Lifeline – Chapitre 12

.
Lifeline – Chapitre 12
Lifeline – Chapitre 12
Lifeline – Chapitre 12

Été 2022. Quelque part dans le Nebraska.
 
Le silence qui règne dans l'habitacle depuis plusieurs minutes est perturbé par Truman qui cogne avec violence sur la vitre arrière. Je jette un ½il dans le rétroviseur pour apercevoir Thomas pousser le loquet et permettre l'ouverture de la fenêtre.
 
« Elle pisse le sang, faut s'arrêter !, il dit. Elle va attirer tous les Impurs à des kilomètres à la ronde !
– Mais c'est toi qui m'as planté, connard ! », peste Sally en serrant certainement les dents.
 
Je ne sais pas si Truman a tord, s'il a raison, je sais simplement que nous ne nous sommes pas assez éloignés de la ville que nous venons de quitter pour prendre le risque de nous arrêter maintenant.
 
« Putain Harry !, s'emporte Truman.
– On ne peut pas s'arrêter maintenant ! S'ils nous ont suivi, on est dans la merde, tu comprends ça ? »
 
Truman bougonne dans son coin ; il me maudit certainement mais je n'en ai rien à faire. Si Sally crève à l'arrière du Pick Up, nous n'aurons plus qu'à la balancer par dessus bord. Point final.
 
« Il me faut des soins, se plaint Sally. Vous savez très bien que vous avez besoin de moi dans cette expédition merdique ! »
 
Je tente de rester concentré sur la route mais Sally n'arrête jamais de se morfondre. Il se passe plus d'une heure où elle gémit excessivement, se plaint, supplie, nous insulte et recommence encore et encore. Jusqu'à ce que je craque et donne un violent coup de frein ; j'ai la sensation que tout le monde retient son souffle mais je ne veux pas exploser devant Julian, il est déjà sous pression assez souvent en ce moment. Louis le sent alors il pose une main sur ma cuisse pour tenter de me calmer mais je n'ai malgré tout qu'une envie : la faire taire pour de bon.
 
On est au milieu de nulle part et même si je la déteste de tout mon être, je suis incapable de prendre la décision de l'abandonner parce qu'elle a raison : on n'est jamais de trop pour protéger les enfants.
 
« J'vais cautériser sa plaie, on n'en parlera plus !, s'emporte Truman.
– Non !, je dis en me tournant vivement vers lui.
– Comment non ?, il rétorque avec condescendance.
– T'es militaire et tu sais même pas ça ? On ne cautérise pas les plaies profondes, répond Julian, parce que cautériser une plaie c'est simplement ajouter une brûlure à la blessure.
– Et on risque l'infection, complète Anna. Même elle mérite vraiment de souffrir cette conne.
– Ptit merdeux, reprend Truman à l'attention de Julian, j'vais t'apprendre à te foutre de ma gueule ! »
 
J'ignore Truman et me recentre ; je suis fier d'eux, fier de réaliser qu'ils m'ont bien écouté et qu'ils savent des choses de ce genre. Je les félicite et au moment où je m'apprête à sortir du Pick Up, Anna m'interpelle timidement ; elle a l'air toute pâle.
 
« J'me sens pas bien, elle dit.
– Deux minutes, tu veux bien ?, je réponds gentiment avant de rejoindre Sally. Je m'occupe de toi après. »
 
Je descends et jette un ½il autour de nous. C'est le désert complet même s'il ne fait pas chaud pour autant. Je crois que je ne parviens pas à réaliser que certains états ont été ravagés par les catastrophes naturelles à ce point-là, que des millions de gens sont morts à cause de la nature. Il n'y a rien autour de nous à des kilomètres à la ronde ; c'est aussi rassurant qu'effrayant.
 
« Garde l'½il ouvert, je dis à Truman en grimpant à l'arrière pour jeter un ½il à la blessure de Sally.
– Moi je la laisserai ici, il me dit en poussant la bâche vers l'arrière de la voiture.
– C'est ce que j'aurais fait si je pouvais avoir confiance en toi. Sauf que je préfère que ce soit elle que tu balances en bouffe aux Impurs plutôt que l'un d'entre nous.
– Ouais ça s'tient, réponds Truman en riant légèrement alors que Sally fait tout pour ne pas m'insulter.
– Bon, j'pense pas qu'il ait touché une artère, tu serais déjà morte. Le sang coagule bien... j'vais juste te faire un bandage et on regardera ça ce soir correctement.
– Quand on est dans le noir et qu'on ne peut pas allumer de lumière, tu veux dire ?, elle rétorque avec sarcasme.
– Exactement, comme ça si je couds ta bouche par erreur, on aura enfin la paix !
– Me recoudre ? Tu veux me recoudre ? »
 
Je me laisse tomber sur mes fesses, face à elle. Je crois que je n'avais jamais pris le temps de vraiment la regarder mais je suis sûr qu'elle devait être une belle femme et qu'elle n'a jamais accepté de mal vieillir à ce point, que c'est certainement ce qui l'a rendu aigrie et mauvaise. Elle a tout juste 55 ans et en paraît dix de plus.
 
« Mais pourquoi tu chiales depuis tout à l'heure ? Qu'est-ce que tu veux que je fasse d'autre que ça ? J'suis désolé mais j'ai oublié mon livre de formules magiques à New Heaven alors pour faire disparaître les blessures en soufflant dessus, ça risque d'être compliqué. »
 
J'entends qu'on se marre à l'intérieur du Pick Up et Sally me foudroie du regard.
 
« T'es vraiment qu'une merde, elle peste.
– Peut-être, mais ce n'est pas moi qui suis blessé. »
 
Je fouille dans l'un des sacs et lui donne une bande et quelques compresses.
 
« Tiens, balance du désinfectant là-dessus et met des compresses avant de bander. Tu serres pas trop, c'est pas un garrot.
– Tu vas pas le faire ?
– Non. Après réflexion, comme j'suis qu'une merde, j'vais pas me lancer là-dedans, on sait jamais.
– Putain Harry, déconne pas ! J'y arriverais pas toute seule, ça fait trop mal !
– Demande à Truman. »
 
Je lui fais un clin d'½il et descends du Pick Up sous un flot d'insultes. J'ai un coup de chaud en m'installant derrière le volant et je prends quelques secondes pour respirer.
 
« Ça va ?, s'inquiète Louis.
– Très bien, t'en fais pas. », je le rassure vite.
 
Mais j'ai entendu dans sa voix qu'il est inquiet parce qu'il reste encore quelques heures avant qu'on ne soit sûr que je suis sorti d'affaire ; rien que d'y penser, j'ai encore plus chaud et mon c½ur s'emballe comme un dingue.
 
« Tu veux que je prenne le volant ?, il demande.
– Non ça va. »
 
Je démarre et la voiture part au son d'un hurlement que Sally est incapable de retenir. C'est seulement au bout d'une demi-heure à rouler au milieu de nulle part que je réalise qu'Anna ne se sentait pas bien alors je jette un ½il dans le rétroviseur pour constater qu'elle est complètement pâle, presque verte.
 
« Anna ? Hey regarde-moi, qu'est-ce qu'il y a ? »
 
Elle a un haut-le-c½ur et j'ai tout juste le temps de freiner, qu'elle ouvre la portière pour vomir. Putain de merde. Je descends immédiatement pour l'aider à soritr et l'entraîner un peu plus loin. Je caresse son dos et elle peine à reprendre son souffle avant de vomir à nouveau. Elle se met à pleurer et je me sens tellement démuni que ça m'effraie.
 
« Qu'est-ce qu'il y a ? Où est-ce que tu as mal ?
– Au ventre, dans les jambes, partout... mais surtout au ventre.
– Tu penses que c'est quelque chose que t'as mangé ? »
 
Rapidement, je me refais le film de la veille ou même de ce qu'ils ont mangé dans la voiture aujourd'hui et ce ne sont que des choses qu'elle connaît. C'est vrai que normalement Lenny les cuisine mais...
 
« J'ai pas mal à l'estomac.
– T'as mal où alors ?
– HARRY ! Y A PLEIN DE SANG SUR ANNA ! »
 
Anna se met de nouveau à pleurer et quand je percute, j'ai l'impression que le ciel nous tombe sur la tête. Ce n'est tellement pas le moment que je maudis Dame Nature du plus profond de mon être.
 
« Ça va Julian, c'est rien, je le rassure, ne panique pas.
– Mais c'est pas rien !, elle se plaint. J'ai trop, trop mal. Ça me prend jusque dans les chevilles, j'ai des crampes de dingue et j'ai tellement mal que— »
 
À nouveau, elle est interrompue par un haut-le-c½ur qui la fait vomir. Je ne sais pas si c'est parce que je suis un homme que je ne comprends rien aux menstruations mais ça a toujours été l'Enfer avec Anna et ce n'est jamais du chiquet. Je vois bien qu'elle souffre, qu'elle n'a qu'une envie c'est de se rouler en boule sur le sol et elle n'aurait aucun intérêt à agir comme ça si elle n'avait pas vraiment mal : pas d'endroit où se reposer, pas de cours à sécher, pas de corvée à faire...
 
« Tu savais que ça allait arriver ?, je demande.
– Mais non ! J'suis pas réglée correctement ! J'avais même pas prévu de quitter la ville ! »
 
Elle éclate de nouveau en sanglots.
 
« Thomas a vu ça, j'ai trop honte. C'est hors de question que je remonte dans la voiture ! Je veux m'allonger, j'ai trop mal aux reins. Vous avez qu'à m'abandonner ici et revenir me chercher plus tard. »
 
L'entendre pleurer comme ça me retourne les trippes et je sais très bien qu'elle est aussi têtue qu'une mule. Mais elle divague complètement si elle pense qu'on va l'abandonner au milieu de nulle part.
 
« Ok alors on va aller s'installer à l'arrière du Pick Up tous les deux.
– Rien que toi et moi ?
– Peut-être Sally parce que j'ai pas envie qu'elle soit à l'intérieur mais tu as ma parole qu'elle ne dira rien. Ça te va ? »
 
Elle hoche la tête.
 
« Dès qu'on trouve une ville, on s'arrête et j'irais chercher tout ce qu'il faut. On ne repartira pas avant d'y avoir passer une bonne nuit. C'est bon pour toi ? »
 
Même si elle continue de pleurer, je crois que ça lui convient parce qu'elle enfonce sa capuche sur sa tête et se dirige directement vers l'arrière du Pick Up. Moi je fais le tour pour prévenir Louis.
 
« Truman va conduire un peu, ok ? Anna a besoin de s'allonger. »
 
Je vois bien qu'il hésite à me dire qu'il veut être avec moi également mais qu'il se retient pour ne pas paraître égoïste. J'embrasse son front et caresse son visage.
 
« Ça va, ok ?
– Oui. »
 
Il se blottit contre moi quelques instants et j'en profite pour regarder Julian.
 
« Anna va s'allonger un peu derrière avec moi. On va trouver une ville pour qu'on puisse tous se reposer et on repartira demain, ok ?
– Est-ce que c'est grave ? Elle va mourir ?
– Non, ne t'inquiète pas. Ça arrive aux filles de temps en temps.
– Mais c'est horrible !, il s'inquiète. Tiens !, il ajoute en fouillant dans son sac pour sortir d'une petite boîte une rose des sables qu'il a sans doute faite avec Lenny. C'est du chocolat noir, j'sais qu'elle aime bien. »
 
Je récupère le gâteau avec un petit sourire.
 
« T'es un ange. »
 
Louis me libère et j'ai beaucoup de mal à ne pas embrasser ses lèvres. Thomas a ouvert sa fenêtre et lorsque je passe devant, il m'interpelle discrètement.
 
« Ça va quand même ?
– Elle a toujours très mal mais je pense que la situation aggrave les symptômes. Je crois qu'elle a honte aussi, j'ajoute à mi-voix pour être sûr qu'elle n'entende pas.
– Dis-lui que si elle veut, je peux te relayer pour lui tenir compagnie. »
 
J'affiche un petit sourire et j'acquiesce.
 
« Pas de problème. »
 
Anna a déjà dû expliquer la situation parce que je vois Truman s'installer derrière le volant. Lorsque j'escalade l'arrière du Pick Up, je suis surpris de voir Sally, la jambe bandée, caresser affectueusement les cheveux d'Anna. J'ai à peine le temps de m'installer et de faire signe à Truman qu'il peut partir qu'Anna vient directement se blottir contre moi en posant sa tête sur mes jambes. C'est maintenant moi qui caresse les cheveux d'Anna et je ne peux pas m'empêcher de scruter Sally avec un air inquisiteur.
 
« Je sais ce que c'est que d'avoir mal, elle se justifie, j'avais une endométriose avant d'avoir un cancer de l'utérus et qu'on me retire tout ce qui faisait de moi une femme. »
 
Je ne réponds pas, même si je comprends son attitude. Je crois que je n'ai pas envie de comprendre que Sally a souffert et que c'est pour cette raison qu'elle est devenue détestable. Rien ne pourrait justifier la méchanceté dont elle a fait preuve au cours de ces derniers mois, pas même un passé douloureux dont nous ignorions l'existence.
 
« Tiens p'tit c½ur, Julian te donne ça, je dis à Anna en lui tendant la rose des sables.
– Oh... merci. », elle murmure.
 
Sans hésiter, elle mange le petit gâteau et ferme les yeux ; j'espère qu'elle va réussir à s'endormir parce que Clara lui disait toujours que, plus elle se crispait, plus elle aurait mal – et je ne l'ai jamais vu aussi crispé qu'aujourd'hui.
 
 
Anna.
 
Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi mal de toute ma vie. À cet instant précis, je déteste être une femme, j'ai même carrément honte de ce qu'il vient de m'arriver et si je pouvais m'enfuir et ne jamais revenir, je l'aurais fait depuis longtemps. À New Heaven, ça aurait été simple : j'aurais évité Thomas en ne quittant plus la Maison 18 et j'aurais été tranquille. D'un autre côté, heureusement qu'il y a eu la fin du monde parce qu'au lycée on m'aurait appelé Carrie ou Bloody Mary et j'aurais certainement fait une dépression et tenté de me jeter du lit superposé de l'internat dans lequel j'étais. Mais bon, j'suis pas au lycée. On dirait plutôt que je suis dans un film d'horreur post-apocalyptique et la fille stupide qui meurt au début, c'est moi. Je ne sais même pas comment je peux être encore vivante aujourd'hui.
 
« Tu marmonnes... »
 
Je lève les yeux pour découvrir que Thomas me tend un peu de viande séchée. Je rougis comme une tomate et j'essaie de rester digne mais c'est hyper difficile.
 
« Non je marmonne pas. 
– Si. »
 
Comme je ne prends pas son bout de viande, il en mange un morceau et s'installe à côté de moi.
 
On a mis beaucoup de temps à trouver une ville et il est 16 heures maintenant. Harry, Louis et Truman sont partis explorer le Walmart du bout de la rue après nous avoir installés au rez-de-chaussée d'une petite maison. Julian s'est endormi, Sally monte la garde dans l'entrée et moi, je souffre dans mon coin, les genoux ramenés contre ma poitrine et mes baskets dégueulasses sur un sofa poussiéreux.
 
« Je crois qu'après cette expédition, je demanderais à emménager dans la Maison 9, dit Thomas, comme si de rien n'était.
– Sérieux ? Avec Harry et Louis ?
– Et Julian.
– Oui, et Julian. », je rajoute.
 
J'ose enfin le regarder et il est tellement beau que mes maux de ventre s'intensifient. On est plein de crasse à trop traîner dans la poussière, nos cheveux sont sales et nos vêtements sentent la transpiration – je n'évoque même pas l'état de mon pantalon de pyjama au risque de me mettre à pleurer – mais, malgré tout ça, Thomas reste beau et le regard tendre qu'il pose sur moi n'évoque en rien du dégoût ou de la pitié. C'est juste tendre et rassurant.
 
« Peut-être que tu voudrais y vivre, toi aussi, non ?, il tente.
– Et être la seule fille de la maison ? Pouah, non merci, je réponds avec un petit sourire taquin.
– Dommage. »
 
Mon c½ur s'emballe ; l'espace d'un instant je n'ai ni mal ni honte. Je me sens presque jolie et désirable – et franchement, c'est loin d'être gagné vu la tronche de cadavre que je dois avoir aujourd'hui.
 
« Pourquoi ? »
 
Il hausse les épaules avec un air amusé puis il joint ses mains derrière sa tête.
 
« Tu as hâtes d'emménager avec Sebatian peut-être ?
– Tu resterais chez Graham si j'emménageais là-bas ?, je demande avec malice.
– Pour te voir coller à cet imbécile ? Non. Si Harry et Louis ne veulent pas de moi, j'emménage tout seul. On peut se le permettre, il y a encore assez de maison.
– T'es jaloux de Sebastian ? »
 
Thomas secoue la tête ; je suis presque déçue mais lorsqu'il se justifie, j'ai l'impression que je vais défaillir.
 
« Je n'ai rien à envier à ce gars-là. Il est stupide, lâche, infidèle et par-dessus le marché, il est arrogant. C'est dommage qu'une fille comme toi court après un gars comme lui.
– C'est quoi “une fille comme moi” ?, je demande avec un air suspicieux.
– Hm... c'est une fille courageuse, intelligente et bourrée de charme. Une fille qui a de l'humour, qui a un rire adorable et qui ronfle un peu la nuit.
– Qui ronfle ? Ah bah c'est pas moi alors !, je dis en me mordant l'intérieur des joues pour retenir un sourire étincelant.
– Si c'est toi, il reprend avec sérieux. Et t'as pas idée à quel point je regrette de ne pas avoir vu tout ça avant. J'suis sérieux Anna, tu mérites mieux que cet abruti et j'dis pas ça simplement parce que t'es là et que j'ai personne d'autre à qui le dire. On a la chance d'être dans une ville où on a le choix et le droit de tomber amoureux. Parce qu'on est en sécurité, parce qu'aussi infime qu'elles soient, on a des perspectives d'avenir et toi... tu choisis ce type ? C'est du gâchis. »
 
Personne ne m'a jamais regardé comme il me regarde. Personne ne m'a jamais dit ce genre de choses. Enfin si... Harry m'a déjà dit que Sebastian était un gros con et que j'avais intérêt à faire évoluer l'estime que j'avais de moi si je ne voulais pas qu'il s'en mêle mais... j'pensais que c'était un truc de grand frère. Je me suis dit qu'il était obligé de me dire ce genre de choses pour avoir une excuse de frapper Sebastian s'il me faisait de la peine ; je comprends aujourd'hui que ce n'était peut-être pas des paroles en l'air.
 
« Qu'est-ce qui te fait croire que t'es mieux que lui, alors ?, je demande.
– Rien du tout. Je ne me compare pas avec quelqu'un qui n'a pas les mêmes valeurs que moi. Ce n'est même pas une compétition d'ailleurs, t'es pas un trophée. »
 
Il affiche un petit sourire et avance sa main pour caresser mon visage. Comme la nuit dernière.
 
« Je te dis que tu es jolie et que j'aime la personne que tu es, alors pourquoi est-ce que tu fais comme si tu n'entendais pas ?
– Parce que j'ai peur. »
 
Il dépose un baiser sur mon front et je ne peux pas m'empêcher de sourire.
 
« De quoi ?
– Que tout s'arrête quand on rentre. »
 
Cette fois-ci, c'est son nez qui caresse le mien et je lutte de toutes mes forces pour ne pas l'embrasser immédiatement.
 
« Parce que tu crois que je trouve un intérêt à m'encombrer de sentiments effrayants alors qu'on est à l'extérieur de New Heaven ?
– Sentiments effrayants ?
– La peur qu'il t'arrive quelque chose, c'est effrayant, non ? »
 
Quand je lève les yeux vers lui, à mon avis je le fixe avec le regard de l'amour : ça doit briller de partout, envoyer des c½urs et crier des « FAN #1 DE THOMAS DE LA MAISON 12 » parce que, quand il s'approche pour embrasser mes lèvres, boum c'est l'explosion dans mon corps et je ne sais plus si je souffre, si c'est agréable, si j'ai envie de pleurer ou de crier de joie... c'est tellement le bazar dans ma tête que j'oublie de respirer et que pour un premier baiser avec lui, c'est vraiment trop nul. Il se détache de moi sans pour autant s'éloigner parce que je sens qu'il sourit.
 
« Peut-être que je pourrais emménager dans la Maison 9 moi aussi, je finis par dire alors que j'ai un coup de chaud.
– Peut-être, oui. »
 
Nos lèvres se rencontrent à nouveau et cette fois-ci, ce n'est pas chaotique du tout, bien au contraire. Mes bras s'enroulent autour de son cou et j'aimerais oublier qu'on se trouve dans un endroit paumé au milieu des Etats-Unis, mais je suis rappelé à la réalité quand je me prends un truc dans la tête.
 
« Mais putain !, je râle en me détachant de Thomas.
– Si vous osez vous reproduire alors que le monde est rempli d'Impurs, attendez au moins d'être rentré à New Heaven. »
 
Le regard de Truman me fait froid dans le dos mais je ne le montre pas.
 
« Hâte qu'on t'abandonne à Washington. », je râle en ramassant le sac plastique qu'il m'a jeté dessus.
 
Quand je l'ouvre et que je vois une collection de tampons et de serviettes hygiéniques, je rougis comme jamais je ne l'avais fait auparavant. Je n'ose même pas regarder Thomas tellement je suis gênée – mais lui, il trouve quand même le moyen d'embrasser mes lèvres et ça me fait fondre.
 
« Bon bah... je reviens. »
 
Je me lève, toujours aussi embarrassée et je fonce au fond de la pièce pour regagner le couloir.
 
« Oula, où tu vas ?, m'intercepte Harry.
– J'dois vraiment te l'expliquer ? »
 
Il se met à rire et Louis me tend un autre sac.
 
« On t'a trouvé des vêtements aussi...
– Sérieux ? Merci ! Vous êtes géniaux !, je dis en me jetant à moitié sur eux.
– Y a pas de quoi. Par contre Anna, je suis sérieux, tu ne pars pas te changer seule.
– Quoi ? Mais j'vais pas me changer au milieu du salon ? Attends, tu veux dire que tu m'accompagnes là ? »
 
Harry me dévisage comme si ça semblait évident et je lève les yeux au ciel, mon niveau de blasance à son maximum.
 
« Bonjour l'intimité. », je râle avant qu'il ne m'escorte à l'étage pour trouver la salle de bain.
 
Louis a hésité à nous suivre, j'ai bien vu, et je crois que ça m'a fait de la peine autant que ça m'a fait peur. Est-ce que quand on aime quelqu'un aussi fort qu'ils s'aiment c'est difficile de ne plus l'avoir dans son champ de vision ? Est-ce que j'ai mal au ventre parce que j'ai mes règles ou est-ce qu'à la douleur de fond s'ajoute des émotions que je ne comprends pas et qui sont reliées à Thomas ?
 
« Tiens, tu n'as qu'à te changer dans la baignoire, tu tires le rideau de douche comme ça tu es tranquille.
– Ok. »
 
Je tire justement le rideau de douche pour pouvoir entrer et quand je vois une femme coupée en deux et complètement défigurée tendre les bras vers moi, la bouche grande ouverte, je hurle avant de sursauter à l'entente d'un coup de feu. Harry a abattu l'Impur. On entend Julian pleurer – certainement parce qu'il a été réveillé brutalement – et des pas se précipiter dans l'escalier. La porte de la salle de bain s'ouvre rapidement sur Truman et Thomas.
 
« Tout va bien ?, il me demande avec inquiétude.
– Oui, oui. »
 
Je reprends mon souffle, mes esprits. Je ne m'attendais tellement pas à voir une Impur dans la baignoire que j'ai eu aussi peur qu'avec ce débile de Chasseur alors qu'elle ne pouvait clairement rien nous faire. Je m'apprête à expliquer ce qu'il s'est passé quand je vois dans mon champ de vision qu'Harry a le bras tendu vers Truman et qu'il est prêt à tirer ; je n'ose même plus bouger.
 
« Déconne pas Styles. »
 
La voix de Truman est mal assurée, il lève même les mains pour montrer qu'il n'a rien l'intention de faire.
 
« Quand tu me dis que t'as vérifié les pièces à l'étage putain, mais qu'est-ce que t'as vérifié au juste ? », demande Harry sans être capable de masquer la colère dans sa voix.
 
Truman ne répond pas et mon c½ur bat à mille à l'heure ; je sais depuis toujours qu'Harry ne supporte pas que les gens qu'il aime soit en danger mais je n'aurais jamais pu imaginer que c'était à ce point-là.
 
« Harry ! », appelle Louis d'en bas.
 
Il semble revenir à lui mais il ne baisse pas son arme pour autant.
 
« On ne s'encombrera pas d'un lâche, c'est clair ? Je ne risque pas la vie de ma famille juste parce que j'ai un putain de trouillard qui s'accroche à nous, t'as compris ? Soit tu es utile, soit on se sépare de toi. »
 
Truman n'ose même pas bouger et c'est assez impressionnant de voir ce grand type effrayant comme lui, dans une situation comme celle-ci. Je crois même qu'il ne respire plus et qu'il va tourner de l'½il, alors je m'approche d'Harry et je passe mes bras autour de sa taille pour lui faire un câlin. Il remet immédiatement la sécurité sur son arme et passe un bras autour de mes épaules.
 
« T'as besoin de dormir, je lui dis.
– Sans doute. »
 
Il embrasse le sommet de mon crâne et Thomas referme la porte pour que je puisse enfin me changer.
 
« Quand on va rentrer, j'veux emménager avec vous, je lui dis sérieusement. Avec toi, Louis et Julian.
– Vraiment ? Pourquoi ?
– Parce que tu viens de le dire, on est une famille. »
 
Je viens simplement de comprendre pourquoi Thomas souhaite regagner la Maison 9 également : parce que quand on vit quelque chose comme ça, on n'a plus envie d'être séparés de ceux avec qui on a survécu.
 
« Ok p'tit c½ur. Change-toi maintenant. »
 
Je lui souris comme une gamine surexcitée et il se contente de se retourner et de fixer la porte pour que je n'aie pas à me retrouver en tête à tête avec l'Impur dégueulasse de la baignoire. Dans le sac de Truman, y a même des lingettes et ça m'étonne toujours de voir qu'après deux ans, elles sont encore humides. Mais bon, je n'ai pas le temps de m'interroger sur l'herméticité étonnante des paquets de lingettes neufs alors je me nettoie, je me change et même si les culottes qu'ils m'ont trouvée sont certainement des ancêtres de parachute, le petit leggings de sport rose que j'enfile me donne l'impression d'être une version améliorée de moi-même.
 
Anna 2.0, prête pour de nouvelles aventures dans son pantalon rose et avec le sweat trop grand de l'amoureux qu'elle vient de trouver.
 
J'sais pas pourquoi mais je sens que cette histoire va bien finir et j'ai tellement hâte de rentrer à New Heaven pour que tout le monde voit la nouvelle Anna que cette nuit-là, blottie contre Thomas, je n'ai aucun mal à m'endormir malgré mes maux de ventre.
 



#RAMfic Voilà enfin la suite ! Désolée pour vous avoir fait patienter plus que d'habitude mais je suis un peu en vacances en ce moment alors j'ai du mal à garder mes habitudes d'écriture et j'oublie un peu xD J'espère en tout cas que ça vous plaît toujours autant et que vous avez apprécié ce petit point de vue d'Anna ! ❤ Pas toujours facile d'être une ado dans un univers post-apocalyptique xD Je sens qu'un jour Harry va vraiment péter un plomb et faire un mort. Je ne sais pas pourquoi il se retient même. Il lui reste une part d'humanité sans doute & c'est important. Si on commence à tuer pour rien, alors on ne s'arrête plus.

Avez-vous des idées de nom de ship pour Anna et Thomas ? Ils sont trop mignons *.*

Merci d'avance pour vos retours sur ce chapitre ❤

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.228.35) if someone makes a complaint.

Comments :

  • resteavecmoific

    30/03/2017

    @Cartooune wrote: "Hey !! C'est vrai qu'Harry a vraiment la bonne réaction de pas buter Sally ou Truman même si franchement y a des moments où ils le mériteraient clairement. Déjà que c'est l'apocalypse, si en plus tout le monde se met à se tirer dessus, c'est la fin assurée. C'est important une part d'humanité au milieu de ce chaos. Même si j'avoue qu'à sa place je l'aurai assommé contre la carrosserie, histoire de la faire taire, MDR.
    Pauvre Anna, c'est tellement pas le moment d'avoir ses règles ! Puis les règles douloureuses c'est tellement l'enfer, je compatis avec elle :( Puis alors que tout le monde ait vu qu'elle s'était tâché c'est horrible. Bien sûr que c'est pas de ça faute, que se sont des choses qui arrivent et qu'au final y a pas mort d'homme mais ça n'empêche pas que quand ça arrive tu aies envi de t'enterrer tellement t'as honte...
    Mais Thomas est tellement un ange avec elle *_* C'est tellement génial un garçon pareil, pourquoi y en a pas beaucoup des comme ça dans la vraie vie ? Thanna forever ❤️ C'est beau ce qu'il lui dit. D'ailleurs entre ce qu'il lui a dit, cette "aventure" apocalyptique qu'ils sont en train de vivre et la fierté d'Harry, j'espère qu'elle va enfin se rendre compte qu'elle vaut bien plus que ce qu'elle pensait.
    Qu'Harry appelle tout ce petit monde sa famille ça me jskcehfhaebfhcbfe ! Trop d'amour dans ce chapitre *_* ❤️
    "

    Oui voilà, je suis d'accord, on veut qu'ils crèvent mais Harry peut pas se mettre à buter tout le monde "pour rien" parce que sinon il va perdre son humanité puis c'est terminé quoi.
    Anna n'a pas eu de chance mdr mais bon, elle gère plutôt pas mal et en plus, elle peut comprendre qu'il y a des types bien sur Terre AKA Thomas dooooooooonc !! Mais ils sont trop mignons tous les deux je suis glkdhjfgkjhfg dans la vraie vie les mecs bien sont tous pris OUIN. Je pense qu'elle a grandi et qu'en rentrant à NH, elle fera partie des adultes bien plus que des enfants.
    C'est une belle famille skjhsdkfjhg ❤

  • resteavecmoific

    30/03/2017

    ALifeMadeOfSongs wrote: "Coucou, me voici enfin à jour dans ce tome 3, et c'est avec plaisir que je me laisse à nouveau emporter par tes mots. Ce que j'aime beaucoup dans ce tome 3, hormis le fait de retrouver H et L, toujours aussi complémentaires, c'est l'attention que tu portes à tes personnages "secondaires", que tu parviens réellement à rendre intéressants, qu'ils soient attachants comme Julian, Anna ou Thomas, par exemple, ou parfois horripilants, comme Truman ou Sally. Mais chacun apporte sa petite touche à l'ensemble et c'est pour cela que cette dystopie se révèle aussi agréable à lire.
    J'ai hâte de les retrouver, tous, pour la suite de leur périlleuse aventure!
    A bientôt,
    Bisous.
    @YseNinou.
    "

    Merci beaucoup ! Je trouvais important de développer autre chose que la relation Larry dans ce tome parce que, non seulement on aurait tourné en rond, mais en plus, les gens avec qui ils avancent font partie de leur histoire, ils sont importants aussi. En tout cas merci beaucoup, ce sont de jolis compliments ❤ J'espère que tu apprécieras la suite tout autant !

  • resteavecmoific

    30/03/2017

    Evie wrote: "Je comprends pas pourquoi Harry considère qu'ils ont besoin de Sally pour protéger les enfants. Vu son comportement jusqu'à maintenant, j'ai l'impression qu'elle serait plutôt prête à les jeter en sacrifice si ça avait la moindre chance de l'aider à s'en sortir. Tout comme Truman d'ailleurs. Les deux là ils les mettent plus en danger qu'ils les protègent. "

    Je pense que c'est aussi un moyen de garder son humanité parce que s'il se mettait à tuer comme ça, il deviendrait fou... c'est important dans ce genre de contexte de ne pas éliminer les gens "pour rien" parce qu'après, on oublie un peu qu'on est humain.

  • resteavecmoific

    30/03/2017

    heyfifou wrote: "Ce chapitre est adorable
    Sans louis Harry aurait fait un massacre !!
    Anna et Thomas sont justes trop mignons et pauvre Anna c est le pire moment pour avoir ses règles la😂
    Truman faut s en débarrasser il est encore plus dangereux que sally et il met tout le groupe en danger protégé personne à pars lui
    Faut le dégager et vite
    Je sais pas s ils en sortiront si ils reviendront un jour ensemble à new heaven mais c est une petite famille soudée maintenant etquo iqu il arrive ils seront ensembles
    "

    Oui je pense que ça pouvait pas tomber plus mal pour Anna mdrrrrr
    Je suis d'accord pour Truman, je vais essayer de l'abattre incessamment sous peu !
    J'espère aussi qu'ils rentreront tous ensembles à New Heaven ❤

  • heyfifou

    27/03/2017

    Ce chapitre est adorable
    Sans louis Harry aurait fait un massacre !!
    Anna et Thomas sont justes trop mignons et pauvre Anna c est le pire moment pour avoir ses règles la😂
    Truman faut s en débarrasser il est encore plus dangereux que sally et il met tout le groupe en danger protégé personne à pars lui
    Faut le dégager et vite
    Je sais pas s ils en sortiront si ils reviendront un jour ensemble à new heaven mais c est une petite famille soudée maintenant etquo iqu il arrive ils seront ensembles

  • @Cartooune

    24/03/2017

    Hey !! C'est vrai qu'Harry a vraiment la bonne réaction de pas buter Sally ou Truman même si franchement y a des moments où ils le mériteraient clairement. Déjà que c'est l'apocalypse, si en plus tout le monde se met à se tirer dessus, c'est la fin assurée. C'est important une part d'humanité au milieu de ce chaos. Même si j'avoue qu'à sa place je l'aurai assommé contre la carrosserie, histoire de la faire taire, MDR.
    Pauvre Anna, c'est tellement pas le moment d'avoir ses règles ! Puis les règles douloureuses c'est tellement l'enfer, je compatis avec elle :( Puis alors que tout le monde ait vu qu'elle s'était tâché c'est horrible. Bien sûr que c'est pas de ça faute, que se sont des choses qui arrivent et qu'au final y a pas mort d'homme mais ça n'empêche pas que quand ça arrive tu aies envi de t'enterrer tellement t'as honte...
    Mais Thomas est tellement un ange avec elle *_* C'est tellement génial un garçon pareil, pourquoi y en a pas beaucoup des comme ça dans la vraie vie ? Thanna forever ❤️ C'est beau ce qu'il lui dit. D'ailleurs entre ce qu'il lui a dit, cette "aventure" apocalyptique qu'ils sont en train de vivre et la fierté d'Harry, j'espère qu'elle va enfin se rendre compte qu'elle vaut bien plus que ce qu'elle pensait.
    Qu'Harry appelle tout ce petit monde sa famille ça me jskcehfhaebfhcbfe ! Trop d'amour dans ce chapitre *_* ❤️

  • resteavecmoific

    23/03/2017

    Visiteur wrote: "Thanna!💘"

    💕💕

  • ALifeMadeOfSongs

    23/03/2017

    Coucou, me voici enfin à jour dans ce tome 3, et c'est avec plaisir que je me laisse à nouveau emporter par tes mots. Ce que j'aime beaucoup dans ce tome 3, hormis le fait de retrouver H et L, toujours aussi complémentaires, c'est l'attention que tu portes à tes personnages "secondaires", que tu parviens réellement à rendre intéressants, qu'ils soient attachants comme Julian, Anna ou Thomas, par exemple, ou parfois horripilants, comme Truman ou Sally. Mais chacun apporte sa petite touche à l'ensemble et c'est pour cela que cette dystopie se révèle aussi agréable à lire.
    J'ai hâte de les retrouver, tous, pour la suite de leur périlleuse aventure!
    A bientôt,
    Bisous.
    @YseNinou.

  • Evie

    22/03/2017

    Je comprends pas pourquoi Harry considère qu'ils ont besoin de Sally pour protéger les enfants. Vu son comportement jusqu'à maintenant, j'ai l'impression qu'elle serait plutôt prête à les jeter en sacrifice si ça avait la moindre chance de l'aider à s'en sortir. Tout comme Truman d'ailleurs. Les deux là ils les mettent plus en danger qu'ils les protègent.

  • Visiteur

    22/03/2017

    Thanna!💘

Report abuse