conneries, tu fermes ta gueule !, rétorque Sally. Un hôtel. Putain mais t'es conne ou quoi ? Y a tellement d'endroits où peuvent se trouver des Impurs !
– Elle a raison, répond Louis. Un hôtel c'est bien ! »
 
Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il suive Anna et je ne peux pas m'empêcher de lui jeter un air inquiet.
 
« Les portes des chambres sont lourdes. Il suffit de trouver un pass de femme de chambre ou n'importe quel employé... on aura accès aux chambres et on y sera en sécurité. »
 
C'est vrai que c'est loin d'être stupide, après réflexion, seulement il y a énormément de chance pour qu'on tombe sur des Impurs.
 
« Il y a plus de cachette dans un hôtel que dans une maison, insiste Julian.
– Donc deux fois plus d'endroits où trouver des Impurs, insiste Sally.
– On ne peut pas perdre de temps à se mettre d'accord !, s'excite Truman.
– Ok, ok. On trouve un hôtel ! », je capitule.
 
Cette ville est complètement balayée par endroit et c'est seulement après une dizaine de minutes qu'on trouve la gare et les hôtels tout autour. Je gare la voiture, prête à partir pour le lendemain, dans une ruelle qui longe l'hôtel et quand tout le monde a son sac sur le dos, quand mon c½ur palpite au point que je pourrais en avoir des sueurs froides, nous ouvrons les portes du Pick Up pour sortir.
 

Anna.

 
« Ce qu'on va faire, nous dit Harry, c'est surtout ne pas se séparer, ok ?
– Ça irait plus vite, bougonne Truman.
– Oui mais si on est séparés et que quelqu'un crie, moi je ne viens pas à son secours, intervient Louis. Les Chasseurs savent très biens imiter la détresse. »
 
J'essaie de ne pas paniquer pour ne pas avoir l'air plus godiche que je ne le suis déjà mais dans ma tête ça crie clairement « au secours » et « maman » à chaque pas de plus qui nous rapproche de l'hôtel. Il est encore debout, c'est forcément qu'il y a des gens dedans, non ? Mais les gens vivants ont dû partir ? Je m'accroche au premier type que je trouve et c'est Thomas. Il me regarde avec un air blasé genre « Anna, t'as une trouble mental ou quoi ? » et j'ai envie de répondre que oui, ça s'appelle : la peur panique, mais il ne me repousse pas alors je reste accrochée. Je mets même un coup de pied discret à Julian et il se retourne en me foudroyant du regard.
 
« Si je suis là, c'est de ta faute !, je chuchote.
– T'avais qu'à pas me suivre !
– Taisez-vous !, tranche Harry.
– Mais elle m'a mis un coup de pieds. »
 
Sans que je ne sache d'où ça vient, je me prends une grosse claque derrière la tête et je vois Harry fondre sur Sally pour la choper à la gorge.
 
« T'as l'intention de mourir prochainement ? », il demande rageusement.
 
J'en conclus que la claque que j'ai reçue venait d'elle et je les regarde, tétanisée ; on retient tous notre souffle, c'est horrible, mais la peur sur le visage de Sally est plutôt cool à voir. Elle secoue la tête et ses petits cheveux blonds délavés et filasses bougent dans tous les sens.
 
« Alors tu ne lèves plus jamais la main sur personne, t'as compris ? »
 
Elle hoche la tête et marmonne quelques insultes qu'il ignore quand il la lâche. La tension est à son comble et c'est encore pire lorsqu'on réalise que la porte est fermée de l'intérieur par une grosse planche en bois glissée entre les poignées.
 
« On pète le carreau ?, demande Sally.
– Pour que tout le quartier nous entende ?, s'agace Truman. Non, on va aller chercher autre chose. On ne doit pas perdre de temps !
– Ou alors, on passe par là. », suggère Julian qui a repéré une sorte d'ouverture dans le mur, caché par une planche. 
 
Ça c'est une idée d'humain, cacher un trou avec une planche. Peut-être qu'il y a d'autres survivants comme nous ici. Je suis presque surexcitée de vivre une petite aventure avant de réaliser que tout le monde me fixe.
 
« Oh putain non, s'il vous plaît ! »
 
Harry ne dit rien, il est complètement figé. C'est Julian, ou moi, ou Louis. C'est évident que je refuse que ce soit Julian et quand je vois Louis retirer son sac à dos, je ne sais pas ce qu'il me prend mais je retire le mien plus vite.
 
« Bon ok, je capitule. Mais c'est vraiment parce que j'ai la sensation que je n'ai pas le choix. »
 
Je sors mon couteau de chasse de mon sac et je souffle un bon coup avant de retirer la planche pour pouvoir passer. C'est hyper étroit et je suis bien contente de me dire que cette salope de Susan ne rentrerait pas là-dedans. Sebastian a vraiment mauvais goût.
 
Je balance mon couteau de l'autre côté et je me mets à plat ventre pour passer. Je ne peux m'aider que de mes bras et je remercie franchement le ciel d'avoir habité la Maison 18 depuis le début parce qu'on a toujours fait du sport avec Harry et jamais je n'aurais passé ce putain de mini tunnel à la con à la simple force de mes bras autrement. On n'a pas idée de construire des murs aussi épais, c'est franchement stupide.
 
Une fois de l'autre côté, je récupère mon couteau et je rejoins la grande porte ; la fierté dans les yeux de Harry me donne presque des ailes. Il est fier de moi. Les autres vont être jaloux quand je vais leur raconter ça – surtout Chris, Mr. Le Référent Remplaçant.
 
Je coince mon couteau dans l'élastique de mon pantalon de pyjama et je glisse difficilement la lourde planche qui bloque la porte. Je la repose sur le côté et au moment d'ouvrir la porte, on réalise qu'elle ne s'ouvre pas pour autant.
 
« C'est fermé à clé ! »
 
Harry lève les yeux au ciel et il fouille dans son sac pour en sortir un crochet. Je le regarde crocheter la serrure avec attention ; je crois qu'il a appris ça à Chris, que ça ne m'intéressait pas et finalement, je réalise que j'aurais dû écouter plus attentivement. Il disait souvent que tout bon survivaliste doit être capable de crocheter des serrures – aujourd'hui, je comprends pourquoi.
 
« T'as ça depuis longtemps dans ton sac ?, demande Louis.
– Depuis qu'on se connaît, répond Harry tout en restant concentré.
– C'est carrément le kit du parfait cambrioleur là ! T'as eu tout ça où ?
– Sur Amazon. Écoute Louis, c'est pas le moment de râler, ok ? »
 
Louis bougonne dans son coin, mais il glisse tout de même une main dans les cheveux d'Harry. Juste comme ça, comme pour lui dire qu'il l'aime quand même. Moi je trouve ça tellement adorable que j'ai envie de fondre. Ils sont tellement mignons, tellement amoureux que je me demande pourquoi ce débile de Sebastian n'a jamais été comme ça avec moi. Je sais qu'on est tous sur le point de mourir parce qu'on est dehors et bla bla bla, mais j'aimerais tellement tomber amoureuse et avoir quelqu'un qui me caresse les cheveux pour me dire qu'il m'aime que—
 
« ANNA ! »
 
La voix de Thomas me sort de mes pensées et quand il pointe du doigt quelque chose derrière moi, mon c½ur se met à battre la chamade. Je me retourne et je vois un Impur ramper au milieu du hall. Il lui manque une jambe mais ça ne l'empêche pas de foncer droit sur moi.
 
« Mais qu'est-ce que je fais ? Qu'est-ce que je fais ? »
 
Je secoue la porte et Harry me hurle d'arrêter parce qu'il doit tout recommencer à chaque secousse alors je cours au plus loin de ce truc dégueulasse qui rampe à mes pieds ; je n'avais jamais vu un Impur d'aussi près et j'aurais préféré que les films de morts-vivants se trompent quant à ce physique disgracieux et complètement dégueulasse. Puis personne ne nous a jamais dit à quel point ça pue ces trucs-là. En tout cas, il va vite et j'ai l'air d'une débile qui tourne en rond en poussant des cris de pintade et ça, je ne le raconterais certainement pas aux autres.
 
« TON COUTEAU ! »
 
Je regarde Thomas et il me fait signe de m'en servir. Putain oui ! La tête, je vise la tête. En deux secondes, je récupère mon couteau, je m'approche en hurlant que c'est trop dégueulasse, je me recule et j'avance à plusieurs reprise ; j'ai l'attitude que j'avais avant, devant une araignée. Mais ce n'est pas une araignée. Alors je souffle un bon coup et avant que cette chose ne me choppe la cheville, je lui transperce le crâne avec toute la violence que j'ai en moi. C'est crade, ça gicle sur mon pantalon et j'ai presque un haut le c½ur de voir tous les trucs visqueux qui s'écoulent du trou que j'ai fait dans la tête de cet Impur.
 
La porte s'ouvre enfin et Harry fond sur moi pour s'assurer que je vais bien.
 
« Bah c'est sûr que je n'ai plus peur des araignées là !, je dis et acceptant volontiers son câlin.
– Elle délire ! », lâche Julian.
 
Il se moque mais je vois bien l'admiration dans ses yeux et je crois que je suis vraiment fière de moi. Harry me lâche alors que Truman s'occupe de replacer la planche le long des poignées.
 
« Tu pourras sourire le jour où t'auras abattu autre chose qu'un reste d'Impur se traînant sur le sol, peste Sally. On aurait vraiment dit une abruti de blonde qui tournait en rond autour d'une peluche dont elle a peur. C'était pathétique. »
 
Elle a raison et mon sourire disparaît.
 
« La ferme Sally !, soupire Thomas alors qu'il me tend mon sac à dos pour que je puisse l'enfiler.
– C'était très courageux, Anna. Moi j'aurais continué de courir en pleurant, avoue Louis avec un petit sourire.
– Merci. », je réponds, même si ça ne me console pas vraiment.
 
Harry et Julian sont passés derrière le comptoir de l'accueil alors on les rejoint.
 
« Vous trouvez quelque chose ?, demande Louis.
– Je pense que des gens vivent ou ont vécu ici. Toutes les cartes du personnel sont rangées dans ces enveloppes. Ici sont les clés des chambres, il est annoté que les étages supérieurs au deuxièmes sont condamnés par l'escalier Sud.
– L'Impur est arrivé de ce couloir là. », dit Thomas.
 
Ça veut dire que ce n'est plus aussi condamné que ça aurait dû l'être et c'est effrayant de le réaliser.
 
« Il est noté là qu'on peut accéder à la suite de l'hôtel par un escalier de service, ajoute Sally alors qu'elle fouille également. Ça veut dire que la suite a un accès unique. Enfin, si on ne compte pas l'ascenseur qui doit être hors service.
– Bloqué au troisième !, annonce Julian en secouant un papier.
– C'est le plus sûr, approuve Truman. Un escalier, une seule porte. On n'a pas le temps de vérifier toutes les portes d'un seul foutu couloir. Le soleil se couche, il commence à faire sombre.
– Ok, ok, capitule Harry. Où est l'escalier de service ? »
 
Tout le monde cherche mais personne ne trouve, c'est Thomas qui pense à regarder sur un plan d'évacuation de l'hôtel et on réalise que l'escalier se trouve juste après la porte derrière le comptoir. Porte sur laquelle est écrit : « Toujours laisser fermer. Ne jamais ouvrir la nuit. Sous aucun prétexte. Clé, sous le téléphone. »
 
Harry soulève le téléphone, la clé est là.
 
« Si la clé est là, c'est que personne n'est là-haut, demande Louis. Pas vrai ? »
 
Harry ne répond pas, il ouvre la porte grâce à la clé et il fait si noir dans les escaliers que j'en ai mal au ventre – mais pas plus que Louis, ou même Truman.
 
« Je ne rentre pas là-dedans, annonce Louis. Je retourne à la voiture. Je dors caché sous les débris, ou même sous la voiture mais il est hors de question que je rentre là-dedans. Je ne rentre pas là-dedans. »
 
Harry ne l'écoute pas, il sort une lampe torche pour espérer y voir plus clair. Julian, lui, sort sa lampe frontale et l'enfile fièrement.
 
« Louis, tu n'as pas le choix. La porte était fermée, aucun Impur n'a pu rentrer !
– Mais s'ils sont morts là-haut ? Hein ? Si jamais celui qui a laissé la clé n'est jamais rentré parce qu'ils étaient tous morts ?
– S'ils sont morts, c'est rien. On s'en accommodera, répond Sally. C'est s'il y a des Impurs que c'est problématique.
– On s'en fout des Impurs, soupire Truman. Putain mais on les butte. Ce sont les Chasseurs le problème. Et là, il fait noir.
– Sauf qu'il va faire noir dehors aussi et vu le mot sur la porte, insiste Harry, il y a en a dans l'hôtel. »
 
Je regarde à l'extérieur et il commence à faire vraiment sombre. La nuit tombe vite et j'ai l'impression qu'on perd beaucoup de temps. Je commence à avoir peur et Julian est tout pâle. Depuis qu'on vit à New Heaven, nous dormons toujours sur nos deux oreilles et je réalise à quel point la vie qu'on mène est facile ; nous sommes vraiment privilégiés. Je crois que je m'en veux d'avoir pu un jour penser que j'en avais assez d'être enfermée et de ne pas pouvoir voir du pays. Je n'ai plus envie de voir du pays. Je veux rentrer chez nous.
 
« Que te dit ton instinct ?, demande Louis à Harry.
– Il me dit de monter le plus vite possible. »
 
Louis hésite, il hésite longuement. On voit qu'il a peur et Sally en a tellement assez, qu'elle prend toutes les cartes magnétiques et disparaît dans le couloir après avoir allumé sa lampe torche.
 
« C'est pas un merdeux qui va m'empêcher de passer une bonne nuit. »
 
Elle disparaît dans un tournant et on l'entend monter les escaliers en bougonnant toujours. Harry a sorti son arme, Truman également. Thomas me rend mon couteau que je n'ai même pas songé à récupérer avant et je crois que mon c½ur n'a jamais battu aussi vite que lorsqu'un hurlement raisonne dans tout l'hôtel. Il y a tellement de souffrance dans ce cri que j'aurais presque pu ressentir la douleur de cette personne. Le plus effrayant c'est que ce n'est pas Sally qui a hurlé et quand Truman le réalise, il court dans le couloir sans même attendre personne. Je crois que ce qu'on vient d'entendre ressemble à un Chasseur et le second cri décide Louis. Il entraine Julian et Harry à l'intérieur et c'est Thomas qui doit m'attraper la main pour me faire réagir.
 
« Magne ! »
 
Je cours le plus vite que je peux dans les escaliers.
 
« On n'a pas fermé la porte ! », je dis.
 
J'ai l'intention de faire demi-tour mais j'entends une autre hurlement, plus fort – donc plus proche – et Thomas me tire sur la main pour me forcer à courir. Je ne sais pas combien d'étage on monte comme ça, peut-être cinq ou six, mais quand on arrive devant la porte de la suite et que Sally essaie toutes les clés qu'elle trouve, j'ai l'impression que c'est fichu, qu'on est dans un cul-de-sac.
 
« Putain y a rien qui fonctionne ! »
 
Mon c½ur bat à cent à l'heure, Julian pleure ; même s'il n'est pas bruyant, je l'entends à sa respiration. Sally essaye tout et cette putain de lumière sur la porte reste rouge. Truman s'énerve, il fait tomber des cartes et Sally lui fout un violent coup de pied.
 
« Putain mais t'es con ou quoi ! », elle gueule en le bousculant encore.
 
Lorsqu'un cri résonne dans l'escalier, on retient tous notre respiration. Je serre la main de Thomas tellement fort dans la mienne qu'il ne doit plus avoir de sang qui circule. Personne ne parle, ne bouge. On se dit tous qu'il va partir s'il ne nous entend pas, je crois qu'on prie, même. Mais soudain on l'entend hurler à nouveau et on comprend rapidement qu'il court dans les escaliers.
 
« PUTAIN MAIS OUVRE CETTE PORTE ! JE NE CRÈVERAIS PAS ICI, T'AS COMPRIS ? », s'emporte Truman.
 
Sally passe encore plusieurs cartes et au moment ou Harry pointe son arme sur la serrure, ce foutu point de lumière passe au vert, la porte s'ouvre et on court tous à l'intérieur. Thomas et moi refermons la porte et quelques secondes plus tard, ce qui nous chassait s'écrase contre la porte.
 
« On la bloque ! », ordonne Harry.
 
Lui et Truman se chargent de la coincer avec le premier meuble qu'ils trouvent et le chasseur se calme. On l'entend derrière la porte, il gémit, il a l'air de souffrir, comme un enfant blessé. Il pleure, gratte à la porte. Il semble supplier pour qu'on lui ouvre mais on est tous là, à fixer la porte, hors d'haleine et terrorisés. Je tremble comme une feuille et je crois que mon état de choc m'empêche de pleurer. J'ai du mal à reprendre mon souffle et quand Sally se jette sur moi, je n'ai même pas le temps de voir Harry s'interposer qu'elle est maîtrisée au sol en moins d'une seconde. Je suis tombée par terre et je n'ai même pas le courage de me relever.
 
« C'est de ta faute, petite conne !, hurle Sally. T'avais juste à fermer la porte et t'as même pas été foutu de le faire !
– J'ai voulu mais c'était trop tard, j'ai voulu !, je me défends.
– T'es qu'une merde ! Jamais t'aurais dû être là ! Tu nous fous en danger ! »
 
Thomas lui acène un coup de poing qui l'assomme et la fait taire. Tout le monde le regarde, surpris.
 
« Moi j'ai beaucoup de mal à la supporter, il se justifie. Je préfère qu'elle soit évanouie. Pas vous ? »
 
Truman éclate de rire avant de se lever ; l'ambiance qui nous enveloppe est définitivement trop bizarre.
 
« Bon, qui vient s'assurer qu'on n'a pas de surprises ici ? Il fait moins sombre qu'en bas, demande Truman, une fois son fou rire calmé.
– Je viens. »
 
Thomas le suit et ils disparaissent tous les deux en quelques secondes. Harry se redresse et Julian lui saute dans les bras.
 
« Ça va, il dit pour le rassurer, il est de l'autre côté.
– Mais on ne va pas pouvoir repartir !, il s'inquiète. Il ne va jamais quitter l'escalier.
– On va trouver un moyen. Pour l'instant, le plus important, c'est qu'on soit tous en un seul morceau, ok ?
– Oui. »
 
Je regarde Julian, envieuse. Je crois que moi aussi j'aurais besoin du câlin d'un papa que j'aurais trouvé malgré toute cette merde. Alors quand Harry ouvre ses bras et me fait signe de m'approcher, je n'hésite pas une seconde pour leur foncer dessus. J'ai envie de fondre en larmes mais Harry me murmure de ne pas pleurer. Alors je ne le fais pas.
 
« Tu as été géniale, il me dit. Peu importe ce que Sally en dit. Sans toi, on ne serait pas rentrés ici.
– R.A.S. !, hurle Truman.
– On n'aurait même pas d'endroit où dormir, il ajoute avec un sourire.
– T'es quand même un peu fier de moi alors ?, je demande timidement.
– Très. Même si tu dois réaliser pourquoi je regrette que vous soyez venus, maintenant. »
 
Je hoche la tête. Y a pas pire punition pour avoir désobéit. Mais il est fier de moi et c'est très important.
 
« Y a deux chambres, nous dit Thomas en revenant. Truman et Sally resterons dans le salon, y a ce qu'il faut en canapé. J'vais dormir avec les petits, il ajoute à l'attention de Harry.
– Pff, j'suis pas petite, je dis en me redressant. J'ai seulement trois ans d'écart avec toi. Petit. »
 
Je fais ma belle en passant devant lui, sans avoir regardé d'où il venait alors il lève les yeux au ciel.
 
« Les chambres sont par-là, il m'indique en pointant la direction opposée de celle où je me trouve.
– J'le savais. »
 
Je tourne sur moi-même gracieusement et je disparais dans une chambre.

 
. . .

 
Je crois qu'on a tous été secoués par ce qu'il s'est passé parce qu'à partir de là, plus personne n'a parlé. Sally n'a même pas fait d'histoire lorsqu'elle est revenue à elle. Nous avons mangé en silence et nous sommes couchés en silence également, Julian blottit entre moi et Thomas. Contre toute attente, il n'a pas tardé à s'endormir alors que moi, j'avais peur de fermer les yeux – même si nous étions déjà dans le noir complet.
 
« Il faut que tu dormes, chuchote Thomas.
– J'arrive pas. Je l'entends gémir et gratter la porte. Si jamais il rentre ?
– Il ne va pas rentrer, il l'aurait déjà fait depuis longtemps s'il le pouvait, tu ne crois pas ? »
 
Je hoche la tête, même s'il ne peut pas le voir.
 
« Merci de m'avoir empêché d'y retourner pour fermer la porte, je dis quand même.
– C'est normal. On est une équipe, non ?
– Mouais, une équipe, je marmonne un peu déçue. Tu me vois vraiment comme une gamine, hein ? »
 
Il ne répond pas et je sursaute lorsque je sens sa main sur mon visage. Il ne s'excuse pas, il se contente de caresser ma joue – et ce, jusqu'à ce que je m'endorme.
 


#RAMfic J'espère que ce chapitre vous a plu, moi j'ai beaucoup aimé l'écrire ! J'espère aussi que vous appréciez d'avoir le point de vue d'Anna parce que je pense que ça peut-être intéressant de l'avoir de temps en temps (ce ne sera pas à tous les chapitres, évidemment, mais voilà). Même s'ils sont tous saufs, je pense que les enfants réalisent un peu qu'ils n'auraient jamais dû quitter New Heaven. Personnellement, je pense que j'aurais déjà craqué sous la pression. Mais bon, ils sont en voiture, ils avancent vite et en été les jours sont plus long que les nuits. Ils vont tout faire pour rentrer au plus vite. Il est aussi évident qu'Harry et Louis vont avoir une petite conversation au sujet de ce qu'il s'est passé mais je ne voulais pas que ce chapitre soit trop long alors ce sera pour le suivant ! Voilà, voilà, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !

Qu'est-ce que vous auriez fait à la place d'Anna ? Est-ce que vous vous seriez désigné pour aller ouvrir la porte ? Est-ce que vous auriez continué de courir en rond ? Est-ce que vous auriez refermé la porte ?

Merci de votre fidélité ❤

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.130.157) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    21/03/2017

    Paulinex99 wrote: "Ce tome il me tend à un point je me méfie de tout le monde, de tous les endroits où ils vont et de tous ce qui pourrait mal tourné et autant dire qu'il y en a à la pelle des choses qui peuvent mal tournée mais j'adore cette fiction. Je sais que c'est pas vrai mais ces chasseurs ils me stressent j'ai l'impression d'y être. Encore une fois tu nous emporte avec toi à travers ton écriture et j'adore ça alors merci."

    Je suis contente si tu es prise dans le flot de l'action comme ça !! Merci beaucoup parce que c'est un beau compliment ! ❤

  • Paulinex99

    14/03/2017

    Ce tome il me tend à un point je me méfie de tout le monde, de tous les endroits où ils vont et de tous ce qui pourrait mal tourné et autant dire qu'il y en a à la pelle des choses qui peuvent mal tournée mais j'adore cette fiction. Je sais que c'est pas vrai mais ces chasseurs ils me stressent j'ai l'impression d'y être. Encore une fois tu nous emporte avec toi à travers ton écriture et j'adore ça alors merci.

  • resteavecmoific

    08/03/2017

    @Cartooune wrote: "Boooooon ! Du coup on recommence tout ahah. Je vais pas me rappeler mot à mot ce que j'avais dit mais je vais résumer ça en plusieurs grands points :
    - J'ai adoré ce chapitre parce qu'il y avait énormément d'action et j'ai sérieusement flippé pour leurs vies à certain moment. Et finalement, même si c'est vrai qu'on aurait pas parié sur eux, je trouve qu'ils s'en sortent plutôt pas mal (même si on se passerait bien de Sally).
    - Mais je comprends qu'Harry soit au bord de la crise de nerfs. C'est le genre de personne qui prévoit tout et là tout le monde perturbe son plan alors c'est pas facile d'improviser comme ça.
    - J'adore Anna (pas du tout parce qu'elle a le même prénom que moi MDR) parce que je pense sincèrement qu'elle est plus intelligente que ce qu'elle et les autres pensent. Au final elle est douée, elle réfléchit et à de bonnes idées. C'est vrai que parfois elle dit des choses stupides mais mais elle à 17 ans, qui n'en disait pas à son âge ? Quand j'avais 16-17 ans, moi aussi je disais des énormités pour faire mon interessante, mais ça n'a pas fait de moi une écervelée. Alors je suis contente qu'Harry et Thomas semblent avoir compris qu'elle valait bien plus que ce qu'elle en laissait paraître. À sa place je sais pas si je me serais désignée. J'aurai tendance à dire que non parce que je suis très très trouillarde mais quand j'y réfléchis je me rends compte que je suis le genre de fille capable de faire des choses dans le but de me faire remarquer par certaine personne. C'est complètement con c'est vrai mais oui, je crois que pour impressionner Harry et Thomas, je me serai peut-être proposée (en regrettant la seconde d'après évidemment MDRRRR). Par contre aucun doute, j'aurai continué à courir en rond et à hurler à la mort. Je me serai mise à pleurer aussi. En fait non, pour être toute à fait honnête, je pense que ça aurait fait longtemps que je me serais laissée mourir dans un coin tellement j'aurai eu peur à peine sortie de la voiture. Je suis hyper trouillarde moi, jamais j'aurai géré la situation comme Anna. Après peut-être que dans des situations pareilles avec l'adrénaline et la pression on arrive à se surpasser je sais pas... Mais bon je pense que dans son cas, si je m'étais suicidée avant, là j'aurai probablement fait un arrêt cardiaque !
    - Je pense pas qu'elle aurait pu fermer la porte au final, surtout que Thomas la tiré pour qu'elle avance. C'était trop tard de toute façon. T'imagines si elle avait fait demi tour et qu'elle était tombée nez à nez avec ke chasseur ? Non valait mieux qu'elle parte, Harry trouvera une solution pour les sortir de là !
    - Je ship Anna et Thomas de fou !!! J'espère qu'ils vont finir ensemble (et qu'ils vont survivre aussi ahahahah)
    - J'ai hâte de lire le prochain chapitre pour connaître la conversation de Louis et Harry !
    Bon finalement c'est même pas un résumé, c'est presque plus long que le commentaire que j'avais écrit hier MDR.
    J'espère que celui là tu le recevras❤️
    "

    Aloooors je réponds en plusieurs points aussi xD
    - Merciiiii ! C'est vrai qu'ils font un peu équipe de bras cassés mais en même temps, y a pas de raison qu'ils n'y parviennent pas avec le Capitain Styles xD Ils vont essayer de perdre Sally, t'inquiète pas.
    - Oui c'est clair que Harry doit revoir tout son mode de survie car finalement, même quand ils faisaient des exercices étant gamins, c'était plus ou moins préparé... Il va s'adapter. De toute façon si on ne s'adapte pas, on meurt et il n'a pas l'intention de mourir xD
    - Anna je l'aime trop aussi parce que justement, même si elle est bloquée dans cette situation, c'est restée une ado grâce à New Heaven et on ne grandit pas en une journée donc... elle reste elle-même, c'est un petit clown à sa manière. Moi je pense que j'y serais allée dans un coup de sang et que j'aurais couru en rond jusqu'à ce qu'Harry me sauve xD Peut-être que je lui aurais jeté des petits cailloux xD
    - Elle avait le temps, je pense, car ils sont déjà en haut quand le Chasseur arrive dans la cage d'escalier, mais est-ce qu'il n'aurait pas pété la porte tel un ouf et que, par conséquent, Thomas et Anna ne seraient pas arrivés à temps au sixième ? Ahah en tout cas, j'crois qu'elle a bien fait de ne pas la fermer parce qu'au moins, tout le monde est vivant. Harry a toujours des solutions ! Même dans une pièce complètement fermée il trouverait xD
    - Ahahah oui ce serait trop mignon *___*
    Merciiii j'espère que la suite te plaira tout autant !!! ❤ ❤

  • @Cartooune

    06/03/2017

    Boooooon ! Du coup on recommence tout ahah. Je vais pas me rappeler mot à mot ce que j'avais dit mais je vais résumer ça en plusieurs grands points :
    - J'ai adoré ce chapitre parce qu'il y avait énormément d'action et j'ai sérieusement flippé pour leurs vies à certain moment. Et finalement, même si c'est vrai qu'on aurait pas parié sur eux, je trouve qu'ils s'en sortent plutôt pas mal (même si on se passerait bien de Sally).
    - Mais je comprends qu'Harry soit au bord de la crise de nerfs. C'est le genre de personne qui prévoit tout et là tout le monde perturbe son plan alors c'est pas facile d'improviser comme ça.
    - J'adore Anna (pas du tout parce qu'elle a le même prénom que moi MDR) parce que je pense sincèrement qu'elle est plus intelligente que ce qu'elle et les autres pensent. Au final elle est douée, elle réfléchit et à de bonnes idées. C'est vrai que parfois elle dit des choses stupides mais mais elle à 17 ans, qui n'en disait pas à son âge ? Quand j'avais 16-17 ans, moi aussi je disais des énormités pour faire mon interessante, mais ça n'a pas fait de moi une écervelée. Alors je suis contente qu'Harry et Thomas semblent avoir compris qu'elle valait bien plus que ce qu'elle en laissait paraître. À sa place je sais pas si je me serais désignée. J'aurai tendance à dire que non parce que je suis très très trouillarde mais quand j'y réfléchis je me rends compte que je suis le genre de fille capable de faire des choses dans le but de me faire remarquer par certaine personne. C'est complètement con c'est vrai mais oui, je crois que pour impressionner Harry et Thomas, je me serai peut-être proposée (en regrettant la seconde d'après évidemment MDRRRR). Par contre aucun doute, j'aurai continué à courir en rond et à hurler à la mort. Je me serai mise à pleurer aussi. En fait non, pour être toute à fait honnête, je pense que ça aurait fait longtemps que je me serais laissée mourir dans un coin tellement j'aurai eu peur à peine sortie de la voiture. Je suis hyper trouillarde moi, jamais j'aurai géré la situation comme Anna. Après peut-être que dans des situations pareilles avec l'adrénaline et la pression on arrive à se surpasser je sais pas... Mais bon je pense que dans son cas, si je m'étais suicidée avant, là j'aurai probablement fait un arrêt cardiaque !
    - Je pense pas qu'elle aurait pu fermer la porte au final, surtout que Thomas la tiré pour qu'elle avance. C'était trop tard de toute façon. T'imagines si elle avait fait demi tour et qu'elle était tombée nez à nez avec ke chasseur ? Non valait mieux qu'elle parte, Harry trouvera une solution pour les sortir de là !
    - Je ship Anna et Thomas de fou !!! J'espère qu'ils vont finir ensemble (et qu'ils vont survivre aussi ahahahah)
    - J'ai hâte de lire le prochain chapitre pour connaître la conversation de Louis et Harry !
    Bon finalement c'est même pas un résumé, c'est presque plus long que le commentaire que j'avais écrit hier MDR.
    J'espère que celui là tu le recevras❤️

  • resteavecmoific

    05/03/2017

    Visiteur wrote: "Tu peux m'expliquer c'est quoi un chasseur ? J'ai flippé en lisant, ça faisait comme les films d'horreur MDRRR. Sinon j'adore je suis totalement fan de ton histoire ! Continues comme ça, bisous "

    Eh bien... un chasseur c'est comme je l'ai expliqué dans le chapitre, une personne infectée par le virus et qui l'a développé tout en gardant une once d'intelligence. Ils attaquent et savent attirer les humains dans des pièges ce que les Impurs ne savent pas faire... je ne sais pas comment expliquer autrement que comme dans le chapitre.
    Merci 💕

  • Visiteur

    04/03/2017

    Tu peux m'expliquer c'est quoi un chasseur ? J'ai flippé en lisant, ça faisait comme les films d'horreur MDRRR. Sinon j'adore je suis totalement fan de ton histoire ! Continues comme ça, bisous

  • resteavecmoific

    03/03/2017

    TropicalEffect-Larry wrote: "Moi le truc c'est que j'ai aucune idée de comment j'aurais réagi. Mon caractère fait que je suis tellement impulsive que je prendrais les premiers trucs qui me viennent sous la main et je foncerais dans le tas OU, je suis tellement une flipette de tout que je courrais en hurlant, MDR...
    Ca ne me dérange pas du tout d'avoir le pdv d'Ana. Tu comptes le faire plus souvent avec d'autres perso ? Je trouve ça intéressant.
    En tout cas je trouve que finalement la présence de Julian et Ana apportent de la légèreté, de la fraicheur dans ce contexte très morbide. Et tu as l'art et la manière de jouer avec des personnages jeunes/enfants, j'adore !!
    Des bisous
    Amélie
    "

    MDRRR Oui mais c'est vrai que dans un moment de pression comme ça, on sait jamais ce qu'on aurait pu faire ! Moi je me serais enfuis en courant j'pense xD
    Non ce ne sera que le point de vue d'Anna, pour l'instant ! Julian est trop petit, Sally et Truman je ne vois pas l'intérêt, Thomas j'peux pas parce qu'il spoilerait des trucs et Louis j'ai pas envie, on n'est jamais rentré dans sa tête alors j'ai pas envie que ça change xD Donc il ne reste qu'Anna !
    Avec des enfants, on est obligé de relâcher la pression de temps en temps, surtout pour Julian !
    Merci beaucoup ❤ ❤

  • resteavecmoific

    03/03/2017

    heyfifou wrote: "C'etait une idee carrement stupide! Julian est petit et meme si il a appris a etre survivaliste lui aussi son age fait qu'on lui pardonne et il aime son "papa" harry donc on lui pardonne mais anna est plus agee elle aurais du etre reflechie...
    J'aime quand Louis est autoritaire envers harry et le remet à sa place!
    sally mais pourquoi ils la gardent serieux?? elle prend de la nourriture del'eau et du temps vu ue faut la surveiller autant s'en debarasser serieux!
    Anna est quand meme grave courageuse malgre tout j'aurais chiale comme un bebe et vomit mes tripes je crois XD
    Meme le petit julian c est fout le courage de ces enfants
    "

    Elle est plus âgée mais dans la panique, on n'a pas toujours les bonnes réactions et parfois la peur de se faire engueuler provoque des conneries encore plus grosse... xD
    Pour Sally, je pense que c'est aussi un moyen de se dire qu'il y a un adulte en plus pour veiller sur les moins avertis parce que, même si Sally est conne, si elle n'est pas en danger, elle va défendre les autres malgré tout.
    MDRR Je pense que j'aurais vomis aussi ! Je crois que le courage est là aussi parce qu'ils n'ont pas le choix, ils ne vont pas pleurer toutes les secondes, ce serait invivable xD

  • resteavecmoific

    03/03/2017

    Justine-26071998 wrote: "À la place d'Anna je serais morte parce que ce truc m'aurais chopé parce que je serais resté tétanisé par la peur voila voila mdrr"

    Petite erreur de parcours... xD

  • resteavecmoific

    03/03/2017

    Victoria wrote: "J'ADORE Anna ... elle me fait trop rire 😂😂😂
    Je ne peux pas répondre aux questions parce qu'à la place d'Anna j'aurai meme pas quittée NH lol
    Non plus sérieusement je pense que j'aurai eu peur mais Harry lui en aurait voulu si c'etait Louis qui avait dû entré dans l'hôtel pour ouvrir la porte. J'aurai continuer de courir en tournant en rond et en hurlant quitte à ce que ça attire plus d'impur lol.
    Je vais shipper Thomas et Anna je te le dis direct 😂😂😂
    D'ailleurs en parlant de Thomas qu'on lui donne un prix pour ce magnifique coup dans la tête de Sally s'il vous plaît, j'ai limite applaudit quand j'ai lu ça 😂😂😂
    "

    Ahah oui, j'aurais pas quitté NH mais dans cette situation je pense que j'aurais couru en rond et oublié de fermer la porte MDR
    Harry ne lui en aurait pas voulu si c'était Louis qui était rentré, mais Louis serait certainement resté tétanisé ET se serait certainement fait mordre à nouveau mdrrrr
    Ahah Anna et Thomas, trop chou tous les deux ❤
    Je vais y songer, mais en même temps, il déteste Sally alors il ne va pas se priver xD

Report abuse